Du père Lafitau à l'abbé Bergier, les retombées des récits de voyage dans la littérature apologétique du XVIIIe siècle

Mme Sylviane Albertan-Coppola traite des rapports entre l’apologétique et les récits de voyages dans la pensée du XVIIIe siècle français. Trois lieux principaux posent problème à la réflexion du temps qui est marquée par le développement du déisme, de la critique des religions révélées – en particulier du christianisme – et de diverses formes de matérialisme athée. Ce sont l’Amérique, la Judée et la Chine. En se fondant sur les "Mœurs des sauvages américains" (1723) du père Lafitau et sur le "Dictionnaire de théologie" (1788-1790) de l’abbé Bergier, on étudie les discours de légitimation de la tradition et ceux de sa contestation. L’Amérique a été pour les conquistadores un pays sauvage peuplé d’hommes sans Dieu dont l’origine était mystérieuse et semblait contredire le récit adamique et le déluge : les anti-philosophes les relièrent au " monde " en supposant que les Indiens d’Amérique étaient venus d’Asie – ce qui n’était pas faux. Ces intellectuels utilisent la littérature de voyage plus qu’ils ne voyagent – Lafitau est une exception. Le père jésuite Castel, dont les confrères sont au contact permanent des indigènes, propose à Montesquieu une quatrième forme de gouvernement, précisément celle que pratiquent les " sauvages ". D’un côté, l’image du barbare domine, de l’autre, la conscience qu’il s’agit d’une créature de Dieu. Lafitau justifie les mœurs indiennes au nom d’une anthropologie originale qui intègre les catégories indigènes de pensée. Il prétend même que les Grecs et les Indiens ont une même origine : une vision théologique de l’histoire. Les Indiens ont seulement oublié ce qu’ils savaient à la suite de la dégénérescence de leur société : il faut en raviver le souvenir ; les missionnaires sont là pour cela. La Judée, terre sainte par excellence, est décrite par les philosophes (art. " Judée " du Dictionnaire philosophique de Voltaire) comme un lieu de désolation, ce qui contredit frontalement le discours des Ecritures. Les anti-philosophes chrétiens compilent tout ce qui, dans la littérature géographique ancienne et moderne, autorise à justifier la Bible. L’abbé Guenée s’y emploie contre Voltaire, et déjà dom Calmet avait rassemblé les informations tendant à prouver que la Judée – aux temps bibliques du moins – était un pays d’Eden, un Eldorado, le modèle de l’Age d’or. La Chine est l'un des grands mythes des Lumières, en particulier grâce à Voltaire. Certains philosophes furent plus réservés sur ce sujet, comme Diderot (art. "Chinois " de l’"Encyclopédie"), d’Holbach qui y voit une illustration du "despotisme oriental", ou Rousseau. Les antiphilosophes contestent la valeur de la science chinoise (astronomie), mais surtout la chronologie des diverses dynasties qui remontent à une période antérieure à …la Création adamique. Pour Bergier, les Chinois ont corrompu la religion d’origine en superstitions variées ; il s’agit de renouveler la révélation primitive. On voit dans quelle mesure cet humanisme évangélique utilise les relations de voyages, souvent chargées d’une altérité radicale, pour justifier la doctrine orthodoxe attaquée au nom du témoignage de ces mêmes récits par les philosophes des Lumières.

Mots-clès : philosophie. origine. Christianisme. mission. science. Bible.

LISTE DES TRAVAUX PORTANT SUR LES RECITS DE VOYAGEURS
(Sylviane Albertan-Coppola)

