Entre sarmatisme et Lumières : le Grand Tour des élites polonaises au XVIIIe siècle

Séance annulée, mais résumé et bibliographie ci-dessous.

Le Grand Tour est pratiqué par les élites de la République de Pologne depuis la Renaissance. Au XVIIe siècle il concerne surtout les enfants de magnats ainsi que les membres du clergé. Les destinations choisies obéissent le plus souvent à des orientations politiques, religieuses correspondant aux intérêts de ces grandes familles. Rome mais aussi La Haye, Berlin, Paris, Vienne, Madrid, entre autres, constituent des étapes obligées de ces voyages dans lesquels la connaissance des hommes s’allie à celle de la culture, de la langue. Les facteurs politiques propres à la Pologne déterminent ces choix. L’élection du roi par la noblesse et les interrègnes qui entretiennent les multiples surenchères, le règne de rois d’origines étrangères, tous ces facteurs entraînent la naissance de nombreux réseaux qui guident les premiers pas dans le monde des jeunes gens de bonnes familles. Avec l’arrivée de deux reines françaises et leur volonté d’intervenir dans les choix politiques de ce pays de nouvelles alliances se dessinent. Dès lors Paris, puis Versailles tendent à rivaliser avec d’autres destinations plus traditionnelles, il s’agit de découvrir la culture de ce nouveau partenaire et de sonder les intentions de ses dirigeants. L’éclat du Roi Soleil, la place éminente qu’occupe alors la France dans le concert des nations suscitent de plus en plus d’intérêt. Le sarmatisme, idéologie triomphante de la noblesse au XVIIe siècle ne semble guère freiner ces élans. Si à l’intérieur du pays il exalte les vertus nationales et encourage un certain repli parfois teinté d’ostracisme à l’égard de ce qui est étranger, les membres des grandes familles ne se privent pas, quand ils le peuvent, d’effectuer leur grand tour. Le principal obstacle à ces déplacements est sans doute d’ordre pécuniaire, les voyages vers l’ouest de l’Europe sont dispendieux et les conditions dans lesquelles ils se déroulent sont éprouvantes.
Ces déterminismes se maintiennent au début du XVIIIe siècle. D’autres réseaux gagnent en importance, la franc-maçonnerie au début de ce siècle présente plusieurs avantages, elle permet d’échanger des points de vue et surtout d’offrir des espaces de sociabilité dans lesquels le jeune magnat pourra rencontrer des personnalités jouant un rôle important dans leurs pays respectifs. Le rôle du préceptorat est également déterminant : très souvent le jeune homme se déplace avec son précepteur, celui-ci le guide, le conduit le plus souvent vers son propre pays. Cette augmentation des voyages provoque des inquiétudes notamment chez les jésuites, éducateurs privilégiés et gardiens de l’identité sarmate. Elles se prolongent avec l’adoption de certaines modes, coutumes ou habitudes. Le vêtement à la française est perçu comme le signe d’une perte de l’identité nationale, le recours à des précepteurs étrangers est considéré comme un danger pour la jeunesse. Derrière ces crispations se profilent des constantes de la société polonaise.
Ces différents facteurs déterminent le choix des itinéraires. Ceux-ci peuvent obéir à des considérations d’ordre politique, les intérêts nationaux et les enjeux internationaux étant étroitement liés, on se rendra à Dresde, capitale des Electeurs de Saxe, rois de Pologne de 1697 à 1763. Vienne et Berlin représentent également des destinations privilégiées en raison du rôle prépondérant que jouent l’Empereur et le roi de Prusse dans cette partie de l’Europe. Plus éloignée, la France est également présente. Le mariage de Louis XV avec la fille du roi Stanislas Leszczynski donne une nouvelle impulsion à l’influence française, qui tente en vain de proposer un roi à l’élection de 1764. Ne pouvant intervenir sur le choix du souverain, elle alimente le courant « républicain » et inspire, durant la période révolutionnaire, un certain nombre de réformateurs radicaux. Le voyage en France a également pour but d’acquérir un certain savoir-vivre et aussi des connaissances, dans les domaines scientifiques et artistiques. Plus traditionnel, le voyage en Italie s’inscrit dans une certaine continuité, religieuse et artistique, les relations avec le Vatican occupent une place importante dans la diplomatie polonaise et le goût pour l’antique ne cesse de se développer. Pour des raisons plus idéologiques, le déplacement s’impose dans des pays considérés par les élites polonaises comme des alliés naturels en raison de la forme « républicaine » de leur gouvernement. Ainsi la Hollande et surtout la Suisse connaissent un certain engouement, encouragé, pour la seconde, par l’activité en Pologne de citoyens suisses respectés, assurant souvent la charge de précepteurs auprès des grandes familles. On remarquera que ces pays ont été des relais importants du protestantisme polonais au XVIe siècle. L’Angleterre, monarchie parlementaire, bénéficie également d’un préjugé favorable. Les progrès qu’elle connaît suscitent l’intérêt d’une élite qui, avec l’élection de Stanislas Auguste en 1763, souhaite promouvoir les Lumières sans pour autant renoncer à ses particularités.
Les retombées de tels voyages sont nombreuses. Stanislas Auguste, le dernier roi de la Pologne indépendante en est sans doute le meilleur symbole : il met en place un mécénat, une politique éducative, des manufactures, des réformes économiques qui s’inspirent des exemples observés lors de ses voyages. Il suit également les conseils donnés par des « experts » rencontrés dans ces pays et qu’il a pu parfois inviter à Varsovie. Les résistances suscitées par ces innovations, s’appuyant sur les traditions les plus figées du sarmatisme, elles-mêmes encouragées par les menées de ses puissants voisins ont cependant eu raison de son règne et de la République du Nord. Néanmoins, en facilitant la formation scientifique d’une élite plus nombreuse, le dernier roi a permis le maintien d’un lien avec la connaissance et sa diffusion, conditions indispensables à la survivance, par delà les tragédies, de la nation qu’il avait souhaité réformer.
Le Grand Tour des élites polonaises au XVIIIe siècle, en assurant la circulation des hommes et des idées, permit à la République du Nord de se doter des moyens intellectuels nécessaires pour maintenir sa place, malgré sa disparition, parmi les nations européennes.

