Le Kipling français

On lit souvent que Kipling a été le modèle pour la littérature coloniale — ou dite telle — en France et, en effet, l'allusion à l'écrivain anglo-indien est devenue presque un lieu commun dans le discours des théoriciens et des promoteurs de cette production depuis le debut du XXe siècle: tant qu'on n'aura pas son Kipling — disait-on — on n'aura pas de littérature coloniale nationale. Mais qu'attendait-on, au juste, d'un « Kipling français » ou d'une œuvre « à la Kipling » ? Dans cette communication, je me propose d'analyser les sens, parfois divers, de ces expressions, selon qu'on fasse référence à tel ou tel aspect de Kipling et de son œuvre. Je me propose aussi de montrer, d'une perspective diachronique, l'évolution de la référence à Kipling après la Première Guerre Mondiale.

Chercheur: 

Session: 

14h00