L'utilité des voyages pour les marchands voyageurs en Perse et en Inde au XVIIe siècle (Chardin, Tavernier)

L'utilité des voyages pour les marchands voyageurs en Perse et en Inde au XVIIe siècle (Chardin, Tavernier)

“L’on est assez convaincu de l’utilité des voyages:et sans fatiguer ici maintenat mes lecteurs par l’ennuyeuse énumération des différens (sic) avantages qu’on a continuellement tirés depuis la découverte du nouveau monde je me contente de les renvoyer à l’expérience & à la prodigieuse quantité de Relations que l’on a régulièrement publiés depuis deux siècles.”

Jean Chardin 1735. Préface du Tome I.

Créé le 1er septembre 1664 par Colbert sur ordre du roi, avec l’espoir d’établir le commerce français aux Indes, la nouvelle Compagnie royale des Indes orientales donne une utilité politique aux renseignements fournis par les voyageurs en Asie. Ceci n’éclipse nullement l’utilité scientifique de ces renseignements, mais la compétition commerciale et politique avec la Hollande, qui envahit le marché français de produits d’Orient malgré les édits de Colbert, rendent la connaissance des produits des routes et des marchés indispensable. Louis XIV cultive l’idée de « rétablir » l’Empire français d’Orient. Dés le début des années 1660, diplomates, voyageurs, religieux, érudits, militaires, ingénieurs se mettent à la tâche pour forger l’idée de légitimité de cet Empire français qui serait forgé par une multitudes de textes et de gestes politiques, telle l‘idée du partage de l’Empire Ottoman, mais aussi par le projet du commerce en Asie de la Compagnie royale..
Ce séminaire du 2 mai est un extrait de mon travail intitulé Orientalism Under the Sunking. L’utilité politique des renseignements fournis par les marchands français n’est nulle part aussi claire que dans le cas de deux marchands célèbres, Jean-Baptiste Tavernier et Jean Chardin, mais l’utilisation pratique, politique et commerciale des récits de voyages n’est nullement un phénomène nouveau ni un phénomène extraordinaire en France, par exemple, l’oeuvre de Van Linschoten est traduite en français dés 1619. L’édition française traduite du hollandais aurait été lu par Jean Chardin. Le seul changement sous Louis XIV est l’importance, bien que minime, que prend le réseau commercial des marchands français protestants en Orient., leurs contributions éliminent en partie le fait que la France doit ses renseignements commerciaux à ses rivaux, aux Portugais aux Espagnols et aux Hollandais comme Linschoten.
Des connaissances approfondies des routes, des monnaies et des produits commencent sous Louis XIII en particulier avec le départ en Orient, dés 1636, du fils d’un marchand de cartes géographique d’Anvers émigré à Paris. Jean-Baptiste Tavernier, protestant de religion, deviendra joaillier de profession comme tant de marchands français en Asie, mais après plusieurs aventures en pays étrangers. Il deviendra fournisseur de diamants de Golconde et de pierres précieuses auprès de plusieurs cours, celle de Louis XIV mais aussi celle des shahs safavides (r.1501-1722) de Perse. C’est aussi en Perse, puis en Inde qu’un premier voyage, fait en 1665 sur les traces de Tavernier, emmène le jeune Jean Chardin secondé un autre associé de son père, Antoine Raisin. Il semble que c’est en partie par compétition avec Tavernier, qui, arrivé en France en 1668, est couvert d’honneurs par Louis XIV, que Chardin aurait composé les réponses. aux cent-sept questions posées par Esprit Cabart, chevalier seigneur de Villermont (1628-1707), qui avait peut-être pour mission de les poser pour le roi. Est ce de l’espionnage commercial? S’agit –il de “curiosité”? Esprit Cabart de Villarmont dut patienter longtemps : ce ne fut que huit ans plus tard, en 1679, sur le bateau qui le ramenait en France, que Chardin s’attela à la rédaction des réponses. Le rythme de la correspondance et du renseignement les rend moins utiles.
Malgré les efforts de Chardin, le champion des renseignements sur le commerce en Asie reste Jean-Baptiste Tavernier. Après deux voyages, dés 1680, Chardin ne voyagera plus, sauf en Europe et il rangera ses turbans que, d’ailleurs, il n’affectionnait guère. Jean-Baptiste Tavernier qui, au contraire , portait volontiers l’habit oriental même en Europe, rentrera en France en 1668 Dés 1669, Louis XIV l’anoblit. Par contraste, Chardin devra s’exiler à Londres et ne reçevra aucune recompense pour ses renseignements donnés à la Compagnie. Si Tavernier chercha une terre où asseoir son nouveau titre et s’installa prudemment en Suisse, où s’étaient réfugiés d’autres Huguenots, ses pérégrinations ne s’arrêtèrent pas dans les Alpes. Cet infatigable aventurier, qui posait sur l’Europe un regard imprégné de ces paysages d’Orient pour lui si familiers que les Alpes lui rappelait l’Arménie et qui prétendait que les habitants d’Erivan étaient d’origine suisse, entreprit un septième voyage. Il tenta une fois encore de rallier l’Inde mais via la Russie. Il mourut en route, à quatre-vingt-quatre ans, en 1689, ayant vendu sa baronnie afin de financer, à Berlin, pour l’électeur de Brandebourg, une Compagnie des Indes dont il était lui-même le directeur. Ce dernier périple entrepris si tard s’explique mal, mais il est possible que son neveu Pierre, installé à Ispahan auprès des Arméniens, partenaires commerciaux si chers à Tavernier et à Chardin, n’ait pas veillé à ses affaires comme il l’aurait dû. Si Tavernier meurt en voyageur, Chardin lui se fera reconnaître comme savant et orientaliste à Londres et y publiera ses œuvres en accentuant leur utilité scientifique auprès de la Royal Society.

