Le rêve du voyageur à l'épreuve de l'émigration : le cas de l'Italie sous la Révolution française

Le tranquille rituel des voyages en Italie est mis brusquement en question à la fin du XVIIIe siècle par les événements révolutionnaires. Sauf exception, l’étude de la littérature de l’émigration demande de considérer les séries à travers les récurrences et les constantes de leur discours plus que pour leur valeur propre. Il faut aussi envisager la question sur une plus longue durée, de la fin de la Guerre de Sept Ans (1763) à la Révolution de 1848, qui est aussi la décennie où se développent le chemin de fer et une autre forme de voyage. On notera aussi que des retours d’émigration eurent lieu entre 1797 et 1802. Dès juillet 1789, le comte d’Artois se retrouve à Turin ; ses tantes, Mesdames, s’y rendent en février-mars 1791 ; le comte de Provence est à Vérone en novembre 1793 ; dès août 1792, les prêtres réfractaires sont contraints à l’exil. Au printemps de 1796, Bonaparte envahit l’Italie. Une quarantaine de textes forme le corpus des relations françaises de l’émigration en Italie (voir ci-dessous la bibliographie). Voyages aristocratiques pour l’essentiel, ils sont beaucoup moins nombreux que leurs équivalents en Allemagne. Les documents consistent surtout en correspondances, en notes et en mémoires parfois écrits sous la Restauration. On peut distinguer trois groupes principaux de voyageurs : les premiers sont ceux qui arrivent avec les princes et les suivent plus tard ailleurs (Condé, La Trémoïlle, Vaudreuil, Vigée-Lebrun) ; un second groupe correspond à ceux qui séjournent légalement en Italie dans le provisoire d’une situation officielle (diplomates, etc.) (Bernis, Bombelles, Mazenod, La Coste) ; un dernier groupe est constitué par des émigrés qui passent par l’Italie sans s’y arrêter pour un séjour important (Salaberry, Gourbillon). Les points communs de ces relations sont la permanence d’un certain cosmopolitisme, typique des élites d’Ancien Régime, mais aussi l’apparition du sentiment de ne plus avoir de patrie et de la reconstituer dans l’imaginaire. Les conditions habituelles du voyage, « l’école de la vie » selon la définition du chevalier de Jaucourt dans l’article VOYAGE de l’_Encyclopédie_, cèdent le pas à la peur du voyage et au plaisir de quitter la France. Du voyage ritualisé et voulu, on passe au voyage subi. Une dimension douloureuse s’y peint ; des apprentissages spécifiques et nouveaux comme de chercher du travail ou d’apprendre la langue du pays se substituent au voyage pour le plaisir. Mais certains modèles du Grand Tour se perpétuent ; cette élite cultivée se délecte encore d’œuvres d’art ou de paysages ; l’habitude de dépenser ne se perd pas facilement quand les temps deviennent difficiles. Les relations se contraignent à garder la forme traditionnelle du voyage ; Gourbillon se pique d’imiter les voyages de Chapelle et Bachaumont, modèle du voyage léger et poétique. La découverte de la nature est un effet de mode qui ne disparaît pas non plus. Le voyage philosophique et sociologique, fruit de l’esprit des Lumières, se maintient (Bonstetten). Mais, en général, les relations prouvent l’impossibilité des voyageurs malgré eux de véritablement raconter leurs expériences. Le Grand Tour est détourné en une Italie introuvable, vidée d’elle-même et de ses œuvres où l’on circule de plus en plus difficilement. Petit à petit, le voyage se transforme en séjour. La monotonie s’installe, il n’y a plus rien à écrire (La Mothe-Langon). On redécouvre les charmes de la patrie d’origine perdue. On rêve de voyager chez soi. Le XIXe siècle verra le développement de ces sociétés archéologiques où la France se contempla dans sa géographie et son passé.

Mots-clés : révolution. monarchie. république. société.

