XIXe siècle

L'Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand, récit fondateur du voyage romantique : le voyage, le sujet, l'autobiographie

L’Itinéraire de Paris à Jérusalem, paru en 1811, constitue le texte fondateur du voyage romantique et cela à plus d’un titre. D’abord il s’agit là d’une relation de voyage en bonne et due forme qui répond aux deux critères du genre : l’authenticité du voyage comme préalable au récit qui en fait son objet narratif privilégié.

Le voyage comme lieu de problématisation du vouloir être artiste : à propos des Lettres d'un voyageur et d'Un hiver à Majorque de George Sand

Les Lettres d’un voyageur de George Sand, parues en 1837, à la suite de publications partielles dans La Revue des deux mondes s’échelonnant entre mai 1834 et novembre 1836, s’insèrent dans la tradition du voyage romantique. Pourtant, ce livre composite de l’aveu même de son auteur, est loin d’en proposer un exemple canonique.

Aspects des récits de voyageurs français à Terre-Neuve entre 1820 et 1914 : diplomates, officiers de marine et capitaines de pêche

Ronald Rompkey, biographe et éditeur de textes historiques, est né à St.-John’s de Terre-Neuve, où il a obtenu une maîtrise ès arts en études littéraires à l'Université Memorial. Après avoir fait son doctorat à propos de la littérature du XVIIIe siècle à l'Université de Londres, il a enseigné la littérature en Colombie Britannique, en Alberta et au Saskatchewan avant de retourner à l'Université Memorial, où il occupe le poste de professeur chercheur. En 2004, il a publié aux Presses universitaires de Rennes _Terre-Neuve : anthologie des voyageurs français, 1814-1914_.

Les « Voyages extraordinaires » de Jules Verne : de l'étude d'un genre à la découverte d'une poétique

Jules Verne a été réhabilité comme un auteur majeur par la recherche universitaire, et pourtant aucune étude d'ampleur n'a été réalisée qui porte sur les "Voyages extraordinaires" un regard globalisant. Etudier ces 62 romans, c'est aussi étudier 62 "livres objets" au sein desquels la cohabitation envoûtante du texte et de l'image fait jaillir le sens véritable de l'œuvre.

Le récit de voyage en Suisse romande au XIXe siècle

L'intervention de Daniele Maggetti s'est interrogée sur le caractère spécifique d'une littérature de voyage romande au XIXe siècle. Après être revenu sur le mouvement de revendication identitaire qui investit l'ensemble de la production culturelle à cette époque, il s'efforce d'analyser les récits de voyage de Rodolphe Töpffer, de Charles Didier, de Valérie de Gasparin, de Charles Dubois-Melly, de Félix Bovet, de Victor Tissot, d'Edouard Rod et de Gaspard Valette, à la lumière de ce "décalage fécond" que Jean Starobinski avait théorisé dans sa présentation de La Nouvelle Héloïse.

Proust et Pompéi

L'imaginaire de Proust est marqué par l'univers pompéien lié à des fantasmes d'engloutissement et de résurrection. Dans l'univers parisien de la guerre, Pompéi apparaît comme un exemple de cités maudites au même titre que Sodome et Gomorrhe, dans un Paris cosmopolite devenu une Babylone des temps modernes. L'imaginaire tellurique de la lave et de l'enfouissement est une métaphore du travail de la mémoire et de l'oubli. Le texte proustien peut être mis en relation avec la lecture freudienne de la Gradiva de Jensen et Arria Marcella de Gautier.

Pages

S'abonner à RSS - XIXe siècle