Quelques questions de Cabart de Villarmont en 1671

“ Qu’est-ce que le Cachou est-ce une drogue simple ou composée.”

“Qu’est-ce que le thé.
Croit il par toute la Chine ou en certaines provinces seulement.”

“Qu’est-ce que le Musc,d’où il vient comment il se fait, si les Indiens en font cas, et l’employent à autre chose qu’a parfumer.”

” Sil est vray que les femmes d’Europe perdent leurs ordinaires aux bout d’un an ou deux quels (sic) sont aux Indes.”

“Est il encore vray que les chiens d’Europe que l’on porte aux Indes y perdent leur aboyements”

“ Quel est l’arithmétique des Banians”

“ L’herbe quil nomme dans les Indes Manga [Bang] estre notre chanvre et le breuvage qu’ils en composent fait il des effets si extraordinaire qu’on nous le veut faire croire icy.”

“S’informer le plus exactement que faire se poura du regime des vers a soye de quelle sorte de murier ils se servent pour les nourrir.”

“D’où les Chinois qui sont à Batavie tirent la matière dont ils fabriquent la plus grande partie porcelaine que les hollandais qui l’ apporte en Europe font passer pour de la porcelaine de Chine et que les connaisseurs qui la savent distinguer appellent porcelaine nouvelle.

Quelques extraits des réponses de Jean Chardin en 1679

Le cachou
“le poids de huit grains suffit a echauffer sensiblement. Quand l’on prend d’avantage; c’est pour s’exciter a l’amour, et estres plus homme a ses plaisirs. Les Portugais en
mangent communement a ce dessein, et mille gens
parmy eux en meurent par l’exces avec lequel ils en
usent, et par les efforts qu’il leur fait faire avec les femmes
jusques a verser le sang.”

Le Thé
“Il dissipe les vapeurs du cerveau tant de la debauche que celle de la lassitude, il eveille, il fortifie, il ranime, et
rafraichit ie le tient chaud en qualité tant en une
de ses operations, que du goust amer qu’il a; il aide
a faire digestion. Cest la l’effet qu’il a fait toujours
en moy; et jay vu des Europeans aux Indes passer
plus facilement la nuit a ecrire en prenant plusieurs
fois du Thé durant son cours.

Les femmes européennes aux Indes
Il ne leur arrive nul changement la dessus, ny
au bout de deux ans, ny de toute leur vie, on s’en
peut asseurer; et il y a deja assez de femmes en
france retournées des Jndes pour confirmer cette
verité. Ce qui leur arrive en cet autre monde, a
ce que m’ont assuré plusieurs personnes bien
capables sur ces matieres, c’est que leur jnclination
amoureuse s’enflamme comme celle des hommes
s’eteint au contraire.

