La Sarmatie, territoires incertains et peuples mythiques

La Sarmatie a rapport à l’histoire, à l’archéologie et aux mythes fondateurs. Pour Strabon, il s’agit de « nations innombrables » nomades sur des territoires géographiquement mal définis entre Europe et Asie. L’archéologie a retrouvé des traces de cet « Empire des steppes » (R. Grousset) qui était tout sauf un empire organisé. Contrairement aux Scythes, la littérature antique est pauvre à ce sujet. Il s’agit de peuplades composées de guerriers, auxquels se joignent de commerçants et des artisans experts dans l’art du métal. Dans cette société, la femme a un rôle important, outre ses fonctions naturelles : elle est guerrière, mais aussi dotée de pouvoirs politiques et religieux. On pense aux Amazones décrites par Hérodote. Les cavaliers sarmates sont redoutés des Romains qui les intègrent ensuite dans leurs armées ; leurs cuirasses métalliques, leurs bannières au vent imitant les dragons sont là pour effrayer l’ennemi : c’est ainsi que les décrit Arrien pour la période précédente. L’art sarmate animalier et symbolique (armes, miroirs, etc.) est connu par l’archéologie. Il y aussi un « or » des Sarmates (exposition de 1995). On situe donc l’apogée des Sarmates, à la suite des Scythes et avant les invasions des Huns au deuxième siècle de notre ère, et leurs territoire d’errance semble aller de la Baltique a la mer Noire. Ovide, exilé par Auguste sur les rives du Pont-Euxin (la mer Noire) dans la Roumanie actuelle, évoque dans un poème des _Tristes_ (V, 7) la sauvagerie et la férocité des Sarmates : la pureté de sa langue latine s’ensauvage de termes barbares… A la fin du Moyen Âge, le mythe sarmate apparaît en Pologne. En 1555, Kromer voit dans la Pologne une origine sarmate contre l’avis de Miechowa (1517) qui distinguait les Polonais des Scythes et des Sarmates pour en faire des Européens (catholiques) contre les Moscovites soupçonnés de vouloir établir la troisième Jérusalem orthodoxe. L’identité sarmate est curieusement évoquée en latin, la langue de Rome, pour justifier un patriotisme religieux qui sépare les Sarmates des Slaves. La noblesse polonaise voit dans les Sarmates sa propre origine, différente de celle du peuple : le système de la Diète, le _liberum veto_ (loi de l’unanimité), l’élection du roi, ses propres privilèges sont justifiés par le mythe des traditions sarmates. On réinvente des traditions, comme le costume sarmate (inspiré des vêtements persans et turcs réels…) et l’habitude de se raser le crâne : les nobles se font peindre dans cet accoutrement. Les Lumières vont se trouver en porte à faux avec cette idéologie. Le théâtre polonais du XVIIIe siècle critique à l’occasion le sarmatisme (Rzewuski inspiré d’Hauteroche). Mais les trois partages (1772, 1793 et 1795), qui vont faire disparaître la Pologne dévorée par la Russie, l’Autriche et la Prusse, amènent une revalorisation du sarmatisme. La Confédération de Bar, révolte de la noblesse contre le roi réformateur et pro-russe Stanislas-Auguste Poniatowsli (voir la thèse de Jean Fabre) favorise cette renaissance, à laquelle s’associe Jean-Jacques Rousseau sollicité par les confédérés de proposer une constitution à la Pologne… Après la disparition pour plus d’un siècle de la Pologne comme état souverain, le sarmatisme sera associé à la nostalgie d’un âge d’or (W. Pol). Vont alors renaître