Bibliographie succinte 

ALEKSANDROWICZ, Alina, Izabela Czartoryska, Polskość i europejskość (Isabelle Czartoryska, polonité et sentiment européen), Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, Lublin, 1998.
Anglosasi, Francuzi i Polacy : wzajemny wizerunek dawniej i dziś (Anglosaxons, Français et Polonais: regards croisés d’hier et d’aujourd’hui), pod red. Piotra Guzowskiego i Małgorzaty Kameckiej, Białystok : Wydawnictwo Uniwersytetu w Białymstoku, 2005.
BARBEY, Frédéric, Suisses hors de Suisse. Au service des rois et de la Révolution, d'après des documents inédits, Paris, Perrin, 1914. In-16, 327 p.
BEAUREPAIRE, Pierre-Yves, L'Espace des francs-maçons : une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.
BEAUREPAIRE, Pierre-Yves, L'Europe des francs-maçons : XVIIIe-XXIe siècles, Paris, Belin, 2002.
BEAUVOIS, Daniel, La Pologne : histoire, société, culture, Paris, La Martinière, 2004.
BOYE, Pierre, La Cour polonaise de Lunéville (1737-1766), Nancy-Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1926.
BRATUÑ, Marek, « L’art de voyager utilement, selon Michel-Georges Mniszech d’après un manuscrit inconnu », La Revue française, La culture des voyageurs à l’âge classique, regards, savoirs et discours, numéro électronique, http://revuefrancaise.free.fr.

BRATUÑ, Marek, « Le voyage en France du comte Mniszech, de son frère et de leur précepteur chez Jean-François Séguier (juin, juillet, août 1765) », in Jean-François Séguier (1703-1784) : un Nîmois dans l'Europe des Lumières, colloque de Nîmes, 17-18 octobre 2003, organisé par la Fédération pour l'Institut Séguier, actes réunis par Gabriel Audisio et François Pugnière, Aix-en-Provence, Édisud, impr. 2005, p.149-163.

CIEŚLAK, Edmund, Stanisław Leszczyński, Warszawa, Osslineum, 1994.

La Cultura latina, italiana, francese, nell’Europa Centro-orientale (Les cultures latine, italienne, française dans l’Europe Centre-orientale), textes publiés sous la direction de Gaetano Platania, Viterbe, Sette Città, 2004.

CZARTORYSKI, Adam, Mémoires du prince Adam Czartoryski et correspondance avec l'empereur Alexandre Ier., Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1887.

DABROWSKI, Jan, Polacy w Anglii i o Anglii (Les Polonais en Angleterre et sur l’Angleterre), Warszawa, Wydawn, Literackie, 1962.

