Journalisme et relation de voyage au tournant des XIXe et XXe siècles

Le mardi de 14h30 à 16h00, Maison de la Recherche, Salle D116 ou D35
Actualités du reportage au XXe siècle : le commerce du monde
François Moureau

Journalisme et relation de voyage au tournant des XIXe et XXe siècles / Actualités du reportage au XXe siècle : le commerce du monde, séminaire sous la direction du professeur François MOUREAU

le mardi de 14h30 à 16h00 à partir du 25 octobre 2005, Maison de la Recherche, Salle D116 ou D35

Premier Semestre M1FR436A : cours du 25 octobre 2005 au 10 janvier 2006

18 janvier 2006 : Examen de semestre (groupe A de 10h00 à 12h00 en salle D35 ; groupe B de 13h00 à 15h00 en salle D35)

Deuxième Semestre M3FR436A : cours du 21 février 2006 au 16 mai 2006

23 mai 2006 : Examen de semestre (de 10h00 à 12h00 en salles D35 et D223)

Le journalisme et la littérature de voyage entretiennent depuis le XIXe siècle des liens étroits. La structure itinérante et fragmentée de la relation de voyage convenait particulièrement bien au format de l’instrument périodique et préfigurait par de nombreux traits la forme emblématique du reportage. Le fameux Tour du monde, qui représente à lui seul le primat du périodique dans la diffusion des relations de voyage au cours du second XIXe siècle, est l’aboutissement de cette conjonction d’un instrument de grande diffusion et de la plus singulière des expériences personnelles.
Mais si l’histoire des filiations entre le reportage et la relation de voyage est pertinente, la question du statut et de la valeur littéraire des textes se pose toujours. La distinction des supports et de leurs acteurs n’a jamais cessé d’exister et ce n’est qu’à de très rares occasions que les figures de l’écrivain et du reporter se sont conjuguées.
Les années trente virent l’apogée du grand reportage littéraire. Promu comme le genre roi de la presse, plébiscité par les lecteurs, pratiqué par les plus grands écrivains, discuté par les intellectuels et stimulé par l’émancipation de la photographie, il se présentait alors comme une référence du débat littéraire et social, comme une matrice de création et d’expérimentation formelle, comme un point focal pour comprendre le monde.
A l’aube du XXIe siècle, pourtant, l’aura de l’universel reportage semble avoir pâli. L’évolution de la presse, provoquée et influencée par le développement des médias, a entériné la continuelle dissociation de l’article et du livre, du journaliste et de l’écrivain. Altéré par les nouvelles techniques d’information et de représentation, que sont la photographie, le cinéma et la télévision, l’écriture du grand reportage semble s’être davantage affranchie du littéraire.
Ce séminaire propose de revenir sur l’histoire du livre de reportage au XXe siècle par la confrontation des disciplines, des objets et des époques afin de mieux appréhender la révolution opérée dans un genre textuel par le passage à une civilisation de l’image. Dans cet échange entre la littérature et ses marges, le livre de reportage pose, en effet, de manière significative la question des frontières de la littérarité, tout en réfléchissant notre rapport à la médiatisation du monde.

Programme