Les Tatras polonaises : voyages, littérature et imaginaire, XVIIIe-XIXe siècles

Les Tatras appartiennent aux massifs les plus élevés de la chaîne des Carpates avec des sommets dépassant 2000 m. Une partie de cette chaîne appartint à la Pologne jusqu’au premier partage, en 1772. Dès lors, et jusqu’en 1918, elle fut incorporée à l’empire des Habsbourg avec l’ancien duché de Galicie. Les anciennes chroniques mentionnent l’existence de ces montagnes, dès le XVIe siècle. C’est surtout à la fin de la seconde moitié du XVIIIe siècle que les voyageurs se rendent dans ces contrées, mêlant recherches scientifiques et exploits sportifs. Il s’agit d’abord de voyages placés sous les augures de la géologie, de la minéralogie, de la botanique. Jean-Etienne Guettard, médecin de l’ambassadeur de France à Varsovie, de 1760 à 1762, s’intéresse aux richesses minéralogiques de la Pologne, recueille différents témoignages, et effectue un bref voyage dans le sud du pays, surtout intéressé par les mines de sel. Il présente son Mémoire sur la nature du terrain de la Pologne et des minéraux qu’il renferme à l’Académie royale des sciences en 1762. Peu à peu, cependant, l’intérêt pour les populations fait l’objet d’observations et de longues remarques. C’est le cas avec Balthazar Hacquet, médecin français naturalisé autrichien, qui effectue de nombreuses excursions dans cette région de l’empire à partir de 1788. Il laisse un ouvrage précieux, rédigé en allemand et à ce jour non traduit, contenant ses observations sur les Carpates et ses parties polonaises, intitulé _Neueste physikalischpolitische Reisen in den Jahren 1788 und 1789 durch die dacischen und sarmatischen oder nördlichen Karpathen_ (Les plus récents voyages physicopolitiques dans les années 1788 et 1789 à travers les Carpates daciennes, sarmates et du nord), publié en 1790-1791 à Nüremberg. Quelques années plus tard, au début du XIXe siècle, d’autres voyageurs se succèdent, n’hésitant plus à s’aventurer, en été, sur les sommets, suivant l’exemple d’un Saussure ou d’un Ramond de Carbonnières. Ils viennent de pays différents, Robert Townson, citoyen britannique, est le premier à atteindre un des sommets des Tatras, Lomnica à 2634 m, dans la partie alors hongroise et aujourd’hui slovaque de ce massif. Son récit, _Travels in Hungary with a short account of Vienna in the year 1793_ (Voyage en Hongrie...,) sera publié à Londres en 1797, puis traduit en français et publié en 1799 à Paris. Il s’intéresse surtout à la partie hongroise des montagnes, n’ayant effectué qu’un bref détour par la Galicie. Deux autres citoyens de la Couronne, se rendront dans les Carpates et en Galicie durant ce siècle. Il s’agit d’abord du capitaine Edmund Spencer qui publie en 1838, à Londres le récit d’un voyage qu’il effectue en 1836, depuis le Caucase jusqu’à la Moravie, _Travels in the Western Caucasus including a tour through Imeritia, Mingrelia, Turkey, Moldavia, Galicia, Silesia, and Moravia, in 1836_ (Voyages dans l’ouest du Caucase, en Iméritie, Mingrélie, Turquie, Moldavie, Galicie, Silésie et Moravie, en 1836). A la fin du siècle, Ménie Muriel Dowie, une jeune anglaise de Liverpool, se rend à son tour dans les Carpates et publie un récit de son équipée, _A Girl in the Carpathians_ (Une fille dans les Carpates), en 1891. On trouve également plusieurs Allemands, des Autrichiens, des Hongrois, un Tchèque. Deux autres Français appartenant à la catégorie des naturalistes signalent leur passage dans ces montagnes, tout en empruntant des voies assez semblables. Il s’agit de Pierre Marcel Toussaint de Serres, professeur de géologie à l’université de Montpellier, qui se rend en Autriche et en Galicie de 1809 à 1810 et de François-Sulpice Beudant, membre de l’Académie des Sciences qui signale sa présence dans la région en 1818. Son ouvrage intitulé _Voyage minéralogique et géologique en Hongrie, pendant l'année 1818_, fera référence.