Le Bang
cest que l’usage continuel que l’on en fait paslit le teint, et affoiblit merveilleusement le corps, et lesprit, et quand sa
fureur est passée, ce corps qui auparavant ne cessoit
pas de rire, de plaisanter, et de s’emouvoir tombe
de tout son haut, et ressemble a un mourant, une
heure, ou deux apres il revient a luy peu a peu.
Aussy les gens qui y sont habituez ne la peuvent
plus quitter, et en son si dependants qu’ils moure-
roient si l’on les en privoit..”

Le Musc
“Il y a des Europeanes qui pour exciter, et rechauffer leurs maris se frottent journellement le ventre de musc, et d’ambre, et en tiennent toujours un morceau dans le nombril; secret que les jndiennes leur ont apris, et qui est fort en usage en ces pays chauds, et volupteux, les femmes des Jndes ont leurs ordinaires des l’age de 8 a neuf ans.”

BIBLIOGRAPHIE
Chardin, Jean. Le Couronnement de Soleimaan Troisième Roi de Perse, et ce qui s’est passé de plus mémorable dans les deux premières années de son Régne. Paris: Claude Barbin, 1671.
___________. Journal du Voyage du Chevalier Chardin en Perse, & aux Indes Orientales par la Mer Noire, & par la Colchide. Première partie, qui contient le voyage de Paris à Isfahan. London: Moses Pitt, 1686.
Même titre, imprimé deux fois à Amsterdam en 1686 et une fois à Lyon en 1687.
___________. The Travels of Sir John Chardin into Persia and the East Indies. The First Volume, Containing the Author’s Voyage from Paris to Ispahan. To which is added the Coronaton of this Present King of Persia, Solyman the Third. London: Printed for Moses Pitt, 1686.
___________. Voyage de Monsieur le Chevalier Chardin, en Perse, et autres lieux de l’Orient, 3 Volumes. Amsterdam: Jean Louis de Lorme, 1711 in-4˚.
___________. Voyage de Monsieur le Chevalier Chardin, en Perse, et autres lieux de l’Orient, 10 Volumes. Amsterdam: Jean Louis de Lorme, 1711 in-12˚.

___________. Voyages du Chevalier Chardin, en Perse, et autres lieux de l’Orient. Enrichis de Figures en Taille-douce, qui représentent les Antiquités et les choses remarquables du Païs. Nouvelle edition, augmentée du Couronnement de Soliman III. & d’un grand nombre de Passages tirés du Manuscrit de l’Auteur qui ne se trouvent point dans les Editons précédentes. 4 vols. Amsterdam: Aux depens de la Compagnie, 1735.
___________. Voyage du Chevalier Chardin, en Perse et autres lieux de l’orient, enrichis d’un grand nombre de belles figures en taille-douce, représentant les antiquités et Ies choses remarquables du Pays Nouvelle édition, soigneusement conférée sur les trois éditions originales, augmentée d’une Notice de la Perse, depuis les temps les plus reculés jusqu’à ce jour, de Notes, etc. Ed. L. Langlés, l0 vols. plus atlas. Paris: Le Normant, Imprimeur-Libraire, 1811.
___________. Voyages en Perse. Ed. Claude Gaudon. Paris: Union générale d’éditions, l965.
____________ Sir John Chardin’s Travels in Persia. Intro. Brig. Gen’l. Sir Percy Sykes. Ed. N. I. Penzer. London: The Argonaut Press, 1927; reprint, Amsterdam: N. Israel; New York: Da Capo Press, 1971.
___________. Voyage de Paris à Isphahan, vol. I. De Paris à Tiflis, vol. II. De Tiflis à Isphahan. Paris: François Maspero, éditions La Découverte, 1983.
Chardin, Sir John Travels in Persia 1673-1677 . New York: Dover, 1988.
Chardin,Jean Du bon usage du thé et des épices en Asie: réponses à monsieur Cabart de Villarmont Jean Chardin ; texte établi, présenté et commenté par Ina Baghdiantz McCabe. Paris: L’Inventiare. 2002.

