Littérature des Voyages extraordinaires et imaginaires jusqu’au XVIIIe siècle

Maison de la Recherche, Salle D.035, le mardi de 11h00 à 13h00
M4FR436A
François Moureau

Le moyen le plus sûr de ne pas s’égarer dans les voyages est de ne pas partir : la littérature des « voyages imaginaires » prouve la justesse du propos. Les voyages les mieux chargés de sens sont les relations nées de la tradition utopique. L’Utopie de Thomas More en est évidemment l’archétype, mais jusqu’à la Révolution française – qui tenta de faire de l’utopie une réalité –, les « voyages extraordinaires ou imaginaires », faux voyages mais excellente littérature d’idées, ont hanté l’imaginaire de ceux qui ne voyageaient pas. La Terre australe aussi peu connue qu’ardemment désirée, l’Orient des merveilles, l’Eldorado amazonien, le Monomotapa africain, voire le Monde souterrain sont parcourus par d’intrépides voyageurs qui n’y ont jamais mis le pied. Le séminaire les accompagnera.

Programme