Esclave et négrier : les Voyages de Saugnier (1783-1786)

Les « relations » de Saugnier publiées d’abord en 1791, puis en 1799 (voir la bibliographie jointe) ne sont pas sans poser divers problèmes, dont l’identité même de l’auteur et sa participation effective à la rédaction des textes. La période correspond à l’intérêt renouvelé pour l’Afrique et les possessions françaises du Sénégal. Après la relation du naturaliste Adanson, les lettres du chevalier de Boufflers, gouverneur du Sénégal, à Mme de Sabran (1785-1787), qui fit venir en France de petits Africains plus ou moins bien assimilés (voir le roman _Ourika_ de Mme de Duras) correspondent à la reprise en main de colonie passée, après un intermède anglais entre 1763 et 1783, du contrôle de la Compagnie des Indes à celui, directe, du Roi. La bibliographie transcrite ci-dessous montre la multiplication des récits concernant l’Afrique subsaharienne entre 1789 et 1802. Les relations concernant le Nord de l’Afrique étaient, de loin, plus nombreuses et plus traditionnelles, en particulier les récits de captivité. De fait, les « relations » de Saugnier, fondées sur les « journaux », du voyageur correspondent à deux voyages très distincts. La première concerne un voyage vers le Sénégal interrompu par un naufrage sur ce qui est aujourd’hui la côte mauritanienne où Saugnier est retenu comme esclave, puis transféré, par divers patrons, vers le Maroc et Tanger qui sera sa dernière étape africaine avant son rachat (1783-1784). La seconde relation traite du nouveau voyage de Saugnier au Sénégal et de sa remontée du fleuve pour acheter des esclaves à Galam et les livrer sur la côte aux navires négriers (1785-1786). A la même époque, se développe en France un mouvement en faveur de l’abolition de l’esclavage. Après Montesquieu, Voltaire ou Raynal, la Société des Amis des noirs créée par Brissaud, où l’on retrouve Boufflers, milite pour cette abolition. En 1791, les mulâtres des colonies acquièrent la nationalité française, l’abolition est votée en 1794, mais l’esclavage sera rétabli par Bonaparte, premier consul, en 1802. Comme la plupart des récits de voyage de l’Âge classique, les « relations » de Saugnier témoignent d’une forte intertextualité avec d’autres récits ; les gravures sont reprises, les savoirs commerciaux des récits antérieurs sont intégrés sans référence. On note que le « mémoire » de Follie (bibliographie) publié en 1792 semble repris pour une large partie (les mœurs des tribus « maures ») de l’ouvrage de Saugnier publié l’année précédente : nous y reviendrons. Nous l’avons dit, ces « relations » sont très singulières, puisqu’elles concernent deux voyages très différents où l’auteur, une espèce d’aventurier à qui rien ne réussit, multiplie les péripéties. Dans les deux cas, il s’agit d’esclavage, d’esclavage subi dans un cas, d’esclavage imposé dans l’autre. Dans aucun des deux cas, il n’y a de jugement moral sur l’esclavage. Pour ce qui est de ses activités de négrier avisé, Saugnier développe un discours à l’esclave qui tente de le persuader qu’il sera beaucoup plus heureux en Amérique. Le texte même des « relations » pose divers problèmes, dont celui de l’identité de l’auteur. L’édition de 1791 propose un fragment d’une « grande carte d’Afrique », fort précise, établie sur l’ordre de Jean-Benjamin de Laborde (1734-1794), bien connu par ailleurs par des éditions de voyage qu’il a compilées et illustrées (_Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires de la Suisse_ de Béat Zurlauben, 1780-1786, etc.) et par des travaux érudits sur la musique ancienne et moderne, dont celle de la Chine et des Arabes (1780). La carte de Laborde suit le parcours de Saugnier dans ses divers voyages et annote la carte de repères le concernant. Il semble bien que Laborde ait cousu deux récits d’origines différentes. Le premier est une somme d’aventures complétée par une longue dissertation sur les mœurs locales largement inspirée d’une littérature antérieure. Le second présente la relation d’un échec personnel dans un Sénégal vu de manière totalement négative (à l’inverse d’Adanson) où le séjour est considéré comme une espèce de suicide programmé. Le relateur y condamne les puissants et la Compagnie des Indes responsables de cette situation. Se pose alors la question de l’auteur ? Saugnier est un personnage totalement inconnu, dont on ignore même le prénom. Il fait une courte autobiographie à l’ouverture de chacun de ses deux voyages : elle n’est guère éclairante et parfois contradictoire, même s’il se présente comme un jeune aventurier plein d’ambition et désireux de s’enrichir au plus vite. Le récit est à la première personne, comme cela est habituel dans la littérature viatique. Mais on note que la première relation est très proche de celle de Follie citée plus haut, cet administrateur qui partagea l’esclavage chez les « Maures » avec Saugnier. Laborde indique sur sa carte de 1791 le périple de Follie ; mais si Follie est cité dans Saugnier, Saugnier ne l’est pas dans le récit de Follie. Saugnier a-t-il existé ? La seconde « relation » est un journal de « traitant » extrêmement précis et technique (la marchandise d’échange, la « coutume » et les procédures avec les « princes » africains et les « Maure » qui fournissent les esclaves). On notera que l’édition de 1799 de « Saugnier » est donnée comme « publiée par Laborde, et précédée d’une notice historique sur la vie et les ouvrages de ce littérateur » » : ce qui peut être une manière de signer, à titre posthume, ces « relations » qui n’en ont pas moins valeur de témoignage très distancié sur l’un des grands crimes perpétré et subi en Afrique.

