Gonneville et les Mémoires touchant l'établissement d'une mission chrestienne dans le troisième monde : autrement appelé, la terre australe, méridionale, antarctique & inconnuë : utopie et/ou voyage

La première mention de Gonneville et de son exploration se trouve dans l’ébauche manuscrite d’un projet d’évangélisation des Terres australes, rédigée en 1654 par l’abbé Jean Paulmier. A travers les quatre versions successives de son texte Paulmier révèle progressivement de plus en plus d'informations sur ce voyage, attribuant à Gonneville la découverte des Terres australes. Depuis la publication des Mémoires de Paulmier, la recherche de la terre de Gonneville s'est intensifiée en France : on l'avait crue d'abord sous le cap de Bonne Espérance, et ensuite au Brésil. Et si Gonneville et ses découvertes n’étaient qu’une invention de l’Abbé, totale ou partielle ?

Bibliographie

Avezac, Armand d’, Campagne du Navire l’Espoir de Honfleur (1503-1505), Relation authentique du voyage du Capitaine de Gonneville ès nouvelles terres des Indes publiée intégralement pour la première fois avec une introduction et des éclaircissements par M. d’Avezac, Genève, Slatkine Reprints, (Paris, Challamel aîné 1869), 1971.
Avity, Pierre d’, seigneur de Montmartin, Le Monde, ou la Description générale de ses quatre parties, avec tous ses empires, royaumes, estats et républiques, Paris, G. Sonnius, 1637.
Béthencourt, Jean de, Histoire de la première découverte et conqueste des Canaries dès l’an 1402..., Paris, M. Soly, 1630.
Boissais, Emile, Binot Paulmier dit le capitaine de Gonneville, ses origines, son voyage, sa descendance, Caen, Henri Delesques, 1912.
[Bouvet de Lozier, Jean-Baptiste,] « Lettre du sieur Lozier-Bouvet, premier Lieutenant de Vaisseau de la Compagnie des Indes et Capitaine commandant les Vaisseaux l'Aigle et la Marie (envoyés à la recherche des T.A.) à Messieurs de la Compagnie des Indes. A l’Orient, le 26 juin 1739 », Mémoires pour l'Histoire des Sciences et des Beaux-Arts, commencés d'être imprimés, l’an 1701 à Trévoux… , février 1740, Article XII, p. 251-276.
Bouvet (Lozier-Bouvet), Lettre du Sieur de Lozier-Bouvet à Messieurs de la compagnie des Indes. A L’Orient le 26 juin 1738 [imprimé] s.l., Le Conservateur, août, 1758.
Bréard, Charles, Notes sur la famille du capitaine Gonneville, Rouen, Imprimerie Espérance Cagniard, 1885.
Brosses, Charles de, Histoire des Navigations aux Terres Australes contenant ce que l’on sçait des mœurs & productions des Contrées découvertes jusqu’à ce jour: & où il est traité de l’utilité d’y faire de plus amples découvertes, & des moyens d’y former un établissement, (Paris, Durand, 1756), Amsterdam-New York, Nico Israel/Da Capo Press, 1967.
Choisy, François-Timoléon de, Journal du voyage de Siam, présenté et annoté par Dirk Van der Cruysse, Paris, Fayard, 1995 (Cramoisy, 1687).
Coréal, François, Voyages de François Coreal aux Indes Occidentales, contenant ce qu’il y a vu de plus remarquable pendant son séjour depuis 1666 jusqu’en 1697. Traduits de l’espagnol. Nouvelle édition, Revuë, corrigée, & augmentée d’une nouvelle Découverte des Indes Méridionales & des Terres Australes, enrichie de figures,Tome second, Paris, Gabriel Amaulry, 1722.
Duviols, Jean-Paul, « Le troisième monde austral », Lisbonne hors les murs, 1415-1580 : l'invention du monde par les navigateurs portugais, dirigé par Michel Chandeigne, Paris, Éditions Autrement, Série Mémoires, 1, 1990.
