Plus chinois que les Chinois : les jésuites européens dans l’Empire du milieu (XVIIe-XVIIIe siècles)

Bibliographie

Textes et cartes
Alexandre de Rhodes, s. j., Sommaire des divers voyages et missions apostoliques du R.P. Alexandre de Rhodes de la Compagnie de Jésus à la Chine et autres royaumes de l’Orient, avec son retour de la Chine à Rome, depuis l’année 1618 jusques à l’année 1653, Paris, F. Lambert, 1653.
Amiot, Joseph-Marie, s.j., Mémoire sur la musique des Chinois tant anciens que modernes, Paris, Nyon l’aîné, 1779.
[Anonyme], « Relation du voyage depuis le départ d’Ostende jusqu’à l’arrivée dans la rivière de Canton dans la Chine » (1723) (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, ms., cod. gall. 674).
Avril, Philippe, s. j., Voyage en divers États d’Europe et d’Asie entrepris pour découvrir un nouveau chemin à la Chine, Paris, Claude Barbin, 1692
Batteux, Charles et Feudrix de Bréquigny, Louis-Georges, Mémoires concernant l’histoire, les sciences, les arts, les mœurs, les usages des Chinois, Paris, Nyon, 1776-1814, 16 vol.
Bouvet, Joachim, Portrait historique de l’empereur de Chine présenté au Roi, Paris, E. Michallet, 1697.
-, État présent de la Chine en figures, Paris, Giffard, 1697.
-, « Journal des voyages du père Bouvet jésuite missionnaire, envoyé par l’Empereur de la Chine vers Sa Majesté très chrétienne » (Munich, BStB, ms., cod. gall. 711).
-, « Voyage du père Bouvet jésuite et de ses compagnons depuis Canton jusqu'à Pékin […]. Le tout contenu dans une lettre du p. Dolzay, jésuite allemand, écrite de Pékin le 23 août 1699 au p. Brossia, jésuite franc-comtois » (BnF, ms., fr. 21690).
De Pauw, Cornelius, Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, Berlin, G. J. Decker, 1773, 2 vol.
D'Elia, Pasquale. M., Fonti Ricciane. Documenti originali concernenti Matteo Ricci e la storia delle prime relazioni tra l’Europa e la Cina, Roma, Libreria dello Stato, 1942 →
Gardin du Brossay, « Voyage fait pendant les années 1720, 1721, 1722, ,1723 et 1724 à la Chine, à Siam, à Malaca et autres pays de l’Inde, avec le testament de Kamhy empereur de la Chine et un mémoire des révolutions de cet empire par le sr. Gardin du Brossay » (Munich, BStB, ms., cod. gall. 624).
Guérard, Jean, « Carte universelle hydrographique », 1634 (BnF, S. H. Archives n° 15)
Guignes, Joseph de, Mémoire dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne, Paris, Desaint et Saillant, 1759.
Intorcetta, Prospero, s. j. [Yin Duoze en chinois], Confucius Sinarum philosophus, sive scientia sinensis latine exposita. Studio et opera Prosperi Intorcetta, Christiani Herdtrich, Francisci Rougemont, Philippi Couplet, jussu Ludovici magni, Paris, Daniel Horthemels, 1687.
-, « De Sinarum Litteris » , ms. (BnF, Latin 6277). Édition et traduction anglaise : The Traditional History of the Chinese Script : from a Seventeenth century Jesuit manuscript [ed. by] Knud Lundbaek, Aarhus (Danemark), Aarhus University Press, 1988.
-, Sapientia sinica, exponente P. Ignatio a Costa, [...] a P. Prospero Intorcetta, [...] orbi proposita, Kien Cham, in urbe Sinarum provinciae Kiam Si , 1672 [« Ta Hio » de Confucius et Tseng-tseu et « Lun Yu », bilingue latin-chinois].
-, La Science des Chinois ou le Livre de Cum-fu-su traduit mot pour mot de la langue chinoise, Paris, A. Cramoisy, 1673.
Kircher, Athanase, s.j., China Monumentis, qua Sacris qua profanis, nec non naturae et artis spectaculis, aliarumque rerum memorabilium argumentis illustrata, Romae, Typis Varesij, s. d.., fol. (autre éd.: Amstelodami, apud Joannem Janssonium a Waesberge et Elizeum Weyerstraet, 1667, [fol., 237 p.] ; Antwerpiae, apud Jacobum a Meurs, 1667 [fol., XIV-246 p., contrefaçon de l’édition d’Amsterdam] ; traduction française de F. S. Dalquié, La Chine d’Athanase Kircher de la Compagnie de Jésus, illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherches de la nature et de l’art, Amsterdam, Chez Jean Janssons à Waesbergae et les Héritiers d'Elizée Weyerstraet, 1670 [fol., XVI-367 p.] ; traduction néerlandaise par J. H. Glazemaker, Amsterdam, Johannes Janssonius van Waesberge en de Wed. Wijlen Elizeus Weyerstraet, 1668 [fol., 286 p.] ; édition et traduction anglaise par John Ogilby, London, 1669.
La Brune, Jean de, La Morale de Confucius, philosophe de la Chine, Amsterdam, Pierre Savouret, 1688.
Le Gobien, Charles, s. j., « Éclaircissement donné à Monseigneur le duc du Maine sur les honneurs que les Chinois rendent à Confucius et aux Morts », Nouveaux Mémoires sur l’état présent de la Chine, Paris, Jean Anisson, 1698, t. III, p. 217-322.
Lettres édifiantes et curieuses des missions étrangères par quelques missionnaires de la Compagnie de Jésus, Paris, Nicolas Le Clerc et divers, 1702-1776, 34 vol.
Malebranche , Nicolas, Entretien d’un philosophe chrétien et d’un philosophe chinois sur l’existence et la nature de Dieu, Paris, Michel David, 1708.
Martino, Martino, s. j., « Imperii Sinarum Nova Descriptio », 1655 (BnF, Rés. Ge DD 1210).
Newton, Isaac, Abrégé de la chronologie de M. le chevalier Isaac Newton, fait par lui-même et traduit sur le manuscrit anglais [par Nicolas Fréret], Paris, G. Cavelier, 1725.
Ricci, Matteo, s. j, « Entretiens d’un lettré chinois et d’un docteur européen sur la vraie idée de Dieu », Lettres édifiantes et curieuses, traduit du chinois par le père Charles Jacques (1688-1728), Lyon, 1819, t. XIV, p. 66-248 [traduction du Tianzhu Shiyi (Véritable Doctrine du Seigneur du Ciel) publié en 1605].
Saint-Peravi, Jean-Nicolas de L’Optique ou le Chinois à Memphis, « Londres », M.-M. Rey, 1763.
Thiberge, Louis, Lettre de Messieurs des Missions étrangères au Pape sur les idolâtries et sur les superstitions chinoises, s.l.n.d. [Paris, 1700].