BIBLIOGRAPHIE PRIMAIRE
Les trois éditions françaises du texte
[SAUGNIER,] Relations de plusieurs voyages à la côte d’Afrique, à Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, etc., avec des détails intéressants pour ceux qui se destinent à la traite des nègres, de l’or, de l’ivoire, etc., tirées des journaux de M. Saugnier qui a été longtemps esclave des Maures et de l’empereur de Maroc. On y a joint une carte de ces différents pays, réduite de la grande carte d’Afrique de M. de Laborde, ancien premier valet de chambre ordinaire du roi, et gouverneur du Louvre, Paris, Gueffier jeune, 1791 [éditions modernes : 1re partie dans Maurice Barbier, Trois Français au Sahara occidental 1784-1786, Paris, L’Harmattan, 1984 ; édition complète par François Bessire, Publications de l’université de Saint-Étienne, « Lire le dix-huitième siècle », 2005].
[—,] Relations de plusieurs voyages à la côte d’Afrique, à Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, etc., avec des détails intéressants pour ceux qui se destinent à la traite des nègres, de l’or, de l’ivoire, etc., tirées des journaux de M. Saugnier qui a été longtemps esclave des Maures et de l’empereur de Maroc, Paris-Maestricht, Roux et cie, 1792.
[—,] Relation des voyages de Saugnier, à la côte d’Afrique, à Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, etc. ; avec des détails intéressants pour ceux qui se destinent au commerce de l’or, de l’ivoire, et autres productions de ces pays. Publiée par Laborde, et précédée d’une notice historique sur la vie et les ouvrages de ce littérateur, Paris, Lamy, an VIII (1799).
La traduction anglaise
[SAUGNIER et BRISSON Pierre-Raymond,] Voyages to the coast of Africa by Mess. Saugnier and Brisson : containing an account of their shipwreck on board different vessels, and subsequent slavery, and interesting details of the manners of the Arabs of the desert, and of the slave trade, as carried on at Senegal and Galam. With an accurate map of Africa. Translated from the French, London, Robinson, 1792.
Les autres relations contemporaines
Partie septentrionale
Voyage dans les états barbaresques de Maroc, Alger, Tunis et Tripoli ou Lettres d’un des captifs qui viennent d’être rachetés par MM. les Chanoines réguliers de la Sainte-Trinité ; suivies d’une notice sur leur rachat, Paris, Guillot, 1785.
[FOLLIE Adrien-Jacques,] Mémoire d’un Français qui sort de l’esclavage, par M. Follie, officier d’administration dans les colonies, Amsterdam et Paris, Laporte, 1785 [édition moderne dans M. Barbier, Trois Français, op. cit.].
[—,] Voyage dans les déserts du Sahara, contenant [...] la relation de son naufrage et de ses aventures pendant son esclavage [...], un précis exact des mœurs, des usages et des opinions des habitants du Sahara par M. Follie, Paris, impr. du Cercle social, 1792 [2e partie présentée en variantes de la relation de Saugnier dans M. Barbier, Trois Français, op. cit.].
[BRISSON Pierre-Raymond de,] Histoire du naufrage et de la captivité de M. de Brisson, officier de l’administration des colonies, avec la description des déserts d’Afrique, depuis le Sénégal jusqu’au Maroc, Genève, Barde, Manget et Cie, Paris, Royez, 1789 [édition moderne de la dernière partie dans M. Barbier, Trois Français, op. cit.].
POTOCKI Jan, comte, Voyage dans l’empire du Maroc fait en 1791, suivi du Voyage de Hafez, Varsovie, Dufour, 1792 [édition moderne par Jean-Louis Miège, Paris, Maisonneuve et Larose, « Dédale », 1997].
[LEMPRIERE William,] Voyage dans l’empire de Maroc et le royaume de Fez, fait pendant les années 1790 et 1791, par G. Lemprière... Traduit de l’anglais, par M. de Sainte-Suzanne, Paris, Tavernier, an IX (1801).
