Conclusions des "raisons du voyage"

Dans les siècles anciens, on ne voyage jamais "pour le plaisir", ce que fera la touriste au XIXe siècle. Avant l'arrivée dans l'univers viatique de ce personnage singulier et honni des "voyageurs" (voir la littérature de voyage des XIX et XXe siècles), le voyage et la relation que le voyageur tire de ses périples plus ou moins lointains témoignent d'une expérience où n'entre guère la simple délectation de l'ailleurs. Le séminaire a présenté ces voyageurs dont le but et le raison du voyage rencontrent par hasard, et comme par surcroît, l'écriture, voire la littérature dans le meilleur des cas. Diplomates chargés de fournir des rapports réguliers, marchands pour qui le récit de leurs expéditions lointaines est une espèce de publicité surnuméraire, missionnaires et pèlerins soucieux de se montrer aux hommes sinon à Dieu comme des exemples de souffrances surmontées au nom de la religion, explorateurs qui pratiquent la même ascèse au nom de l'humanité et parfois des futures puissances coloniales, savants variés en quête des "débris de l'antiquité" ou d'espèces de plantes ou d'animaux inconnues des encyclopédies, tous voyagent parce que la nécessité s'en fait sentir pour leur activité privée ou publique. Seuls quelques artistes peut-être semblent voyager pour le plaisir de donner de leur expérience une série d'images plus ou moins précises et pittoresques: mais le plus souvent, l'artiste est au service d'un maître, simple employé qui se libèrera lentement de cette tutelle. Quant à la littérature, elle est,en quelque sorte, un produit où le talent peut se révéler quand on l'attend le moins, dans un modeste employé de la Compagnie des Indes comme Robert Challe ou dans un abbé mondain comme Choisy sur la route des ; l'utilisation de "relateurs" qui écrivent le voyage effectué par d'autres (voir le livre nouveau de Grégoire Holtz ci-dessous) montre que la littérature, même si elle se prétend utilitaire et sobrement descriptive, a déjà sa place dans le projet viatique et l'imaginaire qui en découle.

La Bibliographie du séminaire se trouve dans la présentation initiale.

Chercheur: 

10 mai