Textes chinois
Intorcetta, Prospero, s. j., « Yesu huili [Règles de la Compagnie de Jésus].
Poxieji (Collection pour la destruction des doctrines vicieuses), 1608-1639.
Ricci, Matteo, s. j., Tianzhu Shiyi (Véritable Doctrine du Seigneur du Ciel), 1605.
-, Zuchuan Tianzhu Shijie (Décalogue), 1584.
Ricci, Matteo et Michele Ruggieri, s. j., Tianzhu Shilu (Véritable Traité du Seigneur du Ciel).
« Shu Jing » (Annales), 9e-6e siècle avant notre ère.
Yang Guangxian, Budeyi (Il faut qu’enfin j’éclate), 1664-1665.

Etudes
Beurdeley, Michel, Peintres jésuites en Chine au XVIIIe siècle, Arcueil, Anthèse, 1997.
La Chine au temps des Lumières, Paris, Cathasia-Les Belles Lettres,1970.
Dehergne, Joseph, Répertoire des Jésuites de Chine de 1552 à 1800, Roma, Institutum Historicum S. J., Paris , Letouzey et Ané, Paris 1973.
Ducornet, Étienne, Matteo Ricci, le lettré d’Occident, Paris, Éditions du Cerf, 1992.
Li, Shenwen, Stratégies missionnaires des jésuites français en Nouvelle-France et en Chine au XVIIe siècle, Québec et Paris, Presses de l’Université Laval et L’Harmattan, 2001.
Étiemble, René, Les Jésuites en Chine (1552-1773), la querelle des rites, Paris, Julliard, 1966.
Hamadène, Nadine, notice des Lettres édifiantes et curieuses, in Dictionnaire des journaux 1600-1789, Jean Sgard (dir.), Paris, Universitas 1991, t. II, p.731-741, notice 814.
« Penser et représenter l’Extrême-Orient », Revue de Littérature comparée, n° 297, 2001.
Pinot, Virgile, La Chine et la formation de l’esprit philosophique en France. 1640-1740, Paris, P. Geuthner, 1932.
Raguin, Yves, « Un exemple d’inculturation, Matteo Ricci », Lumen Vitæ, 39, 1984, p. 261-277.
Song, Shun-Ching Voltaire et la Chine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1989.
Spence, Jonathan-D., Le Palais de mémoire de Matteo Ricci, Paris, Payot, 1986.
Tchen, Ysia, La Musique chinoise en France au XVIIIe siècle, Paris, Institut national des Langues et Civilisations orientales, 1974.

Chercheur: 

Session: 

1er mars

Vidéo conférence: