Flibustiers et écumeurs de la mer des Antilles à travers les mailles du discours viatique (XVIIe siècle)

Les Antilles, vers où convergent au XVIIe siècle les ambitions territoriales des Français, des Anglais, des Espagnols et même des Hollandais, forment, on le sait, un bastion privilégié de la piraterie sous ses multiples formes. Les voyageurs s'aventurant dans cette zone de turbulence sont hantés par la présence des contrebandiers dont les attaques à l'improviste constituent un ressort dramatique habituel des récits de mer.
Notre propos sera moins de révéler les conditions de vie de ces aventuriers que de mettre au jour le portrait souvent partial qu'en dressent les auteurs de l'époque. Dans un contexte de rivalité territoriale exacerbée, on ne s'étonnera guère de trouver des témoignages franchement hostiles où la figure du corsaire et du flibustier -; les auteurs du XVIIe siècle confondent encore ces deux termes -; tient souvent lieu de repoussoir. Dans la tissure textuelle des relations, le pirate, ravalé parfois au rang de barbare, se dresse non seulement contre l'ordre social mais encore contre l'ordre religieux et moral. En effet, l'auteur anonyme de l'Histoire de l'Isle de Grenade en Amérique le représente volontiers sous les traits d'un débauché, d'un lâche et d'un pervers, allant jusqu'à lui imputer l'échec de l'entreprise française à Saint-Domingue.
À l'encontre de ce discours farouchement antagoniste, d'autres documents nous livrent une version plus nuancée. Ainsi les pères Du Tertre et Labat ne cachent pas leur admiration pour les exploits des flibustiers au point de paraître suspects aux yeux de certains commentateurs. Mieux encore, Exquemelin et l'auteur anonyme de la Relation d'un voyage infortuné fait aux Indes occidentales font ouvertement l'apologie de ces êtres d'exception dont ils ont eux-mêmes partagé l'existence tumultueuse. Mais de quelque côté qu'il se range à l'égard du "brigandage" naval, le voyageur n'est pas exempt de contradictions. Si Richard Hawkins se livre à un plaidoyer en faveur des boucaniers anglais qui écument les côtes américaines, son récit malmène sans ménagement les Espagnols qui osent les défier. S'agit-il de ses compatriotes, dont il énumère les prises avec fierté, le navigateur s'emploie, par les subterfuges de son discours, à dissimuler la violence de leurs assauts. S'agit-il des ennemis, le relationnaire ne manque pas de faire ressortir leurs actions sanguinaires et leur duplicité.
Par-delà son caractère romanesque et divertissant, la rencontre avec les corsaires fournit au voyageur une arme de choix dans la course à la possession de nouveaux territoires. En effet, le dénigrement de l'adversaire ne peut que stimuler la ferveur de nouvelles recrues ainsi que la générosité de certains mécènes. Mais l'enjeu d'une telle stratégie est aussi personnel. Le narrateur, en étalant tantôt sa supériorité, tantôt son impuissance devant la menace étrangère, parvient, selon le cas, à s'ériger en héros ou en victime malheureuse. Peu importe le registre choisi, il tire toujours profit de cette confrontation avec l'ennemi qui intervient le plus souvent comme faire-valoir. Dans une perspective comparatiste orientée surtout vers les textes français et anglais du XVIIe siècle, notre contribution vise à traquer les ruses de la rhétorique discursive mise en place dans les relations de voyage, à l'origine d'un prototype littéraire au profil ambigu.

Indications bibliographiques
Anonyme, Histoire de l'Isle de Grenade en Amérique, 1649-1659, texte présenté et annoté par Jacques Petitjean Roget, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1975.
Anonyme, Un flibustier français dans la mer des Antilles 1618-1620. Relation d'un voyage infortuné fait aux Indes occidentales par le capitaine Fleury avec la description de quelques îles qu'on y rencontre, recueillis par l'un de ceux de la compagnie qui fit le voyage, texte présenté par Jean-Pierre Moreau, Seghers, Paris, 1990.
Raymond Breton, Relation de l'île de la Guadeloupe, t. I, Basse-Terre, Société d'histoire de la Guadeloupe, 1978.
Samuel de Champlain, Narrative of a voyage to the West Indies and Mexico in the years 1599-1602, Londres, Hakluyt Society, 1859.
William Dampier, Dampier's Voyages, consisting of a New voyage round the world, a Supplement to the Voyage round the world, Two voyages to Campeachy, a Discourse of winds, a voyage to New Holland, and a Vindication, in answer to the Chimerical relation of William Funnell, édité par John Masefield, Londres, Richards, 1906 [1699].
Jean-Baptiste Du Tertre, Histoire generale des isles de S. Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique, et autres dans l'Amerique, Paris, Chez Jacques Langlois et Emmanuel Langlois, 1654.

Alexandre-Olivier Exquemelin, Histoire des frères de la côte. Flibustiers et boucaniers des Antilles, Biarritz, Éditions Maritimes et d'Outre-Mer, 1980 [1688].
Richard Hawkins, Voyage into the South Sea, New York, Da Capo Press, 1968 [1622] .
Jean-Baptiste Labat, Voyages aux Isles de l'Amérique (Antilles), 1693-1705, Paris, Seghers, 1979 [1722].
Richard Ligon, A true & exact history of the island of Barbadoes, Londres, F. Cass, 1976 [1673].
Lionel Wafer, A new voyage & description of the isthmus of America, Oxford, Hakluyt Society, 1934 [1699].

Publications sur les voyages
"Entre nature et culture : les ambiguïtés du discours utopique de Chrestien Leclercq" in Études francophones, vol. XIV, no 2, automne 1999, p. 83-98.
"Le pays inventé ou la fiction géographique au temps des précieux", in Studi Francesi, n° 126, 1998, p. 434-450.
"Relations de missions et intertextualité : les voies de Paul Lejeune et de Chrestien Leclercq", dans Papers on French Seventeenth Century Literature, n° 49, 1998, p. 497-509.
"Les méandres de Marc Lescarbot au Nouveau Monde, du voir-dire à la digression érudite" in Miroirs de textes. Récits de voyage et intertextualité, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences de Nice, n° 49, 1998, p. 187-199.
La tentation de l'épopée dans les "Relations" des jésuites, Septentrion, 1997, 299 p.
"Godwin et Cyrano : deux conceptions du voyage", in Dalhousie French Studies, n° 39-40, été-automne 1997, p. 45-57.
"La figure du voyageur-missionnaire en Nouvelle-France dans les relations de Sagard et de Lejeune (1632)", article rédigé en collaboration avec Réal Ouellet et commandé par Frank Lestringant, publié dans la Revue des sciences humaines, n° 245, janvier-mars 1997, p. 93-110.
"L'arc et l'épée : les images de la guerre chez le jésuite Paul Lejeune", in Rhétorique et conquête missionnaire : le jésuite Paul Lejeune, Les Nouveaux cahiers du Célat, sous la direction de Réal Ouellet, Québec, Septentrion, mars 1993, p. 41-52.

Chercheur: 

Session: 

16h30