Sénégal
[PRUNEAU DE POMMEGORGE, Antoine-Edme], Description de la Nigritie par M. P.D.P. […] enrichie de cartes, Amsterdam et Paris, Maradan, 1789.
PARK Mungo, Voyage dans l’intérieur de l’Afrique, fait en 1795, 1796 et 1797, […] traduit de l’anglais sur la seconde édition par J. Castéra, Paris, Tavernier, Dentu, Carteret, an VIII (1800).
GRANDPRE Louis-Marie-Joseph O’Hier de, Voyage à la côte occidentale d’Afrique, fait dans les années 1786 et 1787, Paris, Dentu, an IX (1801).
DURAND Jean-Baptiste-Léonard, Voyage au Sénégal […], Paris, Agasse, an X (1802).
GOLBERY Sylvain Meinrad Xavier de, Fragments d’un voyage en Afrique fait, pendant les années 1785, 1786 et 1787, dans les contrées occidentales de ce continent…, Paris, Treuttel et Würtz, an X (1802).
LABARTHE Pierre, Voyage au Sénégal pendant les années 1784 et 1785, d’après les mémoires de Lajaille…, contenant des recherches sur la géographie, la navigation et le commerce de la côte occidentale d’Afrique, depuis le cap Blanc jusqu’à la rivière de Serralione, avec des notes sur la situation de cette partie de l’Afrique jusqu’en l’an X, Paris, Dentu, an X (1802).
VILLENEUVE René Claude Geoffroy de, L’Afrique ou Histoire, mœurs, usages et coutumes des Africains. Le Sénégal, par R. G. V., ouvrage orné de 44 planches exécutées la plupart d’après des dessins originaux inédits faits sur les lieux, Paris, Nepveu, 1814.
Les autres sources contemporaines
BOUFFLERS Stanislas-Jean, chevalier de, Lettres d’Afrique à Mme de Sabran [relation épistolaire de deux voyages et séjours au Sénégal, 1785-1787], François Bessire éd., Arles, Actes-Sud, « Babel », 1998.
CHENIER Louis de, Recherches historiques sur les Maures et histoire de l’Empire de Maroc, Paris, 1787, 3 vol.
—, Journal du Consulat général de France à Maroc, 1767-1785, paraphé par Louis Chénier, texte publié d’après le manuscrit autographe par Charles Penz, Casablanca, Imprimeries réunies, « Publications de l’Institut des hautes études marocaines », 1943.
Les principales relations antérieures
Partie septentrionale
[MARMOL Y CARVAJAL Luis del,] L’Afrique de Marmol, Paris, Jolly, 1667, 3 vol.
[MOÜETTE Germain,] Histoire des conquestes de Mouley Archy, connu sous le nom de roy de Tafilet, et de Mouley Ismaël ou Seméin, son frère et son successeur à présent régnant, tous deux rois de Fez, de Maroc, de Tafilet, de Sus, etc., contenant une description de ces royaumes, des loix, des coustumes et des moeurs des habitans, avec une carte du païs... par le sieur G. Moüette, qui y a demeuré captif pendant onze années, Paris, E. Couterot, 1683.
—, Relation de captivité dans les royaumes de Fez et de Maroc […] avec un traité du commerce […] ensemble les traits principaux de la langue qui est la plus en usage dans le pays, Paris, J. Cochart, 1683 [édition moderne par Xavier Girard, Paris, Mercure de France, « Le Petit Mercure », 2002].
LA CROIX A. Phérotée de, Relation universelle de l’Afrique ancienne et moderne où l’on voit ce qu’il y a de remarquable […], Lyon, T. Amaulry, 1688, 4 vol.
PIDOU DE SAINT-OLON, François, État présent de l’empire de Maroc, Paris, Brunet, 1694 [éd. moderne par Xavier Girard, Paris, Mercure de France, « Le Petit Mercure », 2002].
LUCAS Paul, Voyage du sieur Paul Lucas, fait par ordre du Roy dans la Grèce, l’Asie Mineure, la Macédoine et l’Afrique..., Paris, N. Simart, 1712, 2 vol.
Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d’Alger et de Tunis, fait en 1720 par les P. P. François Comelin, Philémon de La Motte et Joseph Bernard […], Paris, Sevestre, 1721.
[NEANT, Père Nolasque], Relation de ce qui s’est passé dans les trois voyages que les religieux de l’ordre de Nostre-Dame de la Mercy ont faits dans les estats du Roy de Maroc, pour la rédemption des captifs en 1704, 1708 et 1712, par un des Pères députez pour la rédemption..., Paris, A.-U. Coustelier, 1724.
Relation en forme de journal de voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes de Maroc et d’Alger, pendant les années 1723, 1724 et 1725, par les P. P. Jean de la Faye […], Denis Mackar […], Augustin d’Arcisas […], Henry Le Roy […], Paris, Sevestre, 1726.