DE CAPRIO MOTTA, Maria Ludovica Gonzaga Nevers, Una principessa Franco-Mantovana sul trono di Polonia (Marie-Louise de Gonzague, une princesse franco-mantouane sur le trône de Pologne) Roma, Vecchiarelli, 2002.
L’Europa di Givanni Sobieski, cultura, politica, mercatura e società (L’Europe de Jean Sobieski, culture, politique, commerce et société), textes publiés sous la direction de Gaetano Platania, Viterbe, Sette Città, 2005.
Échanges entre la Pologne et la Suisse du XIVe au XIXe siècle, choses, hommes, idées, études de A. Gieysztor, H.-C. Peyer, S. Stelling-Michaud, H. Barycz... Genève, Droz, (Ambilly-Annemasse : Presses de Savoie), 1964.

FABRE, Jean, Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Paris, Ophrys, 1984.
Francja w pamiętnikach Polaków : antologia (La France dans les mémoires des Polonais: anthologie) wybór, wstęp, komentarze i przypisy Andrzej Gawerski, Warszawa : « Interpress », 1981.
GAWERSKI, Andrzej, « Stanisław August Poniatowski w Paryzu » (Stanislas Auguste Poniatowski à Paris), in Francja-Polska, XVIII-XIX w, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1983, p. 50-61.
GIEYSZTOR, Aleksander, Au seuil des relations polono-suisses, Genève, Droz, s. d.
HASS, Ludwik, Wolnomularstwo w Europie Środko-Wschodniej w XVIII i XIX wieku (La franc-maçonnerie dans l’Europe centre-orientale aux XVIIIe et XIXe siècles) , Warszawa, Osslineum, 1982.

JUNDZIŁŁ, Bonifacy Stanisław, Mémoires, Krakòw, 1905.

KAMECKA, Małgorzata, « Les voyages d’éducation des Polonais en France (fin du XVIIIe siècle – début du XIXe siècle) » in « Toute la France est polonaise ! » La présence polonaise en France aux XIXe et XXe siècles, Textes réunis et publiés par Agnieszka Jakuboszczak et Daniel Tollet, Poznań-Paris, Wydawnictwo Poznańkie, 2007.

KLIMOWICZ, Mieczysław, Oświecenie (Les Lumières), Warszawa, PWN, 1998.
Kraków sarmacki (Cracovie sarmate), Kraków, Secesja, 1992.
KWIATKOWSKI, Marek, Jan Chrystian Kamsetzer architekt Stanislawa Augusta (Jean Christian Kamsetzer, architecte de Stanislas Auguste), Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1978.
LIBISZOWSKA, Zofia. Zycie polskie w Londynie w XVIII wieku (La vie des Polonais à Londres au XVIIIe siècle) , Warszawa, Instytut wydawniczy Pax, 1972.
LORET, Maciej (1880-1949), Życie polskie w Rzymie w XVIII wieku (La Vie des Polonais à Rome au XVIIIe siècle), Rzym, s.n., 1930.
MAUGRAS, Gaston (1851-1927), La cour de Lunéville au XVIIIe siècle : les marquises de Boufflers et Du Châtelet, Voltaire, Devau, Saint-Lambert, etc, Paris, Plon-Nourrit, 1904.
MICHALSKI, Jerzy, Sarmatyzm i europeizacja Polski XVIII wieku (Sarmatisme et européanisation de la Pologne au XVIIIe siècle), Warszawa, 1963.
MIKOCKI, Tomasz, À la recherche de l'art antique, les voyageurs polonais en Italie dans les années 1750-1830, Wrocław, Zakład narodowy im. Ossolińskich, 1988.
MORAWSKA, Teofila Konstancja, Diariusz podroży 1773-1774 (Journal de voyage, 1773 – 1774) Wrocław, Wydawn, Uniwersytetu Wrocławskiego, 2002.
MOSZYNSKI, Fryderik Jozef (Cte), Voyage en Provence d'un gentilhomme polonais (1784-1785), le comte Moszynski: publié d'après le manuscrit de Cracovie, Marseille, Institut historique de Provence, 1930.
NIEMCEWICZ, Julian Ursyn (1751-1841), Pamie̡tniki czasów moich..(Souvenirs de mon époque), Warszawa, Państwowy Instytut wydawniczy, 1957.
PLATANIA, Gaetano, « Il Viaggio politico: il caso di Michele Casimiro Radziwill, Principe polacco, a Vienna, a Roma nella documentazione d’archivo » (le voyage politique : le cas de Michel Casimir Radziwill, prince polonais, à Vienne et à Rome, d’après une documentation provenant des archives), in Il Viaggio in testi inediti o rari (Le voyage dans des textes inédits et rares), études publiées sous la dierction de Fernanda Roscetti, Istituto Nazionale di Studi Romani, 1998, p. 69-173.
Polacy w historii i kulturze krajów Europy Zachodniej, słownik biograficzny (Les Polonais dans l’histoire et la culture des pays d’Europe de l’Ouest, dictionnaire biographique), Zakład Badań nad Polonia̧ Zagraniczna̧ Polskiej Akademii Nauk, Poznań, Instytut Zachodni, 1981.
Polski słownik biograficzny (Dictionnaire biographique polonais) Polska Akademia nauk, Instytut historii, Kraków, Zakład narodowy im. Ossolińskich, 1935 -
RADZIWIŁŁ, Bogusław, Autobiografia , Warszawa, Państ. Instytut Wydawniczy, 1979.
RÉAU, Louis, L’Europe française des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938.
ROSSET, François, Triaire, Dominique, Jean Potocki, Paris, Flammarion, 2004.