les théories des confins visant à distinguer une Pologne européenne des ennemis aux frontières : Tatares, Turcs, Russes… En France, la Pologne apparaît vraiment dans l’imaginaire des représentations des peuples avec l’élection en 1573 de Henri de Valois, futur Henri III, au trône de Pologne. Toute une littérature hagiographique se déchaîne. La même année, Blaise de Vigenère adapte Kromer en français. Jean Bodin voit dans le système politique polonais un intéressant modèle. Mais d’aucuns comme André Thevet évoquent les monstres qui rodent dans la « mer Sarmatique » (Baltique), et l’évêque de Valence, Monluc, le poète Desportes, qui a accompagné le roi en Pologne, Ronsard lui-même témoignent de leur désillusion. Le huguenot Agrippa d’Aubigné est, lui, favorable aux Polonais qui ont su éviter les guerres civiles entre sectateurs des diverses religions. Au XVIIe siècle, deux reines françaises règnent sur la Pologne. Il y une mode sarmate, que l’on retrouve dans l’œuvre de Jean-Pierre Camus (_L’Iphigène_), de Jobert (_Balde, reine des sarmates_) ou au théâtre : Gilet de la Tessonerie, Hauteroche,et surtout le _ Venceslas_ de Rotrou qui bénéficiera d’un succès durable jusqu’au siècle suivant. Au siècle des Lumières, l’ambivalence du Sarmatisme s’accentue de nouveau. L’article _Pologne_ du chevalier de Jaucourt dans l’_Encyclopédie_ (1765) est très critique et oppose l’instinct sauvage de la nation aux peuples policés de l’Ouest. De son côté, Voltaire ne voit dans le sarmatisme qu’anachronisme mâtiné de superstitions catholiques. Au contraire de Rousseau comme on l’a dit ou de Marat qui exalte la résistance des Sarmates pour défendre leur liberté ; Mably y associe le patriotisme républicain. Les relations de voyages ne sont pas exemptes de cette mythification. Si au XVIe siècle et encore largement au siècle suivant, les relations de voyages faits dans un cadre officiel dominent et apportent peu, la relation du jeune Jean-François Regnard dans la seconde moitié du siècle prouve un regard plus original : s’il admire l’harnachement à la sarmate des hussards polonais, il n’en remarque pas moins le servage dans lequel la noblesse polonaise maintient l’essentiel d’une population composée de paysans. Si l’on prend deux exemples seulement dans la vaste littérature des voyages en Pologne du XVIIIe siècle (Michel Marty, Voyageurs français en Pologne durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Écriture, Lumières et altérité, Paris, Honoré Champion, 2004, 384 p.), on remarque que, pour l’ex-jésuite Vautrin devenu précepteur en Pologne, ce pays est d’abord celui de l’exil, il critique les aspects sociaux du sarmatisme et la généalogie mythique des origines sarmates des Polonais qu’il lie plutôt à celles des Russes…Le marquis de Caraccioli, lui aussi précepteur, fait au contraire l’éloge de la liberté polonaise. Le XIXe siècle sera celui de la Pologne martyre dans l’esprit de l’intelligentsia française. Les insurrections (écrasées) de 1831, 1861 soulèvent l’enthousiasme d’écrivains comme Hugo, Maupassant, voire la comtesse de Ségur. Au XXe siècle, le titre même de l’ouvrage de Pierre Dumeril _Chez nos amis les Sarmates, voyage à travers la Pologne moderne _ est largement oxymorique… Du topos sarmate combiné à la nostalgie et au sentiment des confins naît un composé qui semble survivre entre Baltique et mer Noire.