Fausset, David, « Pour une histoire de l’imaginaire austral : de l’ailleurs fictif au territoire d’exploration », Ailleurs imaginés, textes réunis par Jean-Michel Racault, Cahiers CRLH-CIRAOI, 6, Saint-Denis, Université de la Réunion, diff. Paris, Didier-Erudition, 1990, p. 169-191.
Fausset, David, Writing the New World : Imaginary Voyages and Utopias of the Great Southern Land, New York, Syracuse University Press, 1993.
Flacourt, Etienne de, Histoire de la Grande Isle Madagascar, composée par le Sieur de Flacourt, Directeur General de la Compagnie Françoise de l’Orient, & Commandant pour sa Majesté dans ladite Isle & ès isles adjacentes. Avec une Relation de ce qui s’est passé és années 1655, 1656, & 1657 non encor veüe par la premiere Impression, A Paris, chez Gervais Clouzier, 1661.
Flacourt, Etienne de, Histoire de la Grande Isle Madagascar, édition annotée et présentée par Claude Allibert, Paris, Éd. Karthala, 1995.
Foigny, Gabriel de, pseud. Jacques Sadeur, La Terre australe connue, c’est-à-dire la description de ce pays inconnu jusqu’ici, de ses mœurs et de ses coutumes, par Monsieur Sadeur, avec les avantures qui le conduisirent en ce continent & les particularitez du sejour qu'il y fit durant trente-cinq ans & plus, & de son retour … réduites et mises en lumière par les soins et conduite de G. de F., Vannes, J. Verneuil, 1676.
Fournier, Georges, Hydrographie, contenant la théorie et la praticque de toutes les parties de la navigation, Paris, M. Soly, 1643.
Jennings, W., “Self and Other: Gonneville’s Encounters in Terra australis and Brazil”, Viator, Brepols, 39, 2, 2008, pp. 215-266.
Julien, Charles-André, éd., Voyages au Canada : avec la relation des voyages en Amérique de Gonneville, Verrazano et Roberval/Jacques Cartier, éds Ch.-A. Julien, R. Herval, Th. Beauchesne, introd. de Ch.-A. Julien, Paris, La Découverte, 1992.
Kerguelen-Trémarec, Yves-Joseph, Relation de deux voyages dans les mers australes et des Indes, faits en 1771, 1772, 1773 et 1774, par M. de Kerguelen, Commandant les Vaisseaux du Roi le Berrier, la Fortune, le Gros-Ventre, le Rolland, l’Oiseau et la Dauphine ou Extrait du Journal de sa Navigation par la découverte des terres Australes, & par la vérification d’une nouvelle route proposée pour abréger d’environ huit cents lieues la traversée de l’Europe à la Chine, Paris, Knapen et fils, 1782.
La Popelinière, Henri Lancelot Voisin, sieur de, Les Trois Mondes, Paris, A l’olivier de Pierre L’Huillier, rue Saint-Jacques, 1582.
La Popelinière, Henri Lancelot Voisin, sieur de, Les Trois Mondes, édition établie et annotée par Anne-Marie Beaulieu, Genève, Droz, 1997.
Las Casas, Bartolomé de, Le Destruction des Indes (1552), traduction de Jacques de Miggrode (1579), éd. Alain Milhou et Jean-Paul Duviols, Paris, Editions Chandeigne, 1995.
Leblond, Jean, “L’abbé Jean Paulmier, Chanoine de Lisieux, un mystificateur ?”, Bulletin de la Société historique de Lisieux, 70. 2010.
Le Canarien : Histoire de la première descouverte et conquest des Canaries, faite dès l’an 1402 escrite du temps de Jean de Béthencourt, plus un Traicté de la Navigation…, introduction et notes par Gabriel Gravier, Société de l’Histoire de Normandie, Rouen, C. Métérie, 1874.
Leoni, Sylviane et Ouellet, Real eds., Mythes et geographies des mers du Sud, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2006.
