De Paris à Samarkand. Le Ferghanah, le Kouldja et la Sibérie occidentale. Impressions de voyage d’une Parisienne

De Paris à Samarkand. Le Ferghanah, le Kouldja et la Sibérie occidentale. Impressions de voyage d’une Parisienne

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

[Paris -] Vienne - Gratz (exc. ds les environs) - Vienne - Varsovie - Saint-Pétersbourg - Helsingfors - Moscou - Sizrane - Orenbourg - Orsk - Irghis - Ak-djoulpasse (mer d’Aral) (exc. ds les environs) - Kazalinsk (exc. aux ruines de Djankend) - Pérofski - Séna-Kourgân - Yani-Kourgân - Saourane - station de Koch-Misguil - Turkestan - Tchemkend - Tachkend - station de Djimbaï - Samarkand (exc. ds les environs) - Tchinaz - Tachkend (exc. ds les environs) - Pskend - Murza-Abad - Khodjend - Kastakos - Karatchoum - Makhram - Patar - Khokand - Marghellân - Wadil - Schahimardân - Wadil (exc. ds les environs) - Marghellân - Assaké - Och - Khodjavata - Andidjân - Khodjavata - Bolaktchi - Namangân - Kassân - Touss - Khokand - Pskend - Tachkend - Matcha - Tchakpa - Ouliéta - Merké - Ax - Pichpek - Vernoë - Iliskaïa - Tchinghildinski - Khiva - Konou-Oulène - Bouroukoutzir - Khorgosse - Tchintchigodsi - Souïdoune - Kouldja - Souïdoune - Borokhoudsir - Altyn-Imel - Kopal - Sergiopol - Sémipalatinsk - Omsk - Pétrapawlosk - Troïtsk - Stoppavaïa - Verkné-Ouralsk - Rachmitevo - Timyanvo - Youlouk - Préobrayensk - Orenbourg - Moscou

Date: 

à partir du 10 août 1876, sans date de fin précise

Type: 

voyage de mœurs, fait en compagnie de son mari à propos d’une mission de type ethnographique par le ministre de l’instruction publique, fait en chemin de fer, en voiture, en traîneau, en tarantasse, en tarantasse trainée par des chameaux, en arba et à cheval

Esthétique: 

«Excellence, Permettez-moi de vous dédier un récit de voyage écrit au jour le jour, sous l’influence des impressions du moment»(p. non.-numér.). «En vérité, Messieurs de l’Occident, murmurai-je en me retirant, vous n’êtes pas trop à plaindre; vos femmes sont bien préférables; si parfois la beauté leur manque, elles ont la grâce et l’esprit; je comprends maintenant que le harem soit cloîtré; sans cette claustration, il perdait tout son prestige»(126). «[mot final:] Il me reste à prendre congé de mes lectrices, de mes amies inconnues pour qui j’ai tant bien que mal retracé mes impressions. Qu’elle soient indulgentes à mon inexpérience littéraire comme elle le sont pour toutes les misères de cette existence, pour les ennuis auxquels elles savent se résigner. Elles comprendront avec quelle satisfaction j’ai pu suivre mon mari dans ses aventures; je n’ai fait là que ce qu’elles eussent fait à ma place [...] Que d’obstacles la bonne humeur fait évanouir et quel bonheur quand on arrive au terme de l’épreuve! Quittez, Mesdames, quittez votre patrie si vous le pouvez, quelques semaines, quelques mois, ne fût-ce que pour sentir avec quelle joie on la retrouve! A vous toutes, amies, que j’ignore, aimables et charmantes lectrices, qui m’avez suivie dans ce long voyage, à vous surtout que la bonté de votre cœur et la vivacité de votre imagination ont intéressées à mes aventures, merci et adieu!»(473).

Références bibliographiques

Lieu: 

Paris

Année: 

1880

Editeur: 

Libr. Hachette et Cie

Nombre d'exemplaires: 

487 p.

Format: 

in-fol.

Annexes: 

grav., cartes