Le rêve du voyageur à l'épreuve de l'émigration : le cas de l'Italie sous la Révolution française (Gilles Bertrand)

Corpus de textes d'émigrés en Italie utilisés

Anonyme, Journal de mes voyages en France, en Savoye et en Suisse. 1792, XVIIIe s., papier, 49 ff., 240 X 196 mm, cahiers non reliés, Bib. Munic. d'Orléans, Ms 858.
Anot, abbé Pierre-Nicolas, 1762-1823, Malfillatre, François, Les deux voyageurs ou lettres sur la Belgique..., l'Italie, la Sicile et Malthe..., Rheims, [1802], 2 t. [It.= 1795 et 1798].
Boigne (comtesse de, 1781-1866), Mémoires de la comtesse de Boigne..., Paris, 1921, 4 t. [It.= fév. 1791-mars 1793].
Bombelles, marquis de, Journal, Genève, Droz, t. III (1789-1792), 1993 [Venise= oct. 1789-déb. 1791].
Correspondance du Marquis et de la Marquise de Raigecourt avec le Marquis et la Marquise de Bombelles pendant l'émigration, 1790-1800..., Paris, 1892-1978, 78 vol., dont le 1er t. commence au 8 oct. 1790.
Chastellux, Henri Georges César, comte de, 1746-1814, Relation du voyage de Mesdames, tantes du roi, depuis leur départ de Caserte, le 28 déc. 1798, jusqu'à leur arrivée à Trieste, le 20 mai 1799..., Paris, 1816 [semble écrit en 1799].
Condé, Louis-Joseph, prince de, 1736-1818, Journal d'émigration, Paris, 1924 [It.= sept. 1789-janv. 1791].
Damas, Roger, comte de, 1765-..., Mémoires..., Paris, 1912-1914 [It.= 1794 (?)-1806 (?)].
Desnoue, abbé, Mon émigration. Journal inédit d'un voyage en Savoie (septembre 1792). Par l'abbé Desnoues, curé de Cravant, Orléans, 1899.
Duvau, Auguste, in C. Joret, Auguste Duvau, professeur à l'Institut du Belvédère, traducteur, critique, biographe, naturaliste (1771-1831), Paris, 1921 [It.= 1802].
Enghien, Louis-Antoine-Henri, de Bourbon-Condé, duc d', 1772-1804, Mémoires du duc d'Enghien, depuis le 17 juin 1789 jusqu'en 1794, in Mémoires et voyages de Monseigneur le duc d'Enghien, précédés d'une notice... par M. le comte de Choulot..., Moulins, 1841 [It.= sept. 1789-janv. 1791].
Espinchal, Thomas, comte d', 1748-1823, Journal de voyages et de faits relatifs à la Révolution, commencé en juillet 1789..., manuscrit en partie repris dans Journal d'émigration..., par E. d'Hauterive, Paris, 1912 [It.= sept. 1789-été 1791].
Foresta, Marie-Joseph, marquis de, 1783-1858, Lettres sur la Sicile écrites pendant l'été de 1805, Paris, 1821, 2 t. Foresta n'est cependant plus un émigré quand il visite la Sicile.
Gérando, Joseph-Marie de, 1772-1842), émigre fin 1793, séj. Naples déb. 1794-automne 1796.
Gourbillon, Joseph-Antoine de, Lettres à Mme de T***, sur un voyage d'Italie en Hollande..., Paris, 1806, 2 t. en 1 vol. [voyage littéraire, non situé chronologiquement].
Guilhermy, Jean-François-César, baron de, 1761-, Papiers d'un émigré, 1789-1829..., Paris, 1886 [It.= déc. 1793-mai 1796, puis peut-être en Sicile sous l'Empire].
Labbey de Billy, abbé Nicolas-Antoine, 1753-1825, De l'Italie, papiers fin XVIIIe-début XIXe siècle., Bib. Munic. de Besançon, Ms 2081, ff. 185-192.
La Coste, Pierre-François-Laurent de, 1743-1816, in Achard de Germane, avocat au Parlement de Dauphiné, Lettres adressées... à M. de La Coste... pendant les deux premières années de l'Emigration ([fév.] 1791-[janv.] 1793), Valence, 1891 [It.= 1791-1816].
