« Images coloniales de la société comorienne : une méconnaissance durable »

Les deux grands traits de la société comorienne de Ngazidja, la matrilinéarité et le système d'âge, ont été longtemps méconnus des coloniaux. Ceci est dû en partie à l'image que voulaient donner d'eux les membres de l'élite. Henri Pobéguin fit preuve, malgré un séjour très court, d'un regard particulièrement attentif, qu'illustrent ses photographies (1897-1899). Léon Humblot et divers coloniaux en mission donnent des informations parcellaires sur l'ancienne société, et le magistrat Paul Guy finit par décrire en 1952 le principe matrilinéaire. On s'interrogera sur les raisons d'une méconnaissance si prolongée des institutions locales.

Chercheur: 

Session: 

15h40