Séminaires

Séminaire M2FR436B ou M4FR436B : Les Orients : perspectives critiques

Lundi, février 8, 2010
Maison de la Recherche, Salle D.35, Début des séances : mardi 9 février 2010, 14h00-16h00

Séminaire commun de littératures française et comparée

Les écrits des romantiques ont longtemps inspiré, par la puissance de leurs codes esthétiques, l’idée que l’on pouvait se faire de l’Orient comme espace imaginé, cartographié et animé par l’Occident pour ses propres besoins idéologiques (E. Said, 1979). On soulignera ici la participation d’autres Orients — le monde byzantin, Al-Andalus, l’Orient des humanistes, les Orients non musulmans —, à la construction de représentations complexes du pôle oriental de notre culture.

Séminaire M2FR436A et M4FR436A : Récits de première rencontre

Lundi, février 8, 2010
Maison de la Recherche, Salle D.35, Début des séances : mardi 9 février 2010, 11h00-13h00

L’histoire des voyages anciens est aussi celles des premières erreurs sur l’Autre. De Christophe Colomb qui croit arriver aux Indes et rencontrer des « Indiens » au capitaine Cook, à la fin du XVIIIe siècle, qui meurt sur une plage du Pacifique pour avoir négligé de faire correctement la « coutume » avec les autochtones, les récits de première rencontre témoignent de l’imaginaire des uns et des autres, et des uns sur les autres.

Textes de Marco Polo, Léry, La Condamine, Bougainville, Boufflers, etc.

Séminaire M1FR436A/M3FR436A : Voyages océaniques et littérature de découverte

Lundi, octobre 18, 2010
Maison de la Recherche, Salle D.35, Début des séances : Mardi 19 octobre 2010, 11h00-13h00

Depuis le XVe siècle, âge des Grandes Découvertes jusqu’au siècle des Lumières, l’Occident a parcouru le monde en croyant le découvrir. Du contournement de l’Afrique vers les Indes à la recherche de la Chine par l’Ouest, à la quête du Continent austral, la littérature des navigations est aussi celle des remises en cause essentielles : quelle humanité ? quelles civilisations ? Le marin, bousculé par la mer, se fait philosophe malgré lui. Le navigateur rapporte de ses voyages autant d’interrogations que de nouvelles certitudes.

Séminaire M2 FR 436A/ M4 FR 436A : Les raisons du voyage : paradoxes de la naissance d’une littérature viatique

Lundi, février 14, 2011
Maison de la Recherche, Salle D.35, Début des séances : mardi 15 février 2011, 11h00-13h00

Dans les siècles anciens, le voyage « par plaisir » que l’on appelle, à partir du XIXe siècle, le « tourisme » n’existe pas. Si l’on voyage pour connaître le monde et, très éventuellement, l’Autre, on voyage surtout pour des raisons qui ont un rapport étroit avec le statut du voyageur : diplomate, savant, missionnaire, marchand, marin, aventurier. Ce sont des écrivains par hasard, et certains font écrire leurs voyages. Leur curiosité au monde est le plus souvent pratique.

Séminaire M2 FR 436B/ M4 FR 436B : Orients lointains

Mardi, février 15, 2011
Maison de la Recherche, Salle D.35, Début des séances : Mardi 15 février 2011, 14h00-16h00

Au-delà même de notre « proche Orient » méditerranéen, les Orients lointains appartiennent à l’histoire culturelle d’un Occident qui s’est construit parfois contre lui, malgré lui et souvent grâce à lui. La « découverte » de cet Orient par les conquérants (Alexandre) et les voyageurs (de Marco Polo à Pierre Loti) a contribué à élargir notre concept étroit de civilisation. La littérature et la poésie de l’Orient lointain nourrissent la littérature européenne (de La Fontaine à Goethe). Cet Orient si lointain est présent dans l’imaginaire comme un autre possible.

Séminaire M1 FR 436B/ M3 FR 436B : Fictions d’Orient

Lundi, octobre 10, 2011
Maison de la Recherche, Salle D.35, Début des séances : mard 11 octobre 2011, 11h00-13h00

Nés au carrefour de plusieurs civilisations, racontés, transmis et traduits en Orient pendant dix siècles, les contes réunis par Antoine Galland sous le titre de Mille et une Nuits forment un ensemble littéraire unique, et doté d’une très forte identité thématique et formelle.

Séminaire M1 FR 436A/ M3 FR 436A : Voyager pour la science : une autre forme de littérature

Lundi, octobre 10, 2011
Maison de la Recherche, Salle D.35, Début des séances : mardi 11 octobre 2011, 14h00-16h00

Dans les siècles des Grandes Découvertes et de l’exploration du monde, entre le XVe et le XVIIIe siècle, le voyage scientifique n’est pas incompatible avec l’art de bien écrire. Géographes, cartographes, naturalistes, géologues, archéologues, médecins, anthropologues avant la lettre, philosophes, voire missionnaires demandent des réponses au monde qui s’offre au détour de l’expérience viatique.

Littérature des Voyages extraordinaires et imaginaires jusqu’au XVIIIe siècle

Lundi, février 12, 2007
Maison de la Recherche, Salle D.035, le mardi de 11h00 à 13h00

Le moyen le plus sûr de ne pas s’égarer dans les voyages est de ne pas partir : la littérature des « voyages imaginaires » prouve la justesse du propos. Les voyages les mieux chargés de sens sont les relations nées de la tradition utopique. L’Utopie de Thomas More en est évidemment l’archétype, mais jusqu’à la Révolution française – qui tenta de faire de l’utopie une réalité –, les « voyages extraordinaires ou imaginaires », faux voyages mais excellente littérature d’idées, ont hanté l’imaginaire de ceux qui ne voyageaient pas.

Littérature des Grands Voyages jusqu’au XVIIIe siècle

Lundi, octobre 23, 2006
Maison de la Recherche, Amphithéâtre D.035, le mardi de 11h00 à 13h00

Quelques noms de grands voyageurs anciens survivent dans l’univers contemporain et ils se rattachent souvent à un lieu dont ils sont l’emblème mythique en Occident : Marco Polo et la Chine, Christophe Colomb et l’Amérique, Bougainville et Tahiti, etc. Mais on connaît moins bien les textes de ces voyageurs qui ont suscité tant de rêves, d’illusions, voire d’idées fausses.

Pages

S'abonner à RSS - Séminaires