Charles de Brosses et le Continent austral

Charles de Brosses (1709-1777), premier président au Parlement de Dijon, fait partie des hommes de lettres issus de la Grande Robe, comme le président Charles de Montesquieu ou, à Dijon, le président Jean Bouhier. Il s’agit d’un érudit, d’un savant en chambre, qui écrit sur toute sorte de sujets à partir d’une bibliothèque la plus vaste possible. Il s’intéresse à la « formation mécanique des langues », à l’archéologie (Herculanum), mais surtout à la littérature géographique et ethnographique : le passage du Nord-Ouest entre Atlantique et Pacifique, au « culte des dieux fétiches » - il acclimate en France le mot « tabou » - et surtout – le sujet de cette conférence - à l’_Histoire des navigations aux Terres australes_ publiée à Paris en 1756 (2 vol.) puis traduite en plusieurs langues. Brosses reste connu aujourd’hui et réédité par ses « lettres familières », fruit de son voyage en Italie (1739-1740). Il donne parfois l’image d’un lettré attardé, d’« une cervelle à mémoires », selon un jugement du temps. L’_Histoire_, dont la première réédition partielle sera le fait de S. Leoni et de R. Ouellet., est divisée en cinq livres : les livres 2 à 4 sont consacrés à l’histoire proprement dite des « navigations » vers le Sud, une synthèse des témoignages divers qui fait fonction de certificat d’existence pour le Continent austral ; les livres 1 et 5 sont un discours personnel de Brosses comprenant un projet d’établissement français aux Terres australes. L’actionnaire de la Compagnie des Indes, qu’était Brosses y voyait sans doute une « colonie végétative » à développer (agriculture, colonie pénitentiaire, éducation des autochtones). Car il pensait, comme ses contemporains Buffon et Maupertuis, que le Continent austral était à la fois vaste et habitable. La croyance en l’existence du Continent austral était très ancienne et Brosses en évoque toutes les péripéties. Les Pythagoriciens de la Grande Grèce avaient avancé les premiers, par preuves mathématiques, la rotondité de la Terre – le cercle, figure parfaite…- et la théorie des cinq zones : deux zones polaires au Nord et au Sud, deux zones tempérées aux mêmes latitudes séparées par la zone torride dite infranchissable. Cette symétrie satisfaisait leur conviction d’un ordre du monde géré par la géométrie et les chiffres. Platon et Aristote s’y rallièrent, puis plus tard l’École d’Alexandrie et Ptolémée. Cet héritage fut longtemps oublié. La Renaissance redécouvrit ces théories anciennes et les confronta à l’expérience de la navigation moderne développée par l’appétit des Grandes Découvertes. Les navigateurs érudits, comme le Florentin Amerigo Vespucci, prouvèrent la vérité de l’essentiel de ces hypothèses de cabinet. Pour justifier l’existence du Continent austral, Brosses interroge toutes les sources possibles ; l’autopsie ou le regard du voyageur est en soi une preuve irréfutable. Comment écrit-on le monde à son époque ? Essentiellement par la science cartographique, très structurée en France, grâce aux géographes du Roi, issus de famille traditionnellement spécialisées dans cette activité. Le Premier Géographe du Roi, Philippe Buache propose deux cartes des Terres australes en 1739 et en 1744 : la première comporte de nombreux blancs, des lignes de côtes interrompues et se fonde sur les informations connues des navigateurs (Tasmanie, etc.) ; en revanche, la seconde imagine des contours de côte complets sans la moindre justification tirée d’une autopsie réelle. La navigation de Lozier Bouvet (1738) vers les Terres australes avait suggéré leur existence, bien qu’il n’eût vu qu’un îlot, qui porte aujourd’hui son nom… Après Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Robert de Vaugondy, dont Brosses reproduit les cartes, propose des cartes incomplètes, et Jean-Pierre de Bougainville, le très érudit frère aîné du futur navigateur, écrit l’histoire des voyages antiques au Sud. Tout semble donc confirmer l’existence du Continent austral. Dans l’_Encyclopédie_ de Diderot et D’Alembert, à l’article TERRES AUSTRALES, le chevalier de Jaucourt décrit deux sous-continents, la Terre de Quiros et celle de Gonneville, du nom de deux découvreurs anciens, dont on conservait le