Afrique australe

Titre ouvrage original: 

Reconnoissance militaire de la ville et de la presqu'île du Cap de Bonne-Espérance par le directeur des fortifications.

Titre ouvrage français: 

Nouvelle description de Cap de Bonne-Espérance, avec un journal historique d'un voyage de terre fait par ordre du gouverneur feu Mgr Ryk- Tulbach, dans l'intérieur de l'Afrique par une caravane de quatre-vingt-cinq personnes. Sous le commandement du Capitaine Mr. Henri Hop.

Le voyage de François Le Vaillant en Afrique australe

En 1652, Les Hollandais s’installent au Cap de Bonne-Espérance, lieu de rafraichissement essentiel des navires sur la route des Indes. L’image des populations (Cafres ou Hottentots) est totalement négative ; il s’agit, pour les voyageurs, et, plus encore pour les colons, de peuples aux limites de l’animalité, plus que tout autre population « sauvage » sur la planète. François Le Vaillant naquit dans la colonie hollandaise du Surinam, où la « nature institutrice » fut avec l’éducation classique sa formation première.

Le voyage de l'abbé Nicolas-Louis de Lacaille au cap de Bonne-Espérance (1750-1754)

Ce voyage scientifique, une initiative personnelle de Lacaille soutenue par les Compagnies des Indes Française et Hollandaise, marque le début de l'astronomie dans l'hémisphère austral. Par le travail phénoménal accompli en peu de temps (astronomique et géodésique), Lacaille devient "l'astronome infatigable" que la tradition historique s'est plu à retenir.

Un dispositif rhétorique et iconographique : le placard des "Coutumes, mœurs et habillements des peuples habitant aux environs du Cap de Bonne-Espérance", 1705-1708

Dans la partie consacrée à la description de l'Afrique de l'Atlas de Gueudeville figure un placard des "Coutumes, Mœurs & Habillemens des Peuples qui habitent aux environs du Cap de Bonne Esperance". Tel qu'il est conçu, ce placard est sensé livrer une image concrète des moeurs dehabitants des côtes méridionales africaines via l'assemblage de diverses formes de représentations, carte, images, textes, concrète, c'est-à-dire une image qui donne "corps et consistance" à la réalité de l'autre. A l'instar du placard, la représentation des sauvages est fabriquée.

De la relation de voyage au roman-vrai : Guillaume Chenu de Laujardière ou l’Ingénu chez les Cafres

Pendant longtemps, l’Afrique fut un continent vide pour les Européens. La cartographie remplaçait ces espaces blancs par divers monstres et animaux fabuleux, habités par des « barbares », des « sauvages » et des « nègres ». Le texte de Laujardière dont il va être question est original parce qu’il n’émane pas des voyageurs habituels (des marchands aux missionnaires) et que son héros est l’un des premiers à avoir vécu une durée raisonnable dans l’intérieur de l’Afrique.

« Colonisation, décolonisation et post-colonialisme : le Mozambique en littérature des années 30 à nos jours »

On évaluera, à travers un certain nombre d'exemples puisés dans la littérature coloniale portugaise et dans la littérature mozambicaine, comment des représentations historiques et anthropologiques mouvantes, parfois contradictoires, se mettent en place dans des dispositifs de sens singuliers.

Tristes tropiques. Religion et sexualité chez les Cafres et les Hottentots dans les récits de voyage et les livres savants de la fin de l'âge classique (1676-1756)

Les Cafres et les Hottentots, ces populations du Sud de l'Afrique connues par les voyageurs anglais, français, etc. faisant escale sur la route des Indes dans la colonie hollandaise du Cap de Bonne Espérance sont l'humanité la plus déconsidérée de tous les peuples soumis aux regard des Européens depuis l'âge des Grandes Découvertes. L'_Histoire des Indes_ du père Jean-Pierre Maffei (1589) est le premier réci, traduit en français en 1603, qui en fasse largement état. Cafre vient de l'arabe est signifie « infidèle », dénomination vague qui vaut pour plusieurs peuples africains noirs.

Pages

S'abonner à RSS - Afrique australe