La Sarmatie

Eléments de bibliographie

I - L’archéologie, l’histoire et le mythe

Grousset, René, L’Empire des steppes, Paris, Payot, 1976 (Paru en 1941, cet ouvrage en est alors à sa quatrième édition).
Lebedynsky,  Laroslav, Les Scythes : la civilisation des steppes, VIIe-IIIe siècles av. J.-C. , Paris, Errance, 2001.
Lebedynsky Laroslav, Les Sarmates, Amazones et lanciers cuirassés entre Oural et Danube, VIIe siècle av. J.-C.-VIe siècle après J.-C., Paris, Errance, 2002, p. 7-8.
L'Or des Sarmates : nomades des steppes dans l'Antiquité, entre Asie et Europe : [exposition], 17 juin-29 octobre 1995, Abbaye de Daoulas / [réalisée par le Centre culturel Abbaye de Daoulas] ; [catalogue par Véronique Schiltz] Daoulas, Centre culturel Abbaye de Daoulas, 1995.
Schiltz, Véronique, Les Scythes et les nomades des steppes : VIIIe siècle avant J.-C.-Ier siècle après J.-C., Paris, Gallimard, 1994.
Sulimirski, Tadeusz, The Sarmatians, New York- Washington , Praegers Publishers, 1970.
Herodote, Choix des historiens grecs, avec notices biographiques par J.-A.-C. Buchon. Hérodote : Histoire, Vie d'Homère [traduction de Larcher]. Ctésias : Histoire de Perse, Histoire de l'Inde [traduction de Larcher]. Arrien : Expéditions d'Alexandre [traduction de Chaussard]. Suivis de l'essai sur la chronologie d'Hérodote et du canon chronologique de Larcher, avec une carte des expéditions d'Alexandre servant à l'éclaircissement de la géographie de l'Asie [Texte imprimé] Paris, A. Desrez, 1837.
Ovide, Tristes, texte établi et trad. par Jacques André... Paris, les Belles lettres, 1987.
Strabon, Géographie Tome II, Livres III-IV, texte établi et trad. par François Lasserre... Paris, les Belles lettres, 1966.