La présence polonaise dans ce concert de visites est d’abord représentée par Stanislaw Staszic qui se déplace dans les Carpates durant les années 1802, 1804, 1805. Homme des Lumières, il jouera un rôle important dans le développement économique et minier du grand-duché de Varsovie puis du royaume de Pologne. On peut estimer également que se développe avec lui un autre regard sur les montagnes qui annonce le romantisme polonais et dont certains germes sont présents dans son essai intitulé _O Ziemiorództwie Karpatów i innych gór i równin Polski_ (De la naissance des Carpates et d’autres montagnes et des plaines de Pologne), publié à Varsovie en 1815. Dès lors les visiteurs polonais se succèdent, trouvant dans les Carpates une source d’inspiration et souvent un refuge, un certain nombre d’entre eux ayant participé aux insurrections nationales qui scandent le siècle. Parmi eux on évoquera le poète Seweryn Goszczynski, l’écrivain Łucja.Rautenstrachowa le géographe et poète Wincenty Pol La seconde moitié du XIXe siècle voit peu à peu se développer en Pologne un courant positiviste, décidé à participer au progrès du pays quitte à délaisser pour un temps le recours aux armes. L’intérêt pour la montagne s’en ressent. Une autre approche, à la fois plus rationnelle et favorisant le développement économique et touristique, apparaît. La création en 1873 de la Société des Tatras bientôt dotée d’un périodique témoigne de cette évolution. Ce n’est pas un hasard si le sociologue français Gustave Le Bon, muni des recommandations des membres fondateurs de cette association, se rend dans les Tatras en 1879, afin d’y étudier une composante particulière de la population locale. Les relations de ce voyage seront publiées par la Société de géographie et la revue _Le Tour du monde_ en 1881. À la fin du siècle, les Tatras et surtout Zakopane petit village de montagne, devenu ville de cure sous l’impulsion des membres de la Société des Tatras, qui compte alors presque trois mille habitants, sont devenus des lieux à la mode fréquentés par des personnalités du monde des lettres appartenant au mouvement Jeune Pologne comme le poète Kazimierz Przerwa-Tetmayer qui y puisera une part importante de son inspiration ou Stanislaw Witkiewicz.

Témoin non seulement des voyages et des découvertes mais aussi des événements qui orientent l’histoire, le discours géographique français sur les Carpates et les Tatras polonaises prend une réelle ampleur avec Malte-Brun qui rédige en 1807, à la demande de Napoléon 1er, un _Tableau de la Pologne_. Cet ouvrage fait partie d’une série de publications destinées à sensibiliser l’opinion publique à la question polonaise de plus en plus d’actualité avec la création du grand-duché de Varsovie. La Galicie, ses montagnes sont mentionnées non seulement dans une perspective physique mais également historique et politique. Quelques années plus tard, le géographe créée en 1807, -Les Annales des Voyages- et en 1819, -Les Annales des Voyages, de la Géographie et de l'Histoire-, destinées à accueillir des récits de voyageur, parmi lesquels on trouve certains témoignages comme ceux du médecin et naturaliste autrichien Joseph-Auguste Shultes sur la Galicie et les mines de Wieliczka. Ce sont les événements de Pologne, le soutien à la cause polonaise, qui sont aussi à l’origine de la publication en 1830 par Leonard Chodzko du _Tableau de la Pologne ancienne et moderne sous le rapport géographique, statistique, géologique etc._, œuvre apologétique sur la Pologne dans laquelle les Carpates occupent une place importante. Enfin, dans le troisième volume de sa _Géographie Universelle_, publiée en 1878, Elisée Reclus consacre un chapitre à la Galicie et à sa composition ethnique qui se répartit autour et dans les Carpates, tenant compte des évolutions et des tensions entre les différentes communautés. Les Tatras et les Carpates polonaises ont constitué également une source d’inspiration picturale. D’abord limitée aux illustrations des relations de voyage – Balthazar Hacquet a agrémenté sa relation de dessins et de croquis – la représentation de ces montagnes a inspiré un certain nombre d’artistes comme, entre autres, Emanuel Kronbach, Alfred Schouppé, ou Stanislaw Witkiewicz.

Bibliographie sur les Tatras et la partie polonaise des Carpates
Quelques textes de voyage

