Un lieu à l'épreuve de la description : la basilique Saint Marc de Venise

Après avoir été longtemps jugée "d'un goût misérable" (de Brosses), la basilique Saint-Marc de Venise redevint progressive-ment l'une des étapes essentielles du pèlerinage vénitien pendant la première moitié du XIXe siècle. Mais à la différence d'autres lieux qui sollicitèrent aussi bien l'imagination des romanciers que l'attention des voyageurs, comme le Palais Ducal, il semble qu'il faille attendre le regard de Proust pour que les mosaïques de Saint-Marc développent toutes leurs virtualités dans le champ romanesque. Les raisons en sont sans doute à chercher dans l'histoire du goût - il faut attendre la complète réhabilita-tion des "Primitifs" pour que le décor de Saint-Marc soit apprécié à sa juste valeur- mais surtout dans la nature singulière du monument et dans son rapport à l'Ecriture. Dès lors qu'il était perçu comme un livre, il est permis de penser que cette mise en abîme architecturale a contribué à brouiller les repères entre écriture de fiction et écriture du voyage. C'est en tout cas l'analyse que suggèrent aussi bien Italia de Gautier que la Description de San Marco de M. Butor.

Chercheur: 

Session: 

17h