Giorgio Pannilini, l’autobiographie d’un renégat italien, 1565

Giorgio Giglio Pannilini, capturé à quatre reprises par les pirates barbaresques, entre 1528 et 1550, deux fois renégat de la foi chrétienne, a passé plus de dix ans dans l’Empire ottoman, au service de la Grande Porte. Ce personnage au destin singulier nous a laissé un manuscrit unique, conservé à la Bibliothèque Vaticane, à la publication duquel je travaille. Rédigé entre 1567 et 1579, cet ouvrage n’est pas seulement un récit de captif ; il est aussi un livre de famille, une confession, un atlas géographique, et un essai de controverse religieuse. Pannilini, définitivement rentré en Italie, écrit pour rassembler les connaissances accumulées au cours de ses voyages, pour justifier ses errements, et pour renouer aussi le fil sans cesse interrompu avec les siens. Le récit de soi fait partie du processus de réintégration dans son monde d’origine. L’auteur revient à plusieurs reprises sur le récit de ses captures, de son reniement et de son retour, tantôt pour le conformer aux canons du récit du renégat réconcilié, tantôt, au contraire, pour revendiquer sa longue pratique de la vie et de la religion « turque », qui lui suggère des rêves très hétérodoxes de concorde entre foi musulmane et foi chrétienne.

Chercheur: 

Session: 

10h30