Sade et l'Italie

Maurice Lever analyse le voyage en Italie de Sade en fonction de l’axe principal du séminaire. Il rappelle que Sade destinait son texte à la publication, (sans doute avec les illustrations de Tierce pour la partie napolitaine). Le titre programme de l’ouvrage, exploration " critique, historique et philosophique ", trahit le projet encyclopédique que l’auteur s’était fixé. Après un premier voyage en 1772, le second de 1775-1776 – tout aussi involontaire que le précédent – va de Florence à Naples par Rome. Sa correspondance avec le docteur Meny et avec Ange Goudar éclaire certains aspects que le manuscrit du voyage et ses annexes publiés pour la première fois intégralement par Maurice Lever cachent ou dissimulent. Une partie du séjour à Rome sera reprise dans l’"Histoire de Juliette", et le fantasme de la rencontre avec le Pape – Sade prétend lui avoir fait lire le "Système de la nature" de d’Holbach – sera transposé sur le mode obscène par Juliette. Avant le grand enfermement de 1777, il s’agit de la seule œuvre importante du " premier " Sade : on y découvre un homme de goût, même si ses notations esthétiques sont d’une grande banalité, un observateur attentif de toutes les réalités italiennes. Il juge sévèrement la dépravation des mœurs, la corruption de l’Italie moderne, la décadence des arts (théâtre et monstrueux castrats qui choquent la nature). Pour Sade, la vérité ne peut être que dans la nature. Son esthétique de la vérité va jusqu'à justifier le crime, la dissection in vivo pour faire progresser l’art ou la science. Sous le masque du voyageur philosophe et de l’aristocrate transparaissent le futur écrivain et son idéologie.

Sade, Donatien Alphonse François, marquis de, "Voyage d'Italie", Paris, Fayard, 1995, I: édition établie et présentée par Maurice Lever. II: dessins de Jean-Baptiste Tierce. Choix des œuvres et des légendes par Maurice Lever. Notice sur Tierce par Olivier Michel, 2 vol.

Mots-clès : Italie. philosophie. nature. art.

Chercheur: 

Session: 

28 novembre