« Splendeurs et misère des danseuses indiennes (bayadères) dans la littérature de voyage européenne (XIXe siècle) »

L'intervention porterait sur la façon dont les danseuses de temples et de cours royales ont été idéalisées ou, au contraire, dénigrées par les voyageurs européens (français, britanniques, italiens, hollandais) en Inde. Quelques illustrations montreront combien ce personnage de danseuse a nourri l'imaginaire littéraire, et plus largement artistique, du romantisme. Après une formation en danse classique et contemporaine à l’Académie nationale de danse de Rome, Tiziana Leucci s’est spécialisée en Indologie, Anthropologie et Pratiques des arts du spectacles à l’Université de Bologne (D.A.M.S. fondé par Umberto Eco). Après un mémoire de recherche sur la tradition chorégraphique indienne (1987), elle s’est rendu en Inde pour apprendre de maîtres indiens, à l’aide d’une bourse du Ministère des Affaires Etrangères italiennes, puis du Ministère de la Culture indien. Poursuivant ses recherches et la pratique de la danse, elle a enseigné Langue et Littérature italienne à l’Université de Madras où elle a résidé douze ans. De retour en Europe depuis 2000, elle achève une thèse de doctorat en Anthropologie sociale sur la tradition des danseuses de temples à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Auteur de divers articles sur la danse, elle partage son temps entre l’activité de recherche (charges de cours à l’Université de Bologne) et l’enseignement de la danse (Centre du Syndicat des travailleurs du spectacle, Rome).

Chercheur: 

Session: 

11H30 (13h30)