[Gabriel de Chinon.] Relations nouvelles du Levant; ou traités de la Religion du Gouvernement, & des Coûtumes des Perses, des Arméniens, & des Gaures. Avec une description particulière de l’établissement, & des progrez qui y font les Missionnaires, & diverses disputes qu’ils ont eu avec les Orienteaux. Compozé par P. G. D. C. [Père Gabriel de Chinon] & donnés au public par le Sieur L. M. P. D. E. T. [Louis Moreri, prêtre, docteur en théologie]. Lyon: Chez Jean Thioly, 1671.
Linschoten, Jan Huygen van, 1563-1611.Le grand routier de mer contenant une instruction des routes & cours qu'il convient tenir en la navigation des Indes Orientales, etc. Le tout fidelement recueilli des memoires & observations des pilote espagnols & portugais, et nouvellement traduit de flameng en francois. A Amsterdam, chez J.E. Cloppenburch, 1619

Pacifique de Prouins, Predicateur Capucin. Relation du Voyage de Perse, faict par Le R. P. Pacifique de Prouin Predicateur Capucin. Ou vous verez les remarques particulieres de la Terre saincte, & des lieux ou se sont operez plusieurs Miracles depuis la Creation du monde, iusques à la mort & Passion de nostre Seigneur Iesus-Christ. Aussi le commandement du Grand Seigneur Sultan Murat pour establir des Couvents de Capucins par tous les Lieux de son Empire. Ensemble le bon traitement que le Roy de Perse fit au R. P. Pacifique, luy donnant un sien Palais pour sa demeure, auec permission aussi de bastir des Monasteres par tout son Roy-aume; Et finalement la lettre & le present qu’il luy donna pour apporter au Roy Tres-Chretien de France & de Nauarre Louys XIII. Avec le testament de Mahomet que les Turcs appellent sa main & signature qu’il fit auant que de mourir. Paris: Chez Nicolas & Jean de la Coste, frères, 1631.

Raphaël du Mans. Estat de la Perse en 1660. Ed. Charles Schefer. Publications de l’école des langues orientales vivantes, 2nd ser., vol. 10. Paris: Ernest Leroux, 1890; reprint, Westmead, England: Gregg International Publishers, 1969.
Raphaël du Mans missionnaire en Perse au XVIIième Estat de la Perse. Publié avec Mémoire sur les Jésuites (circa 1662),Estat de la Perse,1665, De Persia 1684, et la biographie et correspondancedu père Raphaël du Mans edité par Francis Richard. Société de l’histoire de l’Orient. Paris, 1995.