II - Le sarmatisme

Beauvois, Daniel, La Pologne, Histoire, société, culture, Paris, La Martinière, 2004.
Chynczewska-Hennel, Teresa, Rzeczpospolita XVII wieku w oczach cudzoziemcow (La République au XVIIe siècle à travers les regards des étrangers), Warszawa, Ossolineum, 1993.
Dlugosz, Jan, Annales seu Cronicae incliti regni Poloniae.... 1/2, Warszawa, Państwowe wydawnictwo naukowe, 1962.
Hass, Ludwik, Wolnomularstwo w Europie srodkowo-Wschodniej ( La Franc-Maçonnerie en Europe Centrale et Orientale aux XVIIIe et XIXe siècles), Warszawa, Ossolineum, 1982.
Herburt, Jan, Histoire des roys et princes de Poloigne... composée en latin et divisée en XX livres par... Jean Herburt de Fulstin,... Traduite de latin en françois [par Fr. Bauduin], Paris, P. L'Huilier, 1573.
Hernas, Czeslaw, Barok (Le Baroque), Wielka Historia Literatury Polskiej, Warszawa, Wydawnictwo Naukowe PWN, 1998.
Klimowicz, Mieczyslaw, Oswiecenie (Les Lumières), Wielka Historia Literatury Polskiej, Warszawa, Wydawnictwo Naukowe PWN, 1998.
Kostkiewiczowa, Tereza, Golinski, Zbigniew, Europejski zrodla mysli Estetyczno-Literackiej Polskiego Oswiecenia (Les Sources européennes de la pensée esthétique et littéraire des Lumières polonaises) , Warszawa, Semper, 1997.
Kot, Stanislaw, Rzeczpospolita Polska w literaturze politycznej Zachodu (La République de Pologne dans la littérature politique de l’Ouest), Kraków : Krakowska spólka wydawnicza, 1919.
Krakow sarmacki (Cracovie sarmate), Krakow, Secesja, 1992.
Kromer, Marcin, De origine et rebus gestis Polonorum, 1555.
Mechezerski, Karol, Historia Wymowy (Histoire de l’éloquence), Krakow, 1860, t. III, p. 79.
Mikolajczak, Aleksander, Lacina w kulturze polskiej (Le Latin dans la culture polonaise), Wroclaw, Wydawnictwo Dolnoslaskie, 1998.
Milosz, Czeslaw, Histoire de la littérature polonaise, Paris, Fayard, 1986.
Miechowa, Maciej z, Tractatus de duabus sarmatiis, asiana et europiana et de contentis in eis, Krakow, Haller, 1517.
Noailles, Emmanuel Henri Victurnien, marquis de, Henri de Valois et la Pologne en 1572, Paris, Michel Lévy frères, 1867.
Pol, Wincenty, Piesn o domu naszym (chant de notre foyer), Lwów, adem Wincentego Pola, 1866.
Pol, Wincenty, Mohort, Kraków, Nakladem Krakowskiej spólki wydawniczej, 1922.
Potocki, Jan, Fragments historiques et géographiques sur la Scythie, la Sarmatie et les Slaves... Brunswick, 1796.
Potocki, Jan, Mémoire sur un nouveau périple du Pont-Euxin, ainsi que sur la plus ancienne histoire des peuples du Taurus, du Caucase et de la Scythie, Vienne, M. A. Schmidt, 1796.
Rosset, François, L’Arbre de Cracovie, le mythe polonais dans la littérature, Paris, Imago, 1996.
Rzewuski, Henryk, Listopad, romans historyczny z drugiej polowy wieku XVIII (Novembre, roman historique de la seconde moitié du XVIIIe siècle), Kraków, Krakowska spólka wydawnicza, 1923.
Rzewuski,  Waclaw, Tragedie i komedie (Tragédies et comédies), Warszawa, stwowy Instytut wydawniczy, 1962.
Sarmaticus, Der polnische Kriegsschauplatz, militärgeographische Studie (Le théâtre polonais des opérations, Etude de géographie militaire), Hannover, Helwing, 1880.
Tazbir,  Janusz, Sarmaci i swiat (Les Sarmates et le monde), Prace wybrane (Travaux choisis), Krakow, Klasycy wspolczesnej polskiej humanistycznej, 2001.
Topolski,  Jerzy, Dzieje Polski (Histoire de Pologne), Warszawa, Panstwowe Wydawnictwo Naukowe, 1981.
Witkowska, Alina, PRZYBYLSKI Ryszard, Romantyzm (Le Romantisme), Wielka Historia Literatury Polskiej, Warszawa, Wydawnictwo Naukowe PWN, 1998.
Wolf, Larry, Inventing Eastern Europe, The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Stanford University Press, 1994.
Zablocki,  Franciszek, Sarmatyzm, komedia w 5 aktach ( Sarmatisme, comédie en 5 actes), Jerozolima, Ministerstwo wyznan religijnych i oswiecenia publicznego, 1944.
Zawadzki,  Waclaw, Polska Stanislawowska w oczach cudzoziemcow (La Pologne de Stanislas Auguste à travers les regards des étrangers), Warszawa, Panstwowy Instytut wydawniczy, 1963.
Ziomek, Jerzy, Renesans (La Renaissance), Wielka Historia Literatury Polskiej, Warszawa, Wydawnictwo Naukowe PWN, 1998.

