Pologne

Titre ouvrage original: 

Extraits des lettres d'un gentilhomme de la Suite de Monsieur de Rambouillet, Ambassadeur du Roy au Royaume de Pologne, à un seigneur de la Court, Touchant la Légation du dict Seigneur, et autres choses mémorables, observées en son voyage

Les Tatras polonaises : voyages, littérature et imaginaire, XVIIIe-XIXe siècles

Aux XVIIIe et XIXe, les Tatras ont attiré dans les Carpates : géologues, naturalistes et géographes français (Elisée Reclus) ; écrivains, poètes et philosophes polonais (Stanislaw Staszic) ; voyageurs britanniques et autrichiens... Ont ainsi conflué recherches scientifiques, exploits sportifs et Romantisme…

Regards français sur la République de Pologne durant la seconde partie du XVIIIe siècle

Les regards français sur la République de Pologne, durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, sont tributaires non seulement des événements qui l'affectent, de l'état des relations franco-polonaises mais aussi des représentations qui ont alors cours en France sur ce pays. Les textes rédigés à l'occasion d'un voyage dans cette partie de l'Europe adoptent des formes qui obéissent au souci majeur du siècle, l'authenticité. C'est pour cette raison qu'une bonne partie de la production écrite concernant ce pays est rédigée sous forme de lettres. Celles-ci en présentent une image contrastée.

La Sarmatie, territoires incertains et peuples mythiques

La Sarmatie a rapport à l’histoire, à l’archéologie et aux mythes fondateurs. Pour Strabon, il s’agit de « nations innombrables » nomades sur des territoires géographiquement mal définis entre Europe et Asie. L’archéologie a retrouvé des traces de cet « Empire des steppes » (R. Grousset) qui était tout sauf un empire organisé. Contrairement aux Scythes, la littérature antique est pauvre à ce sujet. Il s’agit de peuplades composées de guerriers, auxquels se joignent de commerçants et des artisans experts dans l’art du métal.

Entre sarmatisme et Lumières : le Grand Tour des élites polonaises au XVIIIe siècle

Le Grand Tour est pratiqué par les élites de la République de Pologne depuis la Renaissance. Au dix-septième siècle il concerne surtout les enfants de magnats ainsi que les membres du clergé. Les destinations choisies obéissent le plus souvent à des orientations politiques, religieuses correspondant aux intérêts de ces grandes familles. Rome mais aussi La Haye, Berlin, Paris, Vienne, Madrid, entre autres, constituent des étapes obligées de ces voyages dans lesquels la connaissance des hommes s’allie à celle de la culture, de la langue.

La Pologne durant la seconde moitié du XVIIIe siècle selon les voyageurs français : mythes, enjeux diplomatiques et préjugés philosophiques

Michel Marty fait d’abord une courte synthèse des relations franco-polonaises du XVIe au XVIIIe siècle : liens dynastiques, élection de princes français au trône de Pologne, mariage polonais de Louis XV et exil " français " de Stanislas, roi de Pologne et duc de Lorraine, le "philosophe bienfaisant ". L’élection de Stanislas-Auguste Poniatowski, favorisé par la Russie et encensé par les philosophes (le cercle Geoffrin), annonce les divers partages de la Pologne et l’intervention des intellectuels français dans ce jeu diplomatique qui aboutira à la disparition de la Pologne comme Etat.

S'abonner à RSS - Pologne