Lamothe-Langon, Etienne-Léon de, 1786-, Mémoires d'un émigré, écrits par lui-même, Paris, 1830, 2 vol. (c'est le vol. 2 qui parle de l'Italie; met en scène un certain Henri).
La Tremoïlle, Charles-Bretagne, duc de, 1764-1839), Mémoires du duc de la Trémoïlle in La Tremoïlle (Louis-Charles de), Souvenirs de la Révolution. Mes parents, Paris, 1901 [It. à p. 1789].
Maistre, Joseph, comte de, 1753-1821, Les Carnets du comte Joseph de Maistre. Livre Journal, 1790-1817, Lyon-Paris, 1923. [Aoste hiver 1793, Turin, Venise et Sardaigne fév. 1797-sept 1802],
[Marcillac, P. L. A. de Crusy, marquis de, Souvenirs de l'émigration à l'usage de l'époque actuelle, Paris, 1825 [Savoie mars 1791].
Maury, abbé Jean-Siffrein, 1746-1817, Correspondance diplomatique et mémoires inédits (1792-1817), Lille, 1891, 2 vol. [It.= 1791(?)-1806 et 1814-1817].
Mazenod, Eugène de, 1782-1861, "Journal d'émigration en Italie (1791-1802)", publié sous le titre de "Souvenirs de famille" par A. Rey dans les Missions Oblats de Marie Immaculée, 1866, pp. 109-144 et 265-304, repris dans le Journal, 1791-1821, Rome, Postulation générale Oblats de Marie Immaculée, 1995, pp. 9-101; cette émigration en Italie est reconstituée dans J. Leflon, Eugène de Mazenod, évêque de Marseille, fondateur des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée, 1782-1861, Paris, t. 1, 1957 [It.= 1791-1802].
Montgaillard, Jean Gabriel Maurice Rocques de, Mémoires secrets... pendant les années de son émigration..., Paris, an XII [Vérone en 1796 ; assez peu fiable].
Montigny, Charles Claude de, Mémoires historiques de Mesdames Adélaïde et Victoire de France filles de Louis XV..., Paris, 1802.
[Ponnelle, abbé Charles, Journal d'exil d'un vicaire bourguignon..., Lyon, 1916. Pas allé en Italie, mais en Suisse italienne]
Romain, Félix, comte de), Souvenirs d'un officier royaliste, contenant son entrée au service, ses voyages en Corse et en Italie, ses campagnes à l'armée de Condé et celle de 1815, dans la Vendée..., Paris, 1824-1829, 3 vol. [It.= sept. 1788-mai 1789, donc avant l'émigration]
Salaberry, Charles-Marie d'Yrumberry, comte de, Voyage à Constantinople, en Italie et aux Isles de l'archipel, par l'Allemagne et la Hongrie, Paris, an VII (1799) [It. du Sud= été 1791].
Talon, Omer, comtesse du Cayla, née en 1784, qui émigra avec sa famille à Pise (1793-1800), pourrait être l'héroïne de E.-L. Lamothe-Langon, Mémoires et souvenirs d'une femme de qualité sur le Consulat et l'Empire, Paris, 1966.
Vaudreuil, Joseph de Paule de Rigaud, comte de, Correspondance intime du comte de Vaudreuil et du comte d'Artois pendant l'émigration (1789-1815), Paris, 1889, 2 t. [It.=juill. 1789-été 1791].
Vigée-Lebrun, Elisabeth, 1755-1842, Souvenirs, Paris, 1835-1837, 2 vol. [It.= oct. 1789-août 1792].
Virieu, François-Henri, comte de, 1754-1793), in C.-A. Costa de Beauregard, Le Roman d'un royaliste sous la Révolution : souvenirs du comte de Virieu, par le marquis C. de B., Paris, 1892 [Turin août 1792].
Wlgrin de Taillefer, Henri-François-Athanase, comte, 1761-1833, Notes pour un voyage en Italie, prises par Ulgrin de Taillefer, avec un plan de Rome (1792), XVIIIe s., papier, 74 ff., 100 X 150 mm, Périgueux, A. D. Dordogne, Ms 38, 98 p. [émigre de 1791 à 1800].

