Ile Maurice

Titre ouvrage français: 

Lettre à Monsieur le Président de la Société de la morale chrétienne sur la traite des Noirs et les vaisseaux négriers du port de Nantes, suivie d'une copie d'une lettre de Bernardin de Saint-Pierre sur les Noirs de l'île de France, Port-Louis, 25 avril 1769.

« Dynamique des revues littéraires à la fin du XIXe et au début du XXe siècles à Maurice »

Les revues littéraires mauriciennes constituent des documents-témoignages qui permettent de prendre conscience de la vie culturelle d’une société et de comprendre, par extension, le fonctionnement de celle-ci. Les revues publiées à l’époque coloniale et plus particulièrement à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, donne ainsi à lire une représentation de la vie culturelle de l’époque. Elles servent de reflet, meme si c’est de manière réfractée, de tout ce qui se lisait dans l’île.

« Mahé de La Bourdonnais : La vision du vrai fondateur des colonies de l’Isle de France et de Bourbon, selon ses Mémoires de 1740-1742 »

Lorsqu'il quitta l'Isle de France en 1740 dépité, La Bourdonnais fit le point sur les cinq premières années de son administration. Il s’érigea en juge de ses déboires et de ses succès, de la traite négrière, du profil de l'administrateur idéal des Iles, de sa propre vision coloniale, des avantages et désavantages du système colonial.

« L’Isle de France à travers les Mémoires de Mahé de Labourdonnais »

La vie de Bertrand-François Mahé de Labourdonnais (1699-1753) est indissociable du développement de l’Isle de France, aujourd’hui, l’Ile Maurice. Dans le but de cerner les diverses représentations coloniales, nous nous baserons sur deux textes : un rapport au Contrôleur Général Orry sur les Iles de France et de Bourbon ainsi qu’un écrit de Labourdonnais qui relate son voyage de retour à l’Isle de France et dans l’Inde.

La scène est à l'Isle de France. Paul et Virginie, drame, comédie et ballet-pantomime au XIXe siècle

Dès sa naissance en 1788, et surtout à partir de l’édition illustrée de 1789, Paul et Virginie a été perçu comme un livre, « aussi bien destiné à être lu qu’à être vu, cette double lecture se réalisant ici dans l’espace clos du texte et de l’image réunis du livre illustré », selon Valérie David. Le nombre considérable d’éditions illustrées et de transpositions à la scène démontre clairement l’importance des aspects visuels et exotiques de l’œuvre. En effet, dans son Répertoire bibliographique et iconographique (Paris, 1963, pp.

S'abonner à RSS - Ile Maurice