« Les aventures de Robert Drury éditées par Alfred Grandidier »

L’objet de cette communication n’est pas de redécouvrir ce qu’on a souvent évoqué sous l’expression de « naissance du racisme » au XIXe siècle. La plupart des chercheurs qui ont étudié la littérature des voyages et l’histoire de la colonisation ont pu constater, à partir des années 1800, cette radicalisation de la représentation des « indigènes », et leur éloignement dans une figuration que l’on a souvent, pour la caractériser — au risque de la simplifier — évoqué sous le terme d’« Autre » par opposition au « Même », qui serait l’Européen.
Nous avons choisi de confronter un texte et son commentaire. Le texte, Les Aventures de Robert Drury, date du début du XVIIIe siècle, et l’on sait qu’il a été écrit par Daniel Defoe sur les indications de Drury. Après de nombreuses rééditions, il a été repris intégralement, en 1906, dans le quatrième tome de la Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar (1903-1920) publiée par Grandidier et consorts. Il nous a paru intéressant de montrer comment le récit de Drury et la représentation qu’il donne de l’univers dans lequel il a été retenu, contre son gré, pendant plusieurs années, est critiquée, voire contestée par son éditeur du début du XXe siècle, lui-même voyageur, géographe et spécialiste de Madagascar, et qui a, au bout du compte, séjourné à peu près le même temps sur la grande île que son aventureux prédécesseur.

Chercheur: 

Session: 

11h00