Textes d'exilés (à ne pas confondre avec les émigrés)

Anonyme, compagnon de Lucien Bonaparte, Les "Voyages en Italie" (1804). Journal d'un compagnon d'exil de Lucien Bonaparte, publié par Huguette Vallet, Rome, 1986.
Châtillon, comte de, Quinze ans d'exil dans les Etats romains pendant la proscription de Lucien Bonaparte, Paris, 1842, 2 t.
Staël, Germaine Necker, baronne de, Carnets de son voyage en Italie (1804-1805), publiés dans S. Balayé, Les carnets de voyage de Mme de Staël. Contribution à la genèse de ses œuvres, Genève, 1971, pp. 93-259.

N.B. Si un lecteur de ce document découvrait d'autres récits imprimés ou manuscrits relatant l'émigration en Italie, je serais très heureux qu'il m'en communique les références précises - plus précises que ci-dessus, en particulier avec les noms d'éditeurs (Gilles Bertrand <dpt.crhipa@upmf-grenoble.fr>).

Bibliographie synthétique sur l'émigration et les émigrés (Gilles Bertrand)

D'une bibliographie abondante, mais partielle, ont été retirées ici les monographies traitant de catégories particulières d'émigrés, des départs d'émigrés de tel ou tel département français, enfin la plupart de celles relatives aux espaces d'accueil, Italie exclue (ainsi sur l'Angleterre, la Suisse et en général sur l'Allemagne).
Baldensperger, Fernand, Le Mouvement des idées dans l'émigration française (1789-1815), Paris, Plon, 1924, 2 vol. (incontournable).
Bertaud, Jean-Paul, Le Duc d'Enghien, Paris, Fayard, 2001.
Bertrand, Gilles, "Le cosmopolitisme à l'épreuve de la Révolution française. Pratiques aristocratiques et bouleversements des idéaux chez les voyageurs émigrés français en Italie", in R. Chagny, dir., La Révolution française. Idéaux, singularités, influences, Grenoble, PUG, à paraître en avril 2002.
Bouloiseau, Marc, Etude de l'émigration et de la vente des biens des émigrés (1792-1830), instructions, sources, bibliographie, législation, tableaux, Paris, Impr. nationale, 1963, 179 p. (un instrument de travail pour les sources et les étapes de la législation).
Briot, Frédéric, Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d'Ancien Régime, Paris, Seuil, 1994.
Castries, duc de, Les Hommes de l'émigration. 1789-1814, Paris, Tallandier, 1979, 410 p. (descriptif et anecdotique).
Castries, duc de, Le testament de la monarchie. III. Les émigrés, Paris, Fayard, 1962 (donne une liste des mémoires et souvenirs d'émigrés, p. 412-425).
Castries, duc de, La Vie quotidienne des émigrés, Paris, Hachette, 1966.
Daudet, Ernest, Histoire de l'émigration pendant la Révolution française, Paris, Veuve C. Poussielgue (et Hachette), 1904-1907, 3 vol. (descriptif et anecdotique).
Diesbach, Ghislain de, Histoire de l'émigration, Paris, Perrin, 1975, 581 p. (descriptif et anecdotique).
Dunne, John, "Quantifier l'émigration des nobles pendant la Révolution française : problèmes et perspectives", in J.-Cl. Martin, dir., La Contre-Révolution en Europe, XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, pp. 133-141.
Emigrés français en Allemagne, Emigrés allemands en France (1685-1945), catalogue d'exposition, Paris, Institut Goethe, Ministère des Relations extérieures, 1983, 171 p.
Gain, André, La Restauration et les biens des émigrés, Nancy, Société d'impressions typographiques, 1928, 2 vol.
Godechot, Jacques, "L'émigration", in La contre-révolution - doctrine et action : 1789-1804, Paris, PUF, 1984 (1ère éd. 1961), pp. 151-185.
Greer, Donald, The Incidence of the Emigration during the French Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 1951, 173 p.
Picheloup, René, Les Ecclésiastiques français émigrés ou déportés dans l'Etat pontifical : 1792-1800 (préface de Jacques Godechot), Toulouse, Association des publications de l'Univ. de Toulouse-le Mirail, 1972, 303 p., carte.
Rance, Karine, "L'identité collective des nobles français émigrés en Allemagne (1789-1815)", in Grenzgänge. Beiträge zu einer modernen Romanistik, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, n° 5, Jahrgang 1998, pp. 24-37.
Rance, Karine, Mémoires de nobles émigrés dans les pays germaniques pendant la Révolution française, thèse, Univ. de Paris 1, 2001. On peut en trouver des éléments dans "L'émigration nobiliaire française en Allemagne : une 'migration de maintien' (1789-1815)", in Genèse. Sciences sociales et histoire, n° 30, mars 1998, pp. 5-29 (s'appuie sur une centaine de mémoires d'émigrés, en général écrits entre la Restauration et le second Empire).
Rosenthal, Paul-André, "Maintien/rupture : un nouveau couple pour l'analyse des migrations", in Annales ESC, 1990, juillet-septembre 1990, pp. 1403-1431 (propose une typologie des migrants fondée non sur les motifs de migrations mais sur le rapport entretenu par les migrants avec les espaces d'origine et d'accueil).
Vermale, François, Joseph de Maistre émigré, Chambéry, Dardel, 1927, 174 p.
Vidalenc, Jean, Les Emigrés français, 1789-1815, Caen, Presses universitaires de Caen, 1969 (il existe aussi une version de 1963, Caen, Association des publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Caen, 471 p.
Weiner, Margery, The French Exiles 1789-1815, London, John Murray, 1960.

Chercheur: 

Session: 

19 mars