Tavernier, Jean Baptiste. Nouvelle Relation de l’interieur du Serrail du grand seigneur. Contenant plusieurs singularitez qui jusqu’icy n’ont point esté mises en lumière. Paris: Chez Olivier de Varennes, 1675.
___________. Les six voyages de Jean Baptiste Tavernier, Ecuyer Baron d’Aubonne, en Turquie, en Perse, et aux Indes, pendant l’espace de quarante ans, & par toutes les routes que l’on peut tenir: accompagnez d’observations particulières sur la qualité, la religion, le gouvernement, les coûtumes et le commerce de chaque païs, avec les figures, le poids, & la valeur des monnoyes qui y ont cours. 2 vols. Paris: Chez Gervais Clouzier et Claude Barbin, 1676.
___________. A New Relation of the Inner-Part of the Grand Seignor’s Seraglio. Containing Several Remarkable Particulars, never before exposed to publick view. London: Printed and Sold by R[obert] L[ittlebury] and Moses Pitt, 1677.
___________. Recueil de plusieurs Relations et Traitez singuliers & curieux de J. B. Tavernier, Chevalier, Baron d’Aubonne. Qui n’ont point esté mis dans ses premiers Voyages. Divisé en cinq parties. I. Une Relation du Japon, & de la cause de la persecution des Chrestiens dans ses Isles: Avec la Carte du Païs. II. Relation de ce qui s’est passé dans la Negociation des Deputez qui ont esté en Perse & aux Indes, tant de la part du Roy, que de la Compagnie Françoise, pour l’establissement du Commerce. III. Observations sur le Commerce des Indes Orientales, & sur les fraudes qui s’y peuvent commettre. IV. Relation nouvelle & singulière du Royaume de Tunquin: avec plusieurs Figures & la Carte du Païs. V. Histoire de la conduite des Hollandois en Asie. Avec la Relation de l’intérieur du Serrail du Grand Seigneur. Suivent la Copie, Imprime à Paris [Amsterdam?], 1677.
___________. The Six Voyages of John Baptiste Tavernier, Baron of Aubonne; through Turkey, into Persia and the East- Indies, for the space of Forty Years. Giving an Account of the present State of those Countries, Viz. Of the Religion, Government Customs, & Commerce of every Country; and the Figures, Weight and Value of the Money current all over Asia. To which is added, a new Description of the Seraglio. Trans. J. P. [John Philips]. London; Printed by Willliam Godbid, for Robert Littlebury, 1677.
___________. A Collection of Several Relations & Treatises Singular and Curious, of John Baptista Tavernier, Baron of Aubonne. Not Printed among his first Six voyages. Divided into Five Parts I. A new and singular Relation of the Kingdom of Tunquin, with several Figures, and a Map of the Country. II. How the Hollanders manage their Affairs in Asia. III. A Relation of Japan, and the cause of the persecutions, of the Christians in those Islands; with a Map of the Country IV. A Relation of what passed in the Negotiation of the Deputies which were at Persia and the Indies, as well on the French King’s as well as on the Company’s behalf, for the Establishement of Trade. V. Observations upon the East India Trade, and the Frauds there subject to be committed. London: Published by Edmund Everard, Esquire; Printed by A. Godbid and J. Playford, for Moses Pitt, 1680.
___________. Travels in India. Ed. and trans. V. Ball. 2nd ed. by William Crooke. 2 vols. London: Oxford University Press, 1925.
___________. Voyages en Perse et description de ce royaume. Ed. Pascal Pia. Paris: Du Carrefour, 1930.
___________. Voyages en Perse. Preface by Pierre Sabbagh, intro. Vincent Monteil. Paris: Le Cercle du Bibliophile, 1970.
___________ Travels in India / by Jean Baptice Tavernier ; translated from original French edition of 1676, with a biographical sketch of the author, notes, appendices, etc. by V. Ball. Lahore : al-Biruni, 1976.
___________ Travels in India / by Jean-Baptiste Tavernier, Baron of Aubonne ; translated from the original French edition of 1676, with a biographical sketch of the author, notes, appendices, &c. by V. Ball. New Dehli : Oriental Books Reprint Corp. : distributed by Munshiram Manoharlal Publishers, 1977.
___________. Les six voyages en Turquie & en Perse. 2 vol. Notes by Stéphane Yarasimos. Paris: François Maspero, édition La Découverte,1981.
____________. Les six voyages en Turquie & en Perse. 2 vol. Notes by Stéphane Yarasimos. Paris: François Maspero, édition La Découverte,1981.
Thévenot, Jean de. L’empire du grand turc vu par un sujet de Louis XIV, Jean Thévenot. Intro. François Billacois. Paris: Calmann-Levy, 1965.
___________. The Travels of Monsieur de Thevenot into the Levant. In Three Parts. Viz. Into I. Turkey. II. Persia. III. The East Indies. Newly done out of French by [ A. Lovell]. London: Printed by H. Clark, for H. Faithorne, J. Adamson, C. Skegnes and T. Newborough, 1687.

Autres sources citées:
Baudelot de Dairval, Charles César, 1648-1722, De l’utilité des voyages, et de l’avantage que la recherche des antiquitez procure aux sçavans. Par m. Baudelot de Dairval …..Nouvelle édition revuë, corrigée &c augmentée, avec figures ...A Rouen, chez Charles Ferrand. MDCCXXVII.

Darmesteter, James. “L’Orientalisme en France,” Essais Orientaux (Paris: A. Levy, 1883)

La biographie de Chardin: Dirk Van der Cruysse. Chardin le Persan Paris: Fayard,
1998.

La biographie de Tavernier: Joret, Charles, 1839-1914. Jean-Baptiste Tavernier, écuyer, baron d’Aubonne d’après des documents nouveaux et inédits, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1886.

Chercheur: 

Session: 

02 mai