récit. Il faudra attendre le second voyage de Cook dans les années 1774-1775 vers les zones glacées du Sud pour détruire définitivement le mythe d’un Continent austral habitable. Si le XVIIIe siècle est celui des grandes expérimentations et des projets soutenus par les Académies pour que la mesure de la Terre soit plus complète (expédition de Maupertuis au Spitzberg pour apprécier l’aplatissement des pôles, expérimentation du passage de Vénus, etc.), la science n’est pas encore libérée de certaines traditions ou insuffisances qui en ralentissent le progrès : une cartographie entre les mains de dynasties de géographes du Roi, le défaut de sens critique pour juger des relations de navigateurs, la difficulté à mesurer la longitude avant les dernières décennies du XVIIIe siècle et les montres marines. Les navigateurs sont pris au mot et Buffon affirme sur la foi de ceux-ci que le Pôle sud est aussi chaud qu’Amsterdam en été. L’expérience nourrit les textes, mais peut aussi les pervertir. C’est la méthode de Brosses qui ne fait pas le tri entre les divers récits qui vont d’un article de presse sur les racontars d’un pirate aux relations des hommes de mer les plus prudents. Brosses pratique la géographie de cabinet avec toute l’érudition nécessaire (citations, références paginaires, notes, etc.). Pour lui, la notion d’autorité est fondamentale, comme dans la science ancienne. Le voyageur, fût-ce le plus médiocre et le moins crédible, est une source fiable ; la hiérarchisation des sources n’existe pas. Il suffit que le « voir » soit attesté : la contradiction ne le gêne pas. Ceux qui ont vu les géants patagons du Sud de l’Amérique et ceux qui disent ne pas les avoir vus ont raison, car rien ne dit qu’ils n’ont pas « vu » en d’autres lieux et/ou circonstances. Le primat de l’autopsie est, paradoxalement, à la source de l’erreur. Ensuite, le commentaire se justifiera de l’autopsie. Le destin de l’_Histoire des navigations aux Terres australes_ a été scellé par le second voyage de Cook. Cela explique que ce texte ait rapidement disparu de l’horizon scientifique. Il demeure un monument et l’encyclopédie consacrée à un grand mythe, celui du Continent austral. Cela n’empêchera pas l’abbé Coyer de magnifier l’utopie patagonne (_Lettre au Docteur Maty sur les géants patagons_, 1767) et Restif de la Bretonne (_La Découverte australe_,1781) de faire voyager une dernière fois, après Gabriel de Foigny (_La Terre australe connue_, 1676) et quelques autres, vers ce continent définitivement hors du monde.

Bibliographie
Sources

Anson, George, A Voyage round the world, Londres, J. et P. Knapton ; Voyage autour du monde…, Amsterdam et Leipzig, Arthstée et Merkus, 1749 (rééd. 1751), Paris, Quillau, 1750.
La Harpe, Bénard de, Mémoire pour la France servant à la découverte des terres australes, Rennes, 1754.
Brosses, Charles de, Histoire des navigations aux terres australes. Contenant ce que l’on sait des mœurs et des productions des Contrées découvertes jusqu’à ce jour ; et où il est traité de l’utilité d’y faire de plus amples découvertes, et des moyens d’y former un établissement, Paris, Durand, 1756, 2 vol.
Brosses, Charles de, compte-rendu de l’Histoire des navigations australes, Journal de Trévoux, janvier 1758, p.71-97.
Buache, Philippe, « Considérations géographiques et physiques sur les Terres australes et antarctiques », Mémoires de l’Académie des Sciences, 1755, p.17-20.
Buffon, George-Louis-Leclerc de, Théorie de la terre, dans Histoire naturelle (1749-1808), éd. citée Paris, Imprimerie Royale, t. I, 1774.
Cavendish, Thomas, Journal des voyages de Thomas Candish autour du monde en 1586, 1587, et 1588, s.l.n.d., 1643 ; voir également R. Hakluyt.
Courte de La Blanchardière, abbé, Nouveau voyage fait au Pérou depuis l’année 1745 jusqu’en 1749, Paris, Impr. Delaguette, 1751.
Cook, James,The Journal of Captain James Cook, éd. J.C. Beaglehole, Cambridge U.P. fort the Hakluyt Society, 1955-1967, 4 vol.
Cummins, John, Voyage à la mer du sud, Lyon, frères Duplain, 1756.
Cowley, A., éd. du Journal (1687) dans William Hack, A collection of original voyages, Londres, 1699 ; tr. fr. dans G. Dampier, Nouveau voyage autour du monde, Amsterdam, Veuve P. Marret, 1712, t. V, p. 213-252.