Léry, Jean de, Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil (1578), (éd. de Genève, Antoine Chuppin, 1580), éd. Frank Lestringant, Paris, Librairie générale française, "Bibliothèque classique", 1994.
Lévêque de Pontharouart, Jacques, Paulmier de Gonneville : son voyage imaginaire, Beauval en Caux, 2000.
Liements, Willemmus De (Van), Manuale Geographicum typis dat. Colonia Agrippina, Sumptibus Hœred. B - Gualteri A Sociorum, MDCXXXIX, Cologne, 1639 [référence de Paulmier, introuvable].
Maupertuis, [Pierre-Louis Moreau de], Lettre sur le progrès des sciences, s.l.n.d.,1752.
Michaud, Louis-Gabriel, Biographie universelle : ancienne et moderne, Paris, chez Madame C. Desplaces, 1857.
Pacheco, Bernardin, Chronique de Lisbone [référence que Paulmier aurait trouvé chez Liements, op. cit., introuvable].
Parry, J. H., The Discovery of the Sea, Berkeley, Los Angeles & London, University of California Press, (1974) 1981.
Paulmier, l’abbé Jean, Memoires touchant l’établissement d’une mission chrestienne dans le troisieme Monde, Autrement appellé, La Terre Australe, Meridionale, Antartique, & Inconnuë. Presentez à Nostre S. Pere le Pape Alexandre VII. Par un Ecclesiastique Originaire de cette mesme Terre, Paris, Claude Cramoisy, 1663.
Paulmier, l’abbé Jean, Memoires touchant l’établissement d’une mission chrestienne dans le troisieme Monde, Autrement appellé, La Terre Australe, Meridionale, Antartique, & Inconnuë. Dediez à Nostre S. Pere le Pape Alexandre VII. Par un Ecclesiastique Originaire de cette mesme Terre et publié à Paris par Claude Cramoisy, [1664], 1663.
Paulmier, l’abbé Jean, Mémoires touchant l’établissement d’une mission chrestienne dans le troisième monde. Autrement appelé, La Terre Australe, Meridionale, Antartique, & Inconnuë, Edition critique, établie, présentée et annotée par Margaret Sankey, Paris, Ed. Honoré Champion, 2006.
Polo, Marco, La Description geographique des provinces et villes plus fameuses de l’Inde orientale, meurs, loix, et coustumes des habitans d’icelles… par Marc Paule, … nouvellement reduit en vulgaire françois, Paris, E. Groulleau, 1556.
Racault, Jean-Michel, L'Utopie narrative en France et en Angleterre 1675-1761, Oxford, The Voltaire Foundation, 1991.[sur l'Histoire des Sévarambes de Vairasse, p.325-405 ; sur La Terre australe connue de Foigny, p. 445-513].
Racault, Jean-Michel, « L’Océan Indien et l’utopie au XVIIe et au XVIIIe siècles », Sulla via delle indie orientali/Sur la route des Indes Orientales, sous la direction de Paolo Carile, Fasano-Paris, Schena-Nizet, 1995, p. 73-91.
Rainaud, Armand, Le Continent austral : hypothèses et découvertes, Paris, Armand Colin, 1893.
[Restif de la Bretonne, Nicolas-Edme], La Découverte australe par un homme volant, ou le Dédale français, nouvelle très philosophique, suivie de la lettre d’un singe, Imprimé à Leïpsick et se trouve à Paris, 1781.
Richardson, W.A.R., « Mercator’s Southern Continent : Its Origin, Influence and Gradual Demise », Terrae Incognitae : Journal for the History of Discoveries, XXV, 1993, p. 67-98.
Roques, Gilles, Compte-rendu de Jacques Lévêque de Pontharourt, Paulmier de Gonneville son voyage imaginaire, Revue de linguistique romane, 69, 2005, pp. 594-6.
Roques, Gilles, Compte-rendu de Jan Fennis, Trésor du langage des galères, Revue de linguistique romane, 60, 1995, pp. 257-259 et pp. 318-319.
