Laboratoire d’erreurs critiques ou le dialogue imaginaire entre Gus van Sant et Edward W. Said

Je propose un dialogue entre le texte « Exil Intellectuel : Marginaux et Expatriés » de Edward W. Said et le film Gerry de Gus van Sant (Etats Unis, 2002). Le texte d’Edward Said sous-entend une pratique de la mobilité, physique et/ou mentale, affectant de manière directe la création critique. Gus van Sant explore de son côté les limites de la perception critique quand celle-ci se charge de mobiliser les données existentielles telles que résume son allégorie contemporaine de l’errance. Les deux se retrouvent dans le même laboratoire où les formes - qu’elles soient conceptuelles ou visuelles - s’activent, se mutent et s’expérimentent, pratiquant ensemble et à titre égal, des expériences qui, de part leurs déclinaisons polymorphes, transgressent les limites de genres, de matières et de disciplines. Entre les deux se ramifie une forme cognitive que j’appellerai « erreur critique » et que je tâcherai d’exposer à l’aide de ces deux outils.

Chercheur: 

Session: 

17h00-18h00