« Stéréotypes raciaux et essentialisation musicale à La Réunion au XIXe siècle »

Cette communication se propose, à travers l'analyse de récits de voyage et de journaux de colons, de montrer comment s'est forgée à La Réunion une stéréotypie musicale en lien avec l'idéologie raciale dominante. Le propos portera principalement sur les modalités de perception et de description de l'altérité musicale (liée à l'esclavage et à l'engagisme) par les observateurs coloniaux.
Dans un premier temps, une analyse précise des marqueurs descriptifs choisis pour décrire 1) la musique des travailleurs d'origine africaine, 2) la musique des engagés indiens permettra de questionner le rapport existant entre une réalité musicale et sa modélisation littéraire dans le contexte colonial.
Dans un second temps, on pourra évaluer les correspondances qui se sont établies entre certains archétypes descriptifs et les classifications raciales réunionnaises en terme de caractéristiques physiques (robustesse, apparence, mouvements du corps…) mais aussi de comportements culturels (langue, croyance, alimentation…). Cette étape permettra de comprendre l’importance de la musique dans la construction d’une hiérarchie sociale et culturelle basée sur l’idéologie de la race à La Réunion.
En conclusion, on questionnera rapidement la longévité et les transformations de ces représentations musicales au cours du XXe siècle, à partir d’exemples de textes de séga et de maloya.

Chercheur: 

Session: 

14h30