19e siècle

« Splendeurs et misère des danseuses indiennes (bayadères) dans la littérature de voyage européenne (XIXe siècle) »

L'intervention porterait sur la façon dont les danseuses de temples et de cours royales ont été idéalisées ou, au contraire, dénigrées par les voyageurs européens (français, britanniques, italiens, hollandais) en Inde. Quelques illustrations montreront combien ce personnage de danseuse a nourri l'imaginaire littéraire, et plus largement artistique, du romantisme. Après une formation en danse classique et contemporaine à l’Académie nationale de danse de Rome, Tiziana Leucci s’est spécialisée en Indologie, Anthropologie et Pratiques des arts du spectacles à l’Université de Bologne (D.A.M.S.

Enthousiasmes et réticences : les écrivains au Mont-Blanc entre 1800 et 1870.

Dans le _Voyage à la Tête noire_ (1831), Nodier témoigne à Hugo de sa fascination-réserve à l’égard de la montagne. Ce sentiment vient de loin. Le Mont-Blanc fut longtemps inconnu des cartographes, qui n’avaient pas conscience qu’il était le sommet le plus élevé des Alpes ; on l’appelait la Montagne maudite, et on lui associait divers localisations comme l’enfer ou le purgatoire ; on exorcisait cette montagne où la glace et les avalanches témoignaient de quelque entreprise du Malin. C’était le territoire du sacré que l’on ne pouvait décrire et où l’on ne devait pas s’aventurer.

« Les projets utopiques des premiers colonisateurs de Nosy Be et de Mayotte (1839-1860) »

En 1815, suite au congrès de Vienne, la France se trouve dépourvue de port d'importance dans l'océan Indien. Après quelques années de tatonnements, le gouvernement français décide de pallier ce manque en cherchant à s’emparer de points d'appui stratégiques dans la région. Au cours des années 1840, cette politique conduit la France à occuper Nosy Be, dans le Nord-Ouest de Madagascar, puis Mayotte dans l'archipel des Comores. au cours des années 1840. Ces deux îles vont, pendant quelques décennies, être rassemblées sous la même administration.

« Teutonia en océan Indien : les "Souvenirs d’Afrique orientale 1865-1889" de Justus Strandes »

En nous appuyant sur les « Souvenirs d‘Afrique orientale 1865-1889 » de Justus Strandes représentant la maison de commerce hambourgeoise Hansing and Co, installée à Zanzibar, nous tenterons de dégager l‘ambiguïté de la mise en place du discours colonial allemand, notamment à travers l’appréciation d’autres systèmes coloniaux que Strandes découvre lors de ses voyages le long des côtes de l’Océan Indien.

« Sur des images disparues : les premiers daguerréotypes de la zone océan Indien du commandant Guillain »

L'historiographie traditionnelle contourne généralement la personne et l'œuvre de Charles Guillain (1808–1875). Si l'on se souvient parfois qu'il a été l’organisateur de la colonie de la Nouvelle-Calédonie (1861), on ignore qu'il fut auparavant attaché à la station navale de l'île Bourbon.

Pages

S'abonner à RSS - 19e siècle