« Le genre documentaire et les Films Units dans la construction d'un cinéma "national" au Sri Lanka durant la période post-indépendance »

Dès la fin du 19e siècle, en Europe, aux Etats–Unis, comme en Inde, les efforts de plusieurs inventeurs se concentrèrent sur la mise au point d'instruments pour animer des images. Concurrents ou associés, les uns s’inspireront des progrès des autres. Le cinéma sera introduit dans les colonies de l’océan Indien où il parviendra grâce, notamment, aux frères Lumière, inventeurs, mais également habiles entrepreneurs. Plusieurs perspectives s’ouvrent aux colonies lorsque l’Inde découvre en juillet 1896, l’image animée. Lorsqu'ils créent leurs propres sociétés, des cinéastes anglo-américains percevront les pays colonisés par les puissances européennes comme une source d'inspiration.
L’île de Ceylan sera très tôt associée au cinéma. Son statut de colonie de la Couronne Britannique et son potentiel économique la rapprocheront du mouvement cinématographique Européen. Trente ans séparent Rambling Through Ceylon, réalisé en 1907 par la société de Charles Urban, et Song of Ceylon de John Grierson, film singulier et esthétique fondé sur un subtil mélange de son et d’image. Ces deux réalisations, vont marquer, après Nanook l’Esquimau (1922) de Robert Flaherty, un autre tournant dans l’histoire du film dit réaliste. Charles Urban avait été, au tournant du siècle, l’un des premiers pionniers à mesurer l’importance du cinéma sur le plan éducatif. Ceylan, en devenant le sujet de ces deux essais cinématographiques, participe à une période-clef de l’histoire du cinéma durant laquelle le film réaliste évoluera d'un constat brut et muet de la réalité, vers une réalisation ouvragée, voire, sophistiquée, qui s'appellera le genre documentaire. John Grierson détient une grande partie du mérite d'avoir formuler les normes du documentaire, inspirant par la suite de nombreux cinéastes britanniques dont Basil Wright, auteur de Song of Ceylon.
L’essentiel de cette réflexion portera sur la manière dont deux écritures cinématographiques centrées sur Ceylan témoignent de la rencontre entre colons et colonisés dans l’océan Indien et représentent, chacune à sa façon, les progrès technologiques de cette période innovatrice du cinéma.

Chercheur: 

Session: 

18h00