" Sous la leçon du vent ". La cosmographie selon André Thevet (1516-1592).

André Thevet (1516-1592) s’attribua dans ses écrits la fonction de « cosmographe du roi », sans que cela ait une véritable signification administrative. En revanche, la notion de « cosmographe » a un sens précis qui se distingue de celui de « géographe ». Le cosmographe est à la fois un mathématicien et un cartographe qui relie l’action du « pilote » (au sens maritime du terme) à celle du souverain. La cosmographie est la géographie destinée au prince et à ses ambitions. Mais c’est une géographie universelle à la différence de la « poligraphie » (science des villes) ou de la « topographie » (sciences des lieux particuliers).
Les publications de Thevet correspondent à cette conception d’un conseiller géographique du prince, même si le cosmographe des rois Valois ne le fut que très théoriquement.
1554 : _ La Cosmographie de Levant_ : un voyage en Terre Sainte dont l’itinéraire n’est que prétexte à dissertations savantes compilées de sources antiques ou contemporaines. Le titre lui-même est oxymorique.
1557 :_ Les Singularités de la France antarctique_ : souvenirs d’un séjour de trois mois au Brésil. Jean de Léry fera mieux.
1575 : _La Cosmographie universelle_ inspirée de la _Cosmographie _ de Sébastien Munster : une géographie historique. Pour Thevet, la cosmographie intègre et comprend l’histoire. Nouveauté : jusqu’alors la géographie était un art de mémoire, la mémoire artificielle de l’histoire, une science annexe. Mais cette _ Cosmographie _ qui se trouve en concurrence avec celle de Belleforest publiée à la même date est un assemblage assez confus comprenant aussi des vues de villes, des représentations de monstres, des lexiques (botanique : « manioc », « pétun ») sous le signe de la « variété ».
1584 : _ Les Vrais Portraits et Vies des hommes illustres _ : un ensemble de portraits gravés, plus ou moins classés, allant des héros de l’Antiquité aux monarques du Nouveau Monde (6) dont le costume est interprété d‘après les dessins du Codex Mendoza que possédait Thevet. Ce recueil fut réédité en 1671.
_Le Grand Insulaire et Pilotage _ ne fut jamais publié, il est conservé à la BnF. Ligueur, Thevet vécut des dernières années difficiles à Paris. Les 350 cartes dont environ 130 sont connues aujourd’hui forment un atlas selon la tradition inaugurée par les Italiens des _ Isolario_ (Buondelmonti). C’est un catalogue universel divisé en deux parties : les îles de la Méditerranée et les autres. Il s’inspire de la cartographie maritime à usage professionnel (pilotage) et d’une conception où l’île, isolée et sans contexte, existe en dehors de toute représentation … cosmographique (construction logique de l’espace).

Bibliographie de F. Lestringant sur A. Thevet:

André THEVET, Les Singularités de la France Antarctique. Le Brésil des Cannibales au XVIe siècle. Choix de textes, introduction et notes. - Paris: La Découverte / Maspéro, 1983. Un vol. in-8° de 178p.

"Catalogue des cartes du Grand Insulaire d'André Thevet", avec introduction et bibliographie, ch. XXIX de : Mireille PASTOUREAU, Les Atlas francais - XVIe-XVIIe siècles. Répertoire bibliographique et étude. - Paris: Bibliothèque Nationale, Département des Cartes et Plans, 1984, p.481-495.

André THEVET, Cosmographie de Levant.. Édition critique. - Genève: Droz, "Travaux d'Humanisme et Renaissance", CCIII, 1985, CXXII + 374p.

André Thevet, cosmographe des derniers Valois. - Genève: Droz, "Travaux d'humanisme et Renaissance" n° 251, 1991. 430p.

L'Atelier du cosmographe, ou l'image du monde à la Renaissance. - Paris: Albin Michel, "Bibliothèque de synthèse", 1991. 270p.

Mapping the Renaissance World - Cambridge: Polity Press, et Berkeley: University of California Press, 1994 (trad. anglaise, mise à jour, de L'Atelier du cosmographe, Paris, 1991, avec une préface de Stephen Greenblatt).

Chercheur: 

Session: 

12 novembre