- Beudant, François-Sulpice, _Voyage minéralogique et géologique en Hongrie, pendant l'année 1818_, Paris, Verdière, 1822. 4 vol. in-4 ̊, dont 1 d'atlas, Tomes I-II. - Relation historique ; Tome III. - Relation géologique.
- _Dawne Pokucie i Huculszczyzna w opisach cudzoziemskich podrożnikow : wybor tekstow z lat 1795-1939_ (La Pocutie et le pays des Houtsoules dans les textes des voyageurs étrangers : choix de textes, 1795-1939) Janusz Gudowski et Ryszard Brykowski éd., Warszawa , Akademickie Dialog, 2001.
- Dowie, Ménie Muriel, _A Girl in the Karpathians_ (Une fille dans les Carpates), London, George Philip & Son, 1891.
- F. L. P., _Briefve description du pays et royaume de Poloigne, recolligee des anciens et modernes cosmographes par F. L. P._, Lyon, Benoist Rigaud, 1573.
- Genersich, Christian, _Reise in die Carpathen, mit vorzüglicher Rücksicht auf das Tatra-Gebirge _(Voyage dans les Carpates, avec d’excellentes considérations sur les Tatras), Wien und Triest, Geistinger, 1807.
- Goszczynski, Seweryn, _Dziennik podróży do Tatrów_ (Journal de voyage dans les Tatras) Wroclaw-Kraków, Ossolineum, 1958.
- Guettard, Jean-Etienne, « Mémoire sur la nature du terrain de la Pologne et des minéraux qu’il renferme », in Histoire de l’Académie royale des sciences, Paris, Panckoucke, 1767.
- Hacquet, Balthasar, _Hacquet's neueste physikalischpolitische Reisen in den Jahren 1788 und 1789 durch die dacischen und sarmatischen oder nördlichen Karpathen_ (Les plus récents voyages physicopolitiques dans les années 1788 et 1789 à travers les Carpates daciennes, sarmates et du nord) , Nürnberg, Rasp, 1790-1791.
- Le Laboureur, Jean, _Histoire et relation du voyage de la royne de Pologne et du retour de Mme... de Guébrian, ambassadrice extraordinaire... par la Hongrie, l'Autriche, Styrie, Carinthe [sic], le Frioul et l'Italie, avec un discours historique de toutes les villes et estats par où elle a passé, et un traitté particulier du royaume de Pologne... par Jean Le Laboureur,..._, Paris, R. de Nain, 1648.
- Le Bon, Gustave, « Excursion anthropologique aux monts Tatras », in Le Tour du monde : nouveau journal des voyages, Paris, Hachette, 1881, LVI, p. 81 ; « De Moscou aux monts Tatras, étude sur la formation actuelle d’une race » in _Bulletin de la Société de géographie_, Paris, Société de géographie, août 1881, t. II, septième série, p. 97.
- Matlakowsi_Wspomnienia z Zakopanego_ (Souvenirs de Zakopane), Krakow, Wydawnictwo Literackie, 1989, Collection, Seria tarzanska. Pol, Wincenty, _Rzut oka na północne stoki KarpatRzut oka na północne stoki KarpatRzut oka na północne stoki Karpat_(Coup d’œil sur les versants nord des Carpates), Kraków, 1851.
- Pusch, Georg Gottlieb, _Polens Paläontologie, oder Abbildung und Beschreibung der vorzüglichsten und der noch unbeschriebenen Petrefakten aus den Gebirgsformationen in Polen, Volhynien und den Karpathen..._, Stuttgart, E. Schweizerbart, 1837.
- Rautenstrauchowa, Lucja, _Miasta, Góry i Doliny_(Villes, montagnes et vallées), Poznan, 1844.
- Schultes, Joseph August, « Lettres sur la Galicie, ou la Pologne autrichienne », in _Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire_, Paris, Buisson, 1811, t. XV.
- Serres, Marcel de, _Voyage en Autriche, ou Essai statistique et géographique sur cet empire_, Paris, A. Bertrand, 1814.
- Spencer, Edmund, _Travels in the Western Caucasus including a tour through Imeritia, Mingrelia, Turkey, Moldavia, Galicia, Silesia, and Moravia, in 1836_ ( Voyages dans l’ouest du Caucase, en Iméritie, Mingrélie, Turquie, Moldavie, Galicie, Silésie et Moravie, en 1836), London, Henry Colburn, 1838, t. II.
- Staszic, _O Ziemiorództwie Karpatów i innych gór i równin Polski_ (De la naissance des Carpates et d’autres montagnes et des plaines de Pologne), Warszawa, 1815.
- Steczynski, Bogusz Zygmunt, _Pieniny i Tatry, zbiór 80 malowniczych widoków przez Bogusza Zygmunta Ste̡czyńskiego, wolna̡ re̡ka̡ z natury, a na kamieniu raz igła̡ rytowanych, z treściwym onych przez autora opisem_ (Pienine et Tatras, choix de quatre-vingt paysages de…) Kraków, Nakładem ksie̡garni i wydawnictwa dzieł katolickich, naukowych i rolniczych, 1860.
- Sydow, Albrecht von, _Bemerkungen auf einer Reise im Jahre1828 durch die Beskiden über Krakau u Wieliczka nach den Central-Karpathen. Als Beitrag zur Characteristik dieser Gebirgsgegenden u. ihrer Bewohner _ (Remarques sur un voyage effectué en 1828 à travers les Beskides jusqu’à Cracovie et Wieliczka vers les Carpates centrales. Contribution sur les caractéristiques de cette région de montagne et ses habitants). Berlin, Dümmsler’s verlag, 1830.
- Tetmajer, Kazimierz Przerwa, _Na skalnem Podhalu_(Sur les rochers du Podhale), Kraków, Ksiażka, 1914.
- Townson, Robert, _Travels in Hungary with a short account of Vienna in the year 1793_, London, G. G. and J. Robinson, 1797; _Voyage en Hongrie..._ , traduit de l'anglais par le C. Cantwel, Paris, an VII.
- Vautrin, Hubert, _L’Observateur en Pologne_, Paris, Giguet et Michaud , 1807.
- Zap, Karel Wladislaw, _Cesty a procházky po Halické zemi_ ( excursions et promenades en Galicie), w Praze, 1844.
- Zejszner, Ludwik, _Pieśni ludu Podhalan, czyli Górali tatrowych polskich_(Chants du peuple du Podhale, c’est-à-dire des montagnards des Tatras polonaises), Warszawa, Biblioteka Warszawska, 1845; _Podhale i północna pochyłość Tatrów_ (Le Podhale et le versant nord des Tatras), Warszawa, Biblioteka Warszawska, 1849.

Chercheur: 

Session: 

11 mars