Ile de La Réunion

Grand' mère Kall, zam abandonné La Réunion

Présente comme l'esprit d'une revenante, Grand'mère Kall a longtemps été utilisée pour faire peur aux petits enfants ; elle occupe une place de choix dans l'imaginaire du volcan.
On se propose d'évoquer ici quelques avatars du personnage dans la littérature réunionnaise ainsi que les différentes versions de sa légende. L'étonnante survie de ce personnage féminin, la pérennité du mythe, mais aussi son évolution traditionnelle, certes, le métissage symbolique de l'univers des croyances à la Réunion, mais aussi la permanence d'une quête de l'âme.

La place du volcan sur les cartes de Bourbon : des pièces d'un puzzle sur les mappamundi du XVIe siècle aux aquarelles réunionnaises du XIXe siècle

J'étudierai les différentes formes et la place du volcan sur les cartes de l'île de la Réunion en retraçant l'évolution de sa représentation depuis les origines sur les premières mappamundi du tout début du XVIe siècle jusqu'en 1800, c'est-à-dire à la veille du passage de Bory de Saint Vincent qui permettra à la topographie de l'île de la Réunion de rentrer dans l'ère moderne.

Un imaginaire médiatique. La presse réunionnaise et le volcan de la Fournaise

Cette communication exposera l'envers dérisoire du volcan romantique et de ses mythes (chez Nodier et Sand en particulier) et se focalisera sur le caractère maladif et souffreteux du volcan à la fin du XIXe siècle, à partir d'oeuvres de Flaubert, Sand, Corbière, Maupassant et Verne. Devenu un stéréotype, le volcan en perte d'activité est à la fin du XIXe siècle comparable aux clichés qu'il génère.

Boris Gamaleya, sous le volcan où il n'y a pas d'enfer

L'oeuvre du plus grand poète réunionnais vivant sera envisagée dans son rapport au volcan.
Ce rapport est d'abord hautement symbolique et le sens de ce symbolisme culmine dans "Le volcan à l'envers". Mais, avec le temps et l'évolution du poète vers une conception de plus en plus mystique où les mythes du Grand Nord se joignent à ceux du Grand Sud, le volcan en tant que tel se marginalise et devient presque dérisoire à moins qu'on ne veuille le récupérer sous la forme universelle de la lumière et du feu central partout diffusés.

Le volcan comme lieu d'appréhension de l'histoire de l'Île, une approche du "Volcan à l'envers" de Boris Gamaleya

Source de légendes, de récits nés la plupart d'une angoisse, le volcan représente ce que l'on peut appeler un "espace" de la rêverie, de "l'imagination créatrice". Considéré à la Réunion à la fois comme repaire du diable, le lieu où erre Grand-mère Kalle ainsi que celui où madame Debassyns expie ses fautes, il témoigne généralement, aussi bien dans la tradition orale que dans la tradition écrite, du conflit qui ouvre l'histoire de l'île.

De "l'obsidienne capillaire" aux "cheveux du volcan" : le Piton de la Fournaise dans la psyché des contes et légendes

La lecture physiologique, avec ses variantes anthropomorphiques, tératologiques et démonologiques, des premiers récits d'explorations réels ou rapportés (Bory de Saint-Vincent, 1801 ; Charlier, 1838 ; Pluchonneau de Rochefort, 1845 ; Arago, 1851 ; Jacob de Cordemoy, 1868) fournit une explication partielle des croyances populaires sur le volcan.

Bory de Saint-Vincent a-t-il marqué la fin de l'Imaginaire du Volcan de l'Île de La Réunion ?

Au XVIIIe siècle, la géologie quitte le domaine des spéculations abstraites et plutôt philosophiques pour celui des sciences véritables. Le géologue doit aller sur le terrain, l'imagination ne suffit plus. Et le terrain est de plus en plus vaste : Bougainville effectue le tour du monde de 1766 à 1769, Cook découvre Hawaii et ses volcans en 1779.

La perception du volcan par les Voyageurs à Bourbon aux XVIIe et XVIIIe siècles

Si l'on prend comme base d'étude une trentaine de récits rédigés par des voyageurs qui ont fait escale à Bourbon entre 1649 et 1725, le Pays Brûlé apparaît comme une région géographiquement imprécise, dont tout le monde parle et que personne ne connaît. Longtemps le mot même de volcan n'apparaît pas, même chez les voyageurs lettrés, et le champ lexical est si neutre que l'on peut se demander s'il y a non identification ou refus d'identifier. Les informations avancées sont toujours de seconde main et si le lieu commun du volcan est constant, la teneur même du récit est éminemment variable.

Pages

S'abonner à RSS - Ile de La Réunion