Dampier, William, A new Voyage around the World, Londres, J. Knapton, 1697 ; Nouveau voyage autour du monde, Amsterdam, P. Marret, 1698 (réédité en 1711). D’autres ouvrages suivirent chez l’éditeur Marret d’Amsterdam : Suite du voyage autour du monde par Guillaume Dampier, 1701, t. II ; Supplément du voyage autour du monde… par Guillaume Dampier, 1701, t . III ; Voyage de Guillaume Dampier aux Terres Australes, à la Nouvelle-Hollande… fait en 1699 et avec le voyage de Lionel Wafer,1705, t. IV. On trouve également un t. V qui porte le même titre et qui est un double du t. IV. Ces cinq volumes furent ensuite réédités par les éditeurs J.-B. Machuel de Rouen (1711-1715) et P. Marret d’Amsterdam (1711-1723). Pour une édition moderne de ces récits, voir Le grand voyage, tr. J.-Y. Prate et R. Strick, préf. M. Le Bris, Paris, Phébus, 1993. Dampier fut également l’auteur de l’un des premiers essais de météorologie marine consacré aux alizés, marées et courants : A Discourse of trade-winds, breezes…, Londres, J. Knapton, 1699 ; tr. Traité des vents alizés ou reglez…, Amsterdam, P. Marret, 1701.
Foigny, Gabriel de, La Terre australe connue, Vannes (Genève), J. Verneuil, 1676.
Foigny, Gabriel de, Les Avantures de Jacques Sadeur dans la découverte et le voyage de la terre australe, Paris, C. Barbin, 1692.
Foigny, Gabriel de, Nouveau voyage de la terre australe, Paris, C. Barbin, 1693.
Frézier, Amédée François, Relation du Voyage de la mer du sud aux côtes du Chili et du Pérou, Paris, Nyon-Ganneau-Quillau, 1716 (rééd. Amsterdam, 1717).
Froger, François, Relation d’un voyage fait en 1695, 1696, et 1697 aux côtes d’Afrique, détroit de Magellan… par une escadre des vaisseaux du Roy commandée par M. de Gennes, Paris, Quay de l’Horloge, 1698, rééd. 1699, 1700, 1715.
Garcìa del Nodal, Bartolomé, Relación del viaje…, Madrid, F. Correa de Montenegro, 1621 ; rééd. Cadix, M. Espinosa de los Monteros, 1753.
Gennes, de, voir F. Froger.
Gonneville, réédition la plus récente Le voyage de Gonneville (1503-1505), éd. Leyla Perrone-Moisés (Paris, Chandeigne, 1995).
Gouin de Beauchesne, Jacques, voir Prévost, Histoire générale des voyages, op. cit., 1755, t. XI, p*.
Hakluyt, Richard,The Principal navigations, voiages, traffiques and discoveries of the English Nation, Londres, G. Bishop, R. Newberie and Robert Barker, 1598-1600. Réédités à plusieurs reprises, ces récits furent en partie repris par Thévenot dans ses Relations de divers voyages curieux, Paris, Cramoisy, 1664-1672.
Hawkeswordth, John, Relations des voyages entrepris par ordre de S.M. britannique pour faire des découvertes dans l’hémisphère méridional, Paris, Saillant et Nyon, 1744, 4 vol.
Herrera y Tordesillas, Antonio de, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y tierra firme del mar Oceano, en ocho decades (Madrid, Imprenta Real, 1601-1615 ; rééd. Madrid, Univ. Complutense, 1991, 4 vol.). Ouvrage qui fut traduit en anglais, en hollandais et en français (Histoire générale des voyages et conquêtes des Castillans…, Paris, N. et J. de La Coste, 1659-1671). Un autre texte de Tordesillas fit l’objet d’une traduction française : Description des Indes occidentales, Amsterdam, E. Colin, 1622.
Knivet, Anthony, The admirable adventures and strange fortunes of Master Antonie Knivet in Samuel Purchas’s Hakluytus Posthumus or Purchas his Pilgrims, Londres, 1625, part. IV, p.1201-1242 ; récit résumé au livre VI de l’Histoire générale des Voyages de Prévost, p. 230-236 ; traduction française moderne publiée sous le titre Un aventurier anglais au Brésil. Les tribulations d’Antony Knivet, Paris, Chandeigne, 2003.
Kolb, Peter, Caput Bonae Spei hodiernum, Nuremberg, 1719, tr. fr. par Jean Bertrand, Description du Cap de Bonne-Espérance, Amsterdam, J. Catuffe, 1741, 3 vol.