III - Regards français

Andrivet, Patrick, « L’inspiration romaine chez Marat », L’Antiquité, XVIIIe siècle, n° 27, Paris, P.U.F., 1995.
Aubigne, Agrippa d’, Histoire universelle, Genève, Droz, 1987, t. IV, Livre sixième.
Aubigne, Agrippa d’, Les Tragiques, Œuvres, Paris, Gallimard, La Pléiade 1969.
Baif, Jean Antoine de, « Première salutation au roi sur son avènement à la couronne de France », Œuvres en rimes, Genève, Slatkine, 1965, t. V.
Bailly, Rosa, Au coeur de la Pologne, Petites villes, châteaux, campagnes, Paris, Éditions des Amis de la Pologne, 1936.
Bodin, Jean, La Harangue de Messire des Cars… aux magnifiques ambassadeurs de Pologne et à Metz, le huitième jour d’août 1573, Lyon, Benoist Rigaud, 1573.
Bodin, Jean, De Republica libri sex, Paris, J. du Puys, 1577.
Brève description du pays et royaume de Pologne, contenant la situation du lieu, les mœurs et façons de vivre des Polonais… Lyon, Rigaud, 1573.
Beze, Théodore de, le Droit des magistrats, Genève, Droz,1970.
Camus, Jean-Pierre, L'Iphigène de M. de Belley, rigueur sarmatique, Lyon, F.A. Chard, 1625.
Caraccioli, Louis-Antoine de, La vie du comte Wenceslas Rzewuski, Grand Général, et premier sénateur de Pologne, Liège, Tutot, 1782.
Caraccioli, Louis Antoine de, La Pologne telle qu'elle a été, telle qu'elle est, telle qu'elle sera Varsovie et Poitiers, M. V. Chevrier, 1775.
Desportes, Philippe, Diverses Amours et autres oeuvres mêlées, Genève, Droz, 1963.
Dumeril, Pierre, Chez nos amis les Sarmates, voyage à travers la Pologne moderne, Paris, Edgar Malfère, 1936.
Discours sur l’Histoire des Polonais, Lyon, Rigaud, 1573.
Gilet de la Tessonerie, Sigismond, duc de Varsau, Paris, T. Quinet, 1647.
Girard de Saint-Amant,  Marc-Antoine, Sonnets pour la sérénissime Reine de Pologne, in Oeuvres, T.III, Paris, S.T.F.M., M. Didier, 1969.
Goulart, Simon., Mémoires de l'Estat de France sous Charles neufvième, s.l, 1577.
Jaucourt, Louis de, article « Pologne », Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Neufchâtel, 1765, T. XII, p.925.
Jobert, F., Balde, reine des Sarmates, Paris, A. Courbé, 1651.
Le Breton de Hauteroche,  Noël, Les Nobles de province, Lyon, Amaury, 1678.
Le Breton de Hauteroche, Noël, Le feint Polonais, in Théâtre, Paris, s.n, 1772.
Le Laboureur, Jean, Relation du voyage de la Royne de Pologne et du retour de Madame la Mareschalle de Guébriant, ambassadrice extraordinaire et surintendante de sa conduite par la Hongrie, l'Autriche, Styrie, Carinthie, Le Frioul et l'Italie, avec un discours historique de toutes les villes et estats par où elle a passé et un traitté particulier du royaume de Pologne, de son gouvernement ancien et moderne, de ses provinces et de ses princes, avec plusieurs tables génélogiques de souverains... Paris, R. de Nain, 1648.
Mably, Abbé Gabriel Bonnot de, Du Gouvernement et des lois de Pologne, Œuvres complètes, Londres, 1789, t. VII.
Marat, Jean-Paul, Les Aventures du jeune comte Potowski, Paris, Renaudot, 1989.
Marty, Michel, Voyageurs français en Pologne durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, Ecriture, Lumières et altérité, Paris, Honoré Champion, 2004.
Marty, Michel, « Aux confins des Lumières : Partages et disparition de la République de Pologne : 1772-1795. » Le Spectateur européen, Centre interdisciplinaire de Recherche sur les Iles britanniques et l’Europe des Lumières, Université Paul Valéry-Montpellier III, Montpellier, Presses Universitaires de l’Université Paul Valéry-MontpellierIII, 2004.
Miroirs de textes, récits de voyage et intertextualité, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice, Nouvelle série n° 49, 1998.
Pare, Ambroise. Les Oeuvres d'Ambroise Paré,... divisées en 27 livres, avec les figures et portraicts, tant de l'anatomie que des instruments de chirurgie, et de plusieurs monstres, reveuz et augmentez par l'auteur pour la seconde édition, Paris, G. Buon, 1579.
Payen, (lieutenant général de Meaux.), Les Voyages de Monsieur Payen où sont contenues les descriptions d'Angleterre, de Flandre, de Brabant, d'Holande, de Dennemarc, de Suède, de Pologne, d'Allemagne et d'Italie... Paris : E. Loyson, 1663.
Peyssonnel, Charles de, Observations historiques et géographiques sur les peuples barbares qui ont habité les bords du Danube et du Pont-Euxin, Paris, N.-M. Tilliard, 1765.
Regnard, Jean-François, Voyage en Pologne, Œuvres complètes, t.I, Paris, Brière, 1833.
Ronsard, Pierre de, Le Bocage Royal, « Panégyrique de la renommée », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1994, t. II.
Rousseau, Jean-Jacques, Considérations sur le Gouvernement de Pologne et sur sa réformation projetée, Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 1964, t. III.
Rotrou, Jean, Venceslas, Théâtre complet 1, Paris, Société des textes français modernes, 1999.
Saint-Espine, René de, Stances sur l'entrée du très illustre Comte Palatin Ambassadeur du Sérénissime Roy de Pologne, Paris, S. et G. Cramoisy, 1665.
Thevet, André La Cosmographie universelle, Paris, Ct. Chaudière, 1575.
Vigenère, Blaise de, Les Chroniques et annales de Poloigne, Paris, J. Richer, 1573.
Vautrin, Hubert, Lettre de Pologne, Ms autog., collection François Moureau.
Vautrin, Hubert, L’Observateur en Pologne, Paris, Giguet et Michaud, 1807.

Chercheur: 

Session: 

14 décembre 2004