SAWICKI, Piotr, Polacy a Hiszpanie : ludzie, podróze (Les Polonais et l’Espagne: voyages et voyageurs), Wroclaw, Wydawn. Uniwersytetu Wroclawskiego, 1995.

SCHER-ZEMBITSKA, Lydia, L'Aigle et le phénix : un siècle de relations franco-polonaises : 1732-1832, Paris, CNRS, 2001.

SCHER-ZEMBITSKA, Lydia, Stanislas Ier : un roi fantasque, Paris, CNRS, 1999.

SLABCZYNSKI, Wacław, Polscy podróżnicy i odkrywcy (voyageurs et découvreurs polonais) Warszawa, Panstwowe Wydawnictwo naukowe, 1973.
STANISLAS II AUGUSTE PONIATOWSKI, Mémoires…, Leningrad, Académie des sciences de Russie, St.-Pétersbourg, Impr. de l'Académie impériale des sciences, 1914-1924.
STANISLAS II AUGUSTE PONIATOWSKI, Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Madame Geoffrin, Paris, Plon, 1875.
STASZEWSKI, Jacek, Polacy w osiemnastowiecznym Dreźnie (Polonais du XVIIIe siècle à Dresde), Wrocław : Zakład Narodowy imienia Ossolińskich, 1986.
TABORSKI, Roman, Polacy w Wiedniu (Les Polonais à Vienne), Wrocław, Zakład narodowy im. Ossolińskich, 1992.
TAZBIR, Janusz, Sarmaci i Świat (Les Sarmates et le monde), in Prace Wybrane (Travaux choisis), tom 3, Kraków, Universitas, 2001.
TAZBIR, Janusz, Reformacja, kontrreformacja, Tolerancja (Réforme, Contreréforme, Tolérance) Wrocław, Wyadawnictwo Dolnośląskie, 1999.
MIKOŁAJCZAK, Aleksander Wojciech, Łacina w kulturze polskiej (le latin dans la culture polonaise), Wrocław, Wyadawnictwo Dolnośląskie, 1999.
« Warunki podrozy po Europie Zachodniej w drugiej polowie XVIII w. w relacjach trzech polskich duchownych » (Les conditions du voyage en Europe de l’Ouest durant la seconde moitié du XVIIIe siècle dans les relations de trois religieux polonais), Dariusz Glowka, Kwartalnik hist. Kult. Mater, L 1 2002, pp. 61-72 .
WOJTOWICZ, Jerzy, « Jan Łukasz, Thoux de Salverte – wolnomularz i okultysta », in in Francja-Polska, XVIII-XIX w, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1983, p. 163-172.
MA̧CZAK, Antoni , Życie codzienne w podróżach po Europie w XVI i XVII wieku (La vie quotidienne dans les voyages aux XVIe et XVIIe siècles), Warszawa, Państ, Instytut Wydawniczy, 1980.
ZUILI, Marc, « Un Polonais en Espagne et au Portugal au début du XVIIe siècle : Jacques Sobieski », in Da Est ad Ovest, da Ovest ad Est, viaggiatori per le strade del mondo (De l’Est vers l’Ouest, de l’Ouest vers l’Est, voyageurs sur les routes du monde), textes réunis sous la direction de Gaetano Platania, Viterbe, Sette Città, 2006.
Życie kulturalne i religijność w czasach Stanisława Augusta Poniatowskiego (La vie culturelle et religieuse à l’époque de Stanislas Auguste Poniatowski), pod red. Mariana Marka Drozdowskiego, Warszawa, Wyd. sejmowe, 1991.

Chercheur: 

Session: 

31 mars