Participations à des colloques:
Montréal, octobre 1985 : “L’Indien dans l’apologétique française du XVIIIe siècle” (publié dans Les Figures de l’Indien, dir. Gilles Thérien, les Cahiers du département d’études littéraires 9, Université du Québec à Montréal, 1988).
Haïfa, mai 1987: “Le pays où coulent le lait et le miel. Un essai de géographie rétrospective par l’abbé Guénée” (publié dans Miroirs de l’altérité et voyages au Proche-Orient, dir. Ilana Zinguer, Genève, Slatkine, 1991).
Lisbonne, novembre 1988: “Les Voyages portugais dans l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost” (publié dans Dix-huitième siècle n° 31, 1999).
Fontenay-aux-Roses, décembre 1988: “Les lexiques africains dans l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost” (publié dans les Cahiers de Fontenay n°65/66, mars 1992).
La Réunion, mai 1990 : “La notion de métissage à travers les dictionnaires du XVIIIe siècle” (publié dans Métissages, t. I, Université de La Réunion et L’Harmattan, 1992).
Rouen, novembre 1990. En collaboration avec Marie-Christine Gomez-Géraud : “Le festin des nations. Images de la convivialité dans la collection De Bry (1591-1634)” (publié dans La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, textes réunis par M. Aurell, O. Dumoulin et F. Thélamon, Publications de l’Université de Rouen n° 178, 1992).
Amiens, décembre 1999 : " L’abbé Prévost romancier et éditeur de voyages ", Colloque organisé par M.-C. Gomez-Géraud et Ph. Antoine, Romans et récits de voyage. Ecriture de fiction, écriture du voyage (publié dans Roman et récit de voyage, textes réunis par M.-C. Gomez-géraud et Ph. Antoine, Presses de l’Univ. de Paris-Sorbonne, 2000).
Articles
* En collaboration avec M.-C. Gomez-Géraud : “La collection des Navigationi et viaggi (1550-1559) de G.-B. Ramusio: mécanismes et projets d’après les para-textes”, Revue des études italiennes , n° 1-4, janvier-décembre 1990.
* “La question des langues dans les Moeurs des sauvages américains de Lafitau”, in L’oeil expert : voyager, explorer, sous la direction de François Moureau, Dix-huitième siècle n° 22, 1990.
* “Les images dans l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost”, in Mots et images nomades, Etudes de lettres n°1-2, Faculté des lettres de Lausanne, 1995.
* “L’Atlantique dans l’Histoire Générale des Voyages de l’abbé Prévost : une Atlantique des Lumières ? " à paraître dans le n° 33 de Dix-huitième siècle (2001), dir. Marcel Dorigny.

BIBLIOGRAPHIE CHRONOLOGIQUE SUR L’APOLOGETIQUE
Monod, Albert : De Pascal à Chateaubriand, les défenseurs français du christianisme de 1670 à 1802 (Paris, Alcan, 1916 ; rééd. Genève, Slatkine, 1970).
Palmer, Robert : Catholics and Unbelievers in Eighteenth Century France (Princeton Univ. Press, 1939).
Prandi, Alfonso : Cristianesimo offeso e difeso. Deismo e apologetica nel secondo Settecento (Bologna, Il Mulino, 1975).
Belaval, Yvon et Bourel Dominique : Le siècle des Lumières et la Bible (Paris, Beauchesne, 1986).
Everdell, William : Christian Apologetics in France (Lewiston/Queenston, The Edwin Mellen Press, 1987).
Albertan-Coppola, Sylviane : " L’apologétique catholique à l’âge des Lumières ", Revue de l’Histoire des Religions, CCV-2/1988.
Lefebvre, Philippe : Les pouvoirs de la parole. L’Eglise et Rousseau (Paris, Le Cerf, 1992).
Goldzink, Jean : " A propos des trois dictionnaires anti-philosophiques ", Les Cahiers de Fontenay, " Lumières et religion ",, n° 71-72, sept. 1993.
Laplanche, François : La Bible en France entre mythe et critique, XVIe-XIXe siècle (Paris, Albin Michel, 1994), chap. V.
Article " Apologistes " (Ch. de Moré-Pontgibaud), Dictionnaire des lettres françaises, Le XVIIIe siècle, dir. Georges Grente, Paris, Fayard, 1960 ; rééd. dir. François Moureau, Paris, Fayard, 1995.
Articles " Anti-Lumières " (Jacques Domenech) et " Apologétique " (S. Albertan-Coppola) du Dictionnaire européen des Lumières, dir. Michel Delon (Paris, PUF, 1997)
Masseau, Didier : Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières (Paris, Albin Michel, 2000).
Numéro spécial de la revue Dix-huitième siècle sur " Christianisme et Lumières ", dir. S. Albertan-Coppola et A. McKenna (n° 34, à paraître en 2OO2).

Chercheur: 

Session: 

19 décembre