Sankey, Margaret, « La mission impossible : l'abbé Paulmier et les Terres australes », Essays in Honour of Keith Val Sinclair, éd. Bruce Merry, Capricornia Monographs, Townsville, James Cook University of North Queensland, 1991, p. 35-47.
Sankey, Margaret, « Intertextuality and Utopia : the Abbé Paulmier and the Terres australes», Essays in Honour of Professor Ivan Barko, éds J. Hatten, G. McAuley, M. Sankey, R. White, Brisbane, Boombana Press, 1994, p. 165-181.
Sankey, Margaret, « Where was Gonneville’s land? Did the French discover Australia? The Abbé Paulmier’s Mémoires touchant l'établissement d'une mission chrestienne dans le Troisième Monde, autrement appellé la Terre australe, méridionale, Antarctique & inconnuë: the French and the Terres australes », Parergon, Bulletin of the Australian and New Zealand Association for Medieval & Renaissance Studies, New Series, « Papers from Columbus 500 : retrospect and prospect », éd. S. Jack, vol. 12, 2, January 1995, p. 115-126.
Sankey, Margaret, « Est ou Ouest : le mythe des terres australes en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », L’océan Indien dans les littératures francophones, sous la direction de Kumari R. Issur et Vinesh Y. Hookoomsing, Paris, Éd. Karthala, 2001.
Sankey, Margaret, « L’Abbé Paulmier méconnu : le mythe et l’histoire des Terres australes en France au dix-septième et dix-huitième siècles », Studies in Eighteenth Century French Fiction in Honour of Angus Martin, éd. Wallace Kirsop, Australian Journal of French Studies, XXXVIII, 1, 2001, p. 54-68.
Sankey, Margaret, « Madagascar et la terre de Gonneville : tribulations d’un mythe des origines », Ports et voyages dans le sud-ouest de l’océan Indien, XVII-XXe siecles, Revue Historique des Mascareignes, 5, 2004, p. 147-156.
Sankey, Margaret, “Nationalism and Identity in Seventeenth-Century France: the Abbé Paulmier and the Terres australes”, Australian Journal of French Studies, Vol. XLIV, no. 3, September-December, 2007.
Sankey, Margaret, Sankey, Margaret, “Mapping Terra Australis in the French seventeenth century”, in A. Scott, A. Hiatt, C. McIlroy, & C. Wortham (eds), European Perceptions of Terra Australis, London, Ashgate, 2011, pp. 111-134.
Shirley, Rodney W., The Mapping of the World. Early Printed World Maps 1472-1700, London, The Holland Press, 1983. Nouvelle édition, Riverside CT, USA, Early World Press, 2001.
Truchot, Jérémy, La Polémique du voyage de Gonneville (1505-2005), Mémoire de Master II, Université de Rouen, 2006-2007.
[Tyssot de Patot], Voyages et avantures de Jaques Massé, Bourdeaux (La Haye), Jaques L’Aveugle, 1710.
Tyssot de Patot, Simon, Les Voyages et avantures de Jacques Massé, éd. Aubrey Rosenberg, Paris-Oxford, Universitas et The Voltaire Foundation, 1993.
Vairasse, Denis, Histoire des Sévarambes, Peuples qui habitent une partie du troisième continent, communément appelé la terre australe. Contenant un compte exact du Gouvernement, des Mœurs, de la Religion et du langage de cette Nation, jusques aujourd'huy inconnüe des Peuples de l'Europe. Traduit de l'anglois, 4 tomes, 2 vol., Paris, Claude Barbin, 1677-1679 ; éd. Raymond Trousson, Genève, Slatkine Reprints, 1979.
Vitoria, Francisco de, Leçons sur les Indiens et sur le droit de guerre, introduction, traduction et notes par Maurice Barbier, o. p., Genève, Droz, 1966.

