Tombeaux de Chateaubriand. Méditations Poétiques sur l'art et la mort

Les deux périples que Chateaubriand relate dans son Voyage en Amérique et dans l'Itinéraire de Paris à Jérusalem font la part belle aux sépultures en tous genres. Le spectacle de la mort indienne ou musulmane est pour le voyageur l'occasion de méditations dont la mise en cohérence engage sa poétique mémorialiste. Première méditation : les monuments des Lettres et des Ails sont à l'Occident ce que les ossements des aïeux sont aux Indiens d'Amérique. Une nation, un peuple n'existent que par ce qui en symbolise la pérennité, ce qui se transmet de générations en générations. L'art est en quelque sorte l'ossuaire des civilisations : il est donc, fondamentalement, religieux. Deuxième méditation : devant la grande Pyramide, Chateaubriand prend le parti de l'orgueil humain, en lutte contre le temps. Balayant le mythe rousseauiste du bon sauvage et le culte de la primitivité, il vante la grandeur d'une quête d'éternité dont l'ampleur des sépultures porte témoignage. L'écriture des Mémoires d'Outre-tombe participe de cette ambition. Troisième méditation : pour gagner la Morée, l'écrivain prend place dans un calque représentant la barque de Charou ; il entre au pays des morts pour s'y désoler que les nécropoles reflètent les luttes coloniales, et que l'on n'y retrouve qu' "un peu la patrie des Muses". Pour le défunt symbolique des Mémoires, la mort doit être un lieu d'égalité entre les hommes et d'indépendance à l'égard des passions terrestres. Quatrième méditation : le fait qu'un Turc ne puisse comprendre, parmi les motivations de son passage au Levant, que le désir d'accomplir le pèlerinage de Jérusalem, convainc Chateaubriand que, par-delà les clivages dogmatiques, la religion est "une espèce de langue universelle entendue de tous les hommes ". En s'articulant au religieux, l'art touche donc à l'universel. L'aventure américaine et l'expédition en Orient alimentent ainsi l'imaginaire de la création. Le regard que Chateaubriand porte sur la mort, la religion et les rites funéraires indiens ou musulmans au cours de ces deux voyages contribue de la sorte à l'élaboration du sujet à l'ouvre dans la poétique des Mémoires d'Outre-tombe.

Chercheur: 

Session: 

14h00