[PELLOW Thomas,] The History of the Long Captivity of Thomas Pellow in South Barbary, by Himself. London, 1739 [traduction française, sous le titre « L’Histoire de la longue captivité et des aventures de Thomas Pellow dans le sud de la Barbarie », dans Magali Morsi, La Relation de Thomas Pellow : une lecture du Maroc au XVIIIe siècle, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations, 1983].
[SHAW Thomas,] Voyages de M. Shaw, [...] dans plusieurs provinces de la Barbarie et du Levant, contenant des observations géographiques, physiques, philologiques, [...] sur les royaumes d’Alger et de Tunis, sur la Syrie, l’Égypte et l’Arabie Pétrée, [...] traduits de l’anglois..., La Haye, J. Neaume, 1743, 2 vol.
Sénégal
[LE MAIRE Jacques-Joseph,] Les Voyages du sieur Le Maire aux îles Canaries, Cap-Vert, Sénégal et Gambie, sous monsieur Dancourt, directeur général de la Compagnie royale d’Afrique, Paris, Jacques Collombet, 1695.
LABAT Jean Baptiste, Nouvelle relation de l’Afrique occidentale contenant une description exacte du Sénégal et des pays situés entre le cap Blanc et la rivière de Serrelionne [...] avec l’état ancien et présent des compagnies qui y font le commerce, Paris, Guillaume Cavelier, 1728, 5 vol.
[ADANSON Michel,] Histoire naturelle du Sénégal. Coquillages. Avec la relation abrégée d’un voyage fait en ce pays, pendant les années 1749, 50, 51, 52 et 53, par M. Adanson, correspondant de l’Académie royale des Sciences, Paris, Bauche, 1757 [édition moderne : Voyage au Sénégal, Denis Raynaud et Jean Schmidt éd., Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1996].

PETITE BIBLIOGRAPHIE SECONDAIRE
BARBIER Maurice, Trois Français au Sahara occidental 1784-1786, Paris, L’Harmattan, 1984.
BARRY Boubacar, La Sénégambie du XVe au XIXe siècle. Traite négrière, Islam et conquête coloniale, Paris, L’Harmattan, 1988.
BATHILY Abdoulaye, Les Portes de l’or : le royaume de Galam (Sénégal) de l’ère musulmane au temps des négriers (VIIIe-XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1989.
BIONDI Jean-Pierre, Saint-Louis du Sénégal. Mémoires d’un métissage, Paris, Denoël, 1987.
BOUTEILLER Paul, Le chevalier de Boufflers et le Sénégal de son temps (1785-1788), Paris, Lettres du Monde, 1995.
BRAHIMI Denise, Voyageurs français du XVIIIe siècle en Barbarie, Lille, ART et Paris, Champion, 1976.
—, Opinions et regards des Européens sur le Maghreb aux XVIIe et XVIIIe siècles, Alger, Société nationale d’édition et de diffusion, 1978.
COTTIAS Myriam, La Question noire : histoire d’une construction coloniale, Paris, Bayard, 2007.
FLUCHARD Claude et SALIFOU André, L’Europe et l’Afrique du XVe siècle aux indépendances, Éditions Universitaires et De Boeck Université, 1987.
GELLAR Sheldon, Senegal : an African nation between Islam and the West, Oxford-Boulder (Colo.), Westview Press, 1982.
KOLTERMANN Till Philip et REBSTOCK Ulrich, « Les plus anciennes lettres des émirs du Trarza, Mauritanie : témoins de la politique maure d’alliances avec la Hollande et l’Angleterre, 1721-1782 », Pages d’histoire de la côte mauritanienne : XVII-XVIIIe siècles, Paris-Budapest-Kinshasa, L’Harmattan, « L’Ouest saharien. Hors série, no 6 », 2006, p. 1-62.
PETRE-GRENOUILLEAU Olivier, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 2004.
JORE Léonce, Les Établissements français sur la côte occidentale d’Afrique de 1758 à 1809, Paris, Maisonneuve et Larose, 1965.
SCHEFER Christian éd., Instructions générales données de 1763 à 1870 aux gouverneurs et ordonnateurs des établissements français en Afrique Occidentale, t. I : 1763-1831, Paris, Champion, 1921.
SEARING James F., « Aristocrats, Slaves, and Peasants : Power and Dependency in the Wolof States, 1700-1850 », The International Journal of African Historical Studies, no 21, 1988, p. 475-503.
—, West African Slavery and Atlantic Commerce : The Senegal River Valley, 1700-1860, Cambridge University Press, 1993.
SINOU Alain, Comptoirs et villes coloniales du Sénégal, Saint-Louis, Gorée, Dakar, Paris, Karthala et Orstom, 1993.

Chercheur: 

Session: 

02 décembre