Exemplier

1. Il faut mettre [plus de là, & ] en tirant au Sud-Est, le pays de la découverte du Capitaine de Gonneville, dont le voyage [a] en quelque sorte donné naissance à notre projet.
2. Pendant leur demourée en ladite terre, ils conversoient bonnement avec les gens d’icelle : après qu’ils furent apprivoiséz avec les Chrestiens, au moyen de la chere, & petits dons qu’on leur faisoit ; Estans lesdits Indiens gens simples ne demandans qu’à mener joyeuse vie, sans grand travail etc.
3. Il y a bien de l’apparence, que de Gonneville & ses Compagnons sont ces braves inconnus, ausquels Deliements attribuë l’honneur de la découverte des Régions Australes, après le témoignage de P. Pacheco Cordelier Portugais. …La fortune en a toutefois donné la principale gloire à Ferdinand Magellan, qui en découvrit quelque chose, peu de temps après, aux dépens de Charles V.
4. J’y ay veu de l’argent, & des perles ; & l’autre Capitaine de nostre Flotte [Torres] asseura y avoir veu de l’or ; luy et moy nous y avons trouvé de la muscade, du gingembre & du poivre. Ils ont aussi de la canelle & du mastic.
5. Messieurs, j’ai le chagrin de vous dire que les Terres australes… sont aussi de beaucoup trop reculées vers le Pôle pour servir de relâche aux vaisseaux de l’Inde.
6. Jusque sous le pôle il fai[t] aussi chaud qu’il fait à Amsterdam en été.
7. Montrer en général qu’une telle découverte apporteroit réellement beaucoup de gloire à la nation, & de grandes utilités à son commerce.
8. On a crû que [la terre de Gonneville] pouvoit être sur la même côte où nos cartes marquent un cap appellé Terre de vûe ou cap des Terres australes (Long. 70. Lat.420). Le capitaine de Bouvet lors de sa navigation de 1739, supposoit que le pays de Gonneville était à peu près sous ce méridien vers le 480 de lat. Mais le récit de l’auteur ne favorise gueres ces conjectures. Le terre en question paroît être plus à l’est & moins au sud. Il y a grande apparence qu’elle est au sud des petites Moluques dans la partie que j’ai nommée Australasie.
9. On donne a Ferdinand Magellan Portugais la gloire de les [les Terres australes] avoir le premier reconnües ; ce brave exploict est de l’année M.D.X.X. Et touttefois avant Magellan le Cap. de Gonneville françois en 1503 y fut porté par la tempeste lors qu’il allait aux Indes Orientales.
10. J’advoue qu’il auroit esté à désirer, qu’une meilleure & plus docte plume que la mienne, se fust engagé à tracer le tableau de leurs misères [celles des habitants des Terres australes]. Et j’ay si bien connu que cet ouvrage surpassoit mes forces, que je m’estimerois inexcusable de témérité, si, sans trahir mon devoir, j’avois pu me dispenser de rendre cet office aux naturels de la Terre australe, ausquels je le dois, & par naissance et par profession.
Le sang m’y convie ; puisque peu de temps après que les Portugais se furent ouvert le chemin des Indes fameuses de l’Orient, quelques Marchands françois attirés par l’odeur de leur riche commerce, équipèrent un vaisseau, lequel y faisant voile, fut jetté par un coup de tempeste aux rivages de cette grande Terre du Midy, qui ne sont pas beaucoup éloignés de la droite navigation de l’Inde Orientale.
11. … cette qualité [d’être originaire des régions antartiques] a beaucoup contribué à former dans l’esprit de l’Autheur le dessein d’inviter les Europeans à découvrir ces Provinces inconnuës ; & les Chrestiens à leur annoncer l’Evangile. Et comme elle estoit née avec luy, il y a pensé dés un âge assez peu avancé. Monsieur Gervaise, Chanoine de Rheims, l’un des Fondateurs de l’Hospital des Convalescens de fauxbourg S. Germain lez Paris, et diverses personnes, dont la réputation est fort establie, pourroient certifier qu’il leur en a fait des ouvertures, & baillé des Mémoires fort estendus, en un temps où il n’avoit pas encore atteint sa dix-septiéme année.
12. C’est la mode de nostre siècle que d’environner de bons remparts la premiere Croix qu’on plante dans les terres nouvelles, et d’y faire accompagner nos Missions de Colonies ou, pour parler franchement, nous feignons d’y envoyer pour l’agrandissement de l’Empire du toutpuissant, mais le vray ressort qui nous fait agir est l’Interest, & l'espérance du gain ; la Colonie est l’Instrument & la main qui travaille pour nostre avarice & la mission le pretexte specieux d’un brigandage que nous exerçons sur ces indeffendus.
13. …selon la coustume du temps [vont] en mission comme des loups affamez au milieu des Aigneaux ces simples et foibles Indiens.
14. Il les envoye dénuez de toutes commoditéz temporelles, pour estre baffoüez, battus & massacrez. Ce que luy-mesme leur asseure devoir arriver, pour le plus grand bien de leur mission.
15. Ainsy il demeure evident que les raisons dont on veut appuyer les missions a la mode au desavantage des missions a l’apostolique ont plus de fard, et de fast que de forme, et de solidité, & quelles sont comme ces chétifs vermisseaux que nous voyons briller la nuict qui de loing paroissent de petits astres terrestres & de près ne sont que de miserables reptiles.
16. …les simples missions, détachées de la milice, des troupes, et de tout l’embarras que les Conquerans traisnent inévitablement après eux, semblent promettre plus de fruit ; et cela certainement avec moins de bruit & de coust.

Chercheur: 

Session: 

20 mars

Vidéo conférence: