Souvenirs de Pologne et scènes militaires de la campagne de 1812

Souvenirs de Pologne et scènes militaires de la campagne de 1812

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

Hildesheim - Mayence - Berlin - Custin - Landsberg - Driessen - Filéhne - Schoenlanke - Schneidemühle - Nachel - Bromberg - Thorn - Culm - Graudentz - Marienverder - Marienbourg - Elbing - le long du Frich-Haf - Braunsberg - Kœnigsberg - Elwangen - Domnau - Teutsch-Willen - aux environs de Rastenbourg - Schippenbeil - Domnau - Underwangen - Kœnigsberg - Labiau - Milauken - Pétratschen - Lasdinnen - Devaëtschen - Jehaky - Boyakischki - Kowno - Janow - Gelwan - Michaloga - Wilna (exc. ds les environs) - Remouwitszen - Kloswitz - Bogdanow - Kakow - Peregiri - Rakow - Minsk - Schmolewitszy - Borisow - Bobr - Toloczyn - aux environs d’Orscha - Toloczyn - château Ozierczy (exc. ds les environs et à Kohanow) - Kroupki - Minsk - Succovitczi - Miajsota - Molodeszno - Leibenhow - Smorgonie - Ozmiana - Wilna - Riconty - Eve - Zismory - Kowno - Vilkowirszky - Staluphonen - Gumbinnen - Tarquenen - Gerdauen - Bomsdorff - Schippenbeil - Bartestein - Lipstadt - Preuss-Holland - Elbing - Marienbourg - aux environs de Dirschat - Grosehlantz - Stargard - Neudorf - Klischkau - Vièle - Alt-Klischkau - Kossabuda - Citz - Conitz - Bischofsvalde - Hammerstein (exc. ds les environs) - Neustettin - Tempelbourg - Stargard - Dam - Stettin

Date: 

du 13 février 1812 jusqu’au début de l’an 1813

Type: 

voyage militaire, d’histoire et de mœurs, fait à cheval, en voiture et à pied

Esthétique: 

«Les infortunes si peu méritées et si glorieusement souffertes de la Pologne, la fidélité de ce peuple à la bonne comme à la mauvaise fortune de la France, enfin le tableau vu de près de ses mœurs, de ses lois, de sa littérature même, littérature si peu connue de nous, tout cela m’a vivement ému et intéressé. Voilà sous quelle influence de sensations j’