« Gustave Oelsner-Monmerqué : un Franco-Allemand à Bourbon (1842-1845) »

Gustave Oelsner-Monmerqué (1814–1854), docteur ès lettres, fils du publiciste politique allemand Conrad Engelbert Oelsner a consacré trois ans de sa vie à Bourbon entre septembre 1842 et mai 1845. Il a effectué ce voyage de sa propre initiative, au service de personne, fait rare à l’époque. En qualité de rédacteur en chef de la « Feuille Hebdomadaire de l’île Bourbon », de professeur de philosophie au Collège royal, de fondateur de l’Institut colonial, destiné à l’instruction de la classe populaire, et d’homme marié à une créole, il a essayé de « porter quelques lumières » et de faire échouer les préjugés qui paralysaient la société bourbonnaise par des idées libérales, progressistes et réformatrices. Les sources primaires découvertes aux Archives départementales de la Réunion et au Centre des Archives d’outre-mer d’Aix-en-Provence nous permettent de rendre compte des difficultés rencontrées par Oelsner-Monmerqué dans l’exercice de ses différentes fonctions.
L’écriture a permis à cet humaniste franco-allemand de prolonger le combat livré en faveur de l’émancipation. La conférence « Der Kreole » (Le créole) tenue à la Société savante de Berlin en 1848 et le roman « Schwarze und Weiße - Skizzen aus Bourbon » (Noirs et Blancs – esquisses de Bourbon) publié en Allemagne la même année, livrent un regard perspicace et sévère sur la vie coloniale et sur les relations entre Blancs, mulâtres et Noirs. Ces écrits rédigés en langue allemande n’ont jamais été traduits et constituent un témoignage authentique et nouveau sur la colonie Bourbon à la veille de l’abolition de l’esclavage.

Chercheur: 

Session: 

11h00