La géographie sacrée de la mythologie japonaise - du roseau flottant au pays des racines

Dans la mythologie japonaise, on relève d'abord une structure verticale : Takamagahara, c'est la demeure céleste des dieux. Il y a le pont suspendu comme un balcon du ciel, c'est de là qu'ils observent la terre, ou la mer avant la formation de la terre. Sur la mer, il y avait des roseaux flottants. Quand ils descendent sur la terre, ils choisissent un sommet qui leur convient le mieux, et c'est Takachiho. Quand ils meurent, ils descendent au pays des morts, ou au pays des racines. Nous ne pouvons pas distinguer clairement ces deux pays. Mais les textes précisent que ces deux pays du dessous existent dans la région d'Izumo. Mais comme le lieux sacré, il y en a d'autres, et quelquefois on dit que la déesse-mère se cache dans une cavité du grand rocher du pays de Kumano, qui est aussi un des hauts lieux de la mythologie japonaise. Takachiho, c'est le pays des volcans qui se trouve vers l'Ouest, Izumo est au bord de la mer du Nord, et Kumano est au bord de la mer du Sud, bien qu'il se situe vers l'Est du Centre du pays, Yamato. Un peu plus tard, la croyance taoiste essaie d'expliquer ces trois directions. A l'Ouest, il y a le paradis, les démons viennent du Nord, et les dieux bienfaiteurs viennent de l'Est. Historiquement, on imagine des directions qu'ont pris les trois principaux composants du peuple japonais pour venir au Japon : il y a la voie de l'Ouest, celle du Nord, et celle du Sud. Mais les horizons géographiques étaient bien limitée, et au delà des horizons, c'est la demeure du merveilleux. Le pêcheur Urashima est allé à l'île Horai, et le prince Hoori au palais des fées-dragons. Les textes de Kojiki, de Nihongi ou des Fudoki (chroniques géographiques) nous donnent quelques indications sur l'emplacement de ces lieux. Nous allons essayer de les situer et de les imaginer géographiquement.

Session: 

Chercheur: 

15h30