Le rôle des voyages dans la transformation de l'espace parisien, 1855-1937

Enjeux historiographiques : L'étude porte sur la manière dont les étrangers aisés ont influencé l'évolution de l'espace parisien, construit ou mental, grâce aux voyages et aux pratiques « touristiques », entre 1855 et 1937. Mais le dessein est plus vaste : mettre en rapport différentes histoires, l'histoire de l'architecture, l'histoire sociale, l'histoire culturelle et l'histoire des subjectivités. Le sujet se situe au croisement de celles-ci et tente un renouvellement des problématiques. Il ne s'agit pas de faire une histoire globale, mais de saisir les interférences qui existent entre ces histoires et de surprendre la manière dont elles s'éclairent réciproquement. Ceci vise à arracher l'architecture à la seule pensée technique et esthétique, afin de voir comment architecture et société s'édifient l'une par rapport à l'autre. On s'aperçoit que la question de l'identité passe par l'analyse des pratiques et des usages et par un certain rapport à l'espace comme effet du déplacement, d'où l'intérêt de se pencher en même temps sur le mode de vie et sur les architectures engendrées par l'élite voyageuse. C'est, en somme, un projet qui croise deux approches : celle de l'histoire de l'architecture qui privilégie le cadre bâti et celle de l'histoire des élites en mouvement, soucieuse des phénomènes d'acculturation qui se produisent et des conséquences de la circulation sur la culture matérielle et sur les structures de la sociabilité. Cette démarche se situe volontairement hors des sentiers battus, du côté de l'histoire des pratiques culturelles et des circulations européennes.

Session: 

Chercheur: 

16h15