La Barbinais Le Gentil, Nouveau voyage autour du monde, Paris, Flahaut, 1727, 3 vol.
La Caille, Nicolas-Louis de, Avis aux astronomes… à l’occasion des observations qu’il va faire par ordre du roi dans l’hémisphère austral, s.l.n.d.
Lozier Bouvet, Jean-Baptiste Charles de, « Lettre du sieur de Lozier-Bouvet à Messieurs de la Compagnie des Indes, le 26 juin 1739 », Journal de Trévoux, février 1740, p. 251-276 ; Le Conservateur, août 1758, p.3-30. Aux Archives du Service Hydrographique de la Marine, se trouvent la version manuscrite de ce rapport (vol.1053, liasse 5, pièce 29) ainsi que les mémoires de 1733 et 1735 (vol.1053, liasses 1 et 5).
Mendaña de Neira, Alvaro de, voir Memoriales de las Indias Austriales, éd. Oscar Pinochet de la Barra, Madrid, Ed. Historia 16, 1991 ; Histoire de la découverte des régions australes, tr. et notes par Annie Baert, Paris, l’Harmattan, 2001.
Moreau de Maupertuis, Pierre Louis, Lettre sur le progrès des sciences (Berlin, 1752), dans Œuvres, Hildesheim, Georg Olms Reprint, 1965, t. II, p. 375-387.
Narborough, John, voir An account of several late voyages and discoveries to the south and north…, Londres, S. Smith et B. Walford, 1694 ; tr. fr. dans Voyages de François Coréal aux Indes occidentales, Amsterdam, J.-F. Bernard, 1722, t..III ; ouvrage réédité en 1738 chez le même éditeur : François Coréal, Recueil de voyages en Amérique méridionale, t. III.
Paulmier de Courtonne, Jean, Mémoires touchant l’établissement d’une mission chrestienne dans le Troisième Monde, autrement appelé la Terre Australe, méridionale, antarctique et inconnüe, Paris, Cl. Cramoisy, 1663.
Pigafetta, Antonio, Relation du premier voyage autour du monde de Magellan, éd. Léonce Peillard, Paris, Taillandier, 1984.
La Popelinère, Henri Lancelot Voisin, Les Trois Mondes, Paris, Pierre L’Huillier, 1582.
Prevost, abbé, Deleyre, Alexandre, Meusnier de Querlon, Anne-Gabriel, Rousselot, Jacques-Philibert, Histoire générale des voyages, ou nouvelle collection de toutes les relations de voyages par mer et par terre…, Paris, 1746-an X, t. XI (1753) intitulé Voyages aux Terres Australes et Antarctiques.
Constantin de Renneville, René Augustin, Recueil des voyages qui ont servi à l’établissement et aux progrès de la Compagnie des Indes orientales, Amsterdam, E. Roger, 1702-1706, 5 vol.
Roggeveen, Jakob, Der wohlversuchte Sudlander… Leipzig, 1738, éd. Carl Friedrich Behrens ; tr. fr. par Behrens : Histoire de l’expédition de trois vaisseaux envoyés par la Compagnie des Indes occidentales des Provinces-Unies aux terres australes, La Haye, 1739, 2 vol.
Fernández de Quirós, Pedro, voir Memoriales de las Indias Austriales, éd. Oscar Pinochet de la Barra, Madrid, Ed. Historia 16, 1991 ; Copie de la requeste présentée au Roy d’Espagne par le Capitaine Pierre Ferdinand de Quir, sur la descouverte de la cinquième partie du monde appellée la Terre Australle, incogneuë, et des grandes richesses et fertilité d’icelle, Paris, s.éd., 1617 (tr. du 8e mémoire de Quiros de février 1609 ; voir aussi Mercure français, 1617, vol. V, p.163-179) ; Histoire de la découverte des régions australes, tr. et notes par Annie Baert, Paris, l’Harmattan, 2001.
Saavedra, Alvaro de, voir Herrera, Décades, 4 ; Prévost, t. XIII, p. 214.
Sarmiento de Gamboa, Pedro, Viaje al estrecho de Magellanes, Madrid, 1768 ; éd. moderne Moi, gouverneur du détroit de Magellan, tr. et présentation de A. Roussel, Paris, Cosmopole, 2001.
Schouten, Guillaume, Journal ou description du merveilleux voyage de Guillaume Schouten, Hollandais natif de Hoorn, fait ès années 1615, 1616 et 1617…, Amsterdam, Guillaume Janson, 1618.
