La menace des pirates: Rais Dragut ou la fin d'une légende à Malte dans la littérature italienne du Cinquecento

L’enquête autour du barbaresque et la Barberia dans la poésie, le théâtre et les nouvelles du Cinquecento, a permis de constater souvent la présence de noms propres de personnages de religion musulmane, modifiés et adaptés à la morphologie latine, des noms comme Uccialì; ou Dragut, présents dans les genres les plus convoités du XVIéme siècle, et liés à la Corse en Méditerranée ou piraterie. Tourghoouth Rais «Implacabile persecutore de’cristiani», sous le nom de Dragut corsaire turc et ammiral de l’empire ottoman (1514-1565), l’homme qui pratiquait la course en Adriatique en ramenant butins et prisonniers à Tunis où il les revendait ; représente le triangle de cette enquête: Son destin est lié à la Barbérie, l'Italie et Malte. Il était musulman, avait vécu à Mahdia et Djerba, il a été évoqué fréquemment dans la culture italienne (dictionnaires, documents hostoriques et littèraires), et il meurt à Malte. Comment est-il alors représenté ? Que reste-t-il de sa vie sur les pages des manuscrits? Pourquoi les auteurs et linguistes se sont-ils intéressés à sa vie ? Est-ce une curieuse coïncidence ou un heureux hasard ?

Session: 

Chercheur: 

14h45