Présentation du séminaire et introduction avec Jean-François Guennoc

Résumé

« Les écritures contemporaines du voyage » sont un rappel de la pluralité des formes génériques comprises dans la littérature des voyages (lettre, poème, journal, récit, chronique, reportage, traité etc.), formes qui sont elles-mêmes travaillées par l’hybridité (l’emploi de différents types de discours au sein d’un même texte et/ou l’association d’images). Cette extrême diversité rend difficile toute tentative de définition synthétique en même temps qu’elle remet en perspective les frontières canoniques et académiques de l’histoire littéraire telle qu’elle s’est codifiée aux XVIIIe et XIXe siècles.
L’expression de « littérature des voyages » témoigne, en effet, d’une certaine ambiguïté et d’un statut de genre relativement récent. Sa mise en livre a précédé sa mise en forme.
Quant au récit de voyage, il ne prend conscience de lui-même en tant que genre qu’au siècle suivant « au moment où les normes d’un égotisme littéraire se substituent aux catégories de l’académisme classique, suscitant des formes comme le journal intime ou les « mémoires personnels ». Ce mouvement participe également de la promotion de la figure nouvelle de l’écrivain voyageur.
Cette ouverture de la littérature des voyages à l’ensemble des types et des supports de la représentation est un phénomène emblématique du XXe siècle. Le texte littéraire s’accompagne de photographies voire se transforme même en film allant parfois jusqu’aux frontières de l'art contemporain, installation (Chris Marker en est l’illustration parfaite). Il faut cependant noter que ce n’est pas là un trait tout à fait inédit, c’est son ampleur qui est remarquable. Cette nuance montre qu’une relation est maintenue à la tradition de la littérature de voyage. La crise de la fonction épistémique du récit de voyage mise en évidence par Claude Reichler, signifierait-elle que le salut du genre viatique réside dans la seule fonction poétique ?
Gérard Cogez, à partir d’un corpus limité à la première partie du siècle et plus enclin à la vision ethnographique et politique, met plutôt en avant la distance critique à l’égard du réel, du genre, de la littérature et plus radicalement de la culture occidentale. La thèse a le mérite d’apporter de nouveaux arguments à la vision crépusculaire du « dernier siècle des voyages ».
La formule générique du « pèlerinage littéraire » que nous proposons ici – en tentant d’en expliquer le succès économique par un certain état de la réception, la séduction culturelle par une sanctification du voyageur et de l’itinéraire, et la dimension spirituelle par l’idée de vérification qu’elle impose –, s’inscrit dans le mouvement de réaction contre cette vision catastrophique du voyage au XXe siècle, tout en l’entérinant puisqu’il se fait sur le mode de la perte.
Les « nouveaux itinéraires poétiques » proposent d’aborder les parcours d’auteurs qui contreviennent à cette vision mélancolique du monde et de sa relation. Pratiquant les arts de l’image et de l’écriture, hommes de lettres et à la caméra, ils régénèrent la littérature des voyages en même temps que le modèle du voyageur artiste. Même le lyrisme subjectif qui avait caractérisé le genre du récit de voyage au XIXe siècle est amendé. L’archéologie du sujet est moins subjective et plus critique, plus insolite aussi, donc plus insolente. C’est à un déménagement de la littérature qu’ils invitent.

Bibliographie

Critique
Cogez, Gérard, Les écrivains voyageurs au XXe siècle, Paris, Seuil, collection Points Essais lettres, 2004.
Pasquali, Adrien, Le Tour des horizons, critique et récits de voyage, Paris, Klincksieck, collection Littérature des voyages, 1994. [un ouvrage de référence abordant l’ensemble des sujets ayant trait au récit de voyage du XXe siècle, nourri par une grande connaissance de la littérature des voyages des siècles antérieurs, assorti d’une bibliographie très complète].
Récits du dernier siècle des voyages, de Victor Segalen à Nicolas Bouvier, Olivier Hambursin éd., Paris, PUPS, collection Imago Mundi, 2005. [recueil d’actes d’un colloque organisé par le CRLV. Articles d’historiens, d’ethnographes, de chercheurs en littérature ou en cinéma].
Poésie et voyage. De l’énoncé viatique à l’énoncé poétique, Sophie Linon-Chipon, Véronique Magri-Mourgues et Sarga Moussa éd., Château de La Napoule, Editions de la Mancha, 2002.
Les récits de voyages. Typologie et historicité, Maria Alzira Seixo et Graça Abreu, Lisboa, Ediçoes Cosmos, 1998.
Miroirs de textes. Récits de voyage et intertextualité, Sophie Linon-Chipon, Véronique Magri-Mourgues et Sarga Moussa éd., Nice, Publication de la faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice, N°49, 1998.
Métamorphoses du récit de voyage, François Moureau éd., Paris-Genève, Champion-Slatkine, collection Littérature des voyages, 1986.

Récits ou recueils
Pour une littérature voyageuse, Bruxelles, éditions Complexe, collection Le regard littéraire, 1992 ; réed. 1999.
Lévi-Strauss, Claude, Tristes tropiques, Paris, Plon, collection Terre humaine, 1955.

Chercheur: 

Session: 

24 octobre 2006