Seixas y Lovera, Francisco, Descripción geographica, y derrotero de la región austral Magellanica de Madrid, A. de Zafra, 1690.
Sharp, Bartolomew, Journal de l’expédition du capitaine Sharp, dans G. Dampier, Nouveau voyage autour du monde, op. cit., t..V, p.177-210.
Tasman, Abel, tr. fr. voir M. Thevenot, Relation de divers voyages curieux, Paris, Cramoisy, 1672, « Voyage d’Abel Tasman, l’an 1642 », 4e partie ; F. Coréal, Voyages aux Indes occidentales, op. cit., 1722, t. III.
Van Linschoten, John Huyghen, Histoire de la navigation de J.-H. Linschot et de son voyage ès Indes orientales […]. A quoy sont ajoutées quelques autres descriptions…, Amsterdam, F. Pierre, 1610.
Van Noort, Olivier, Description du pénible voyage fait autour du monde, Amsterdam, 1602.
Veer, Gerrit de, Waerachtighe beschryvinghe van drie seylagien..., Amsterdam, 1598, tr. fr. Vraye description de trois voyages de mer…, Amsterdam, 1598.
Wood, John, voir An Account of several late voyages ans discoveries, op. cit, pp. 143-196 ; tr. fr. Discours préliminaire sur le passage par le Nord-Est et Journal du capitaine John Wood, dans Recueil de voyages au nord, Amsterdam, J. F. Bernard, 1715, t. II, p. 206-218 et 218-238.
Woodes (ou Wood), Roger, Voyage du capitaine Wood à travers le détroit de Magellan, dans G. Dampier, Nouveau voyage autour du monde, op. cit., p.139-176 ; Voyage autour du monde commencé en 1708 et fini en 1711 (1712), tr. fr., Amsterdam, 1716.

Etudes

Boucher de la Richarderie, Bibliothèque universelle des voyages, Paris, Treuttel et Würtz, 1806, 6 vol.
Broc, Numa, La Géographie des philosophes, géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, Lille, Service de reproduction des thèses, 1972 ; éd. cons. Paris, Ophrys, 1975.
Broc, Numa, « De l’Antichtone à l’Antarctique », dans Cartes et Figures de la terre, Paris, Centre Georges Pompidou, 1980, p. 136-149.
Chocheyras, Jacques (dir.), Le Voyage austral, Grenoble, Université des Langues et Lettres, 1984
Dahlgreen, Erik Wilhelm, « Voyages français à destination de la mer du Sud avant Bougainville (1695-1749) », Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires, 1905, t. XIV, p. 423-568 ; Les relations commerciales et maritimes entre la France et les côtes de l’Océan Pacifique, Paris, 1909.
Delépine, Georges, L’Amiral de Kerguélen et les mythes de son temps, Paris, L’Harmattan, 1998.
Duchet, Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspéro, 1971.
Emmanuel, Marthe, La France et l’exploration polaire, Paris, Editions latines, 1959.
Friedrich, Werner Paul, Australia in Western Imaginative Prose Writing, Chapel Hill, Chapel Hill U.P., 1967.
Linon-Chipon, Sophie, Gallia orientalis. Voyage aux Indes orientales (1529-1722), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003.
Pinochet de la Barra, Oscar, Quirós y su utopia de las Indias Australes, Madrid, Sociedad Quinto Centenario, I.C.I., 1989.
Racault, Jean-Michel, L’utopie narrative en France et en Angleterre, 1675-1761, Oxford, The Voltaire Foundation, 1991.
Rainaud, Armand, Le Continent austral, Paris, Armand Colin, 1893.
Sankey, Michel, « L’Abbé Paulmier méconnu : le mythe et l’histoire des Terres Australes en France aux dix-septième et dix-huitième siècles », Australian Journal of French Studies, XXXVIII, 1, 2001, p. 54-68.
Sozzi, Lionello, Immagini del selvaggio. Mito e realtà nel primitivismo europeo, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2002.
Taillemite, Etienne, Marins français à la découverte du monde de Jacques Cartier à Durmont d’Urville, Paris, Fayard, 1999.
Taylor, Alan Carey, Le Président de Brosses et l’Australie, Paris, Boivin, 1937.
Vanney, Jean-René, Histoire des mers australes, Paris, Fayard, 1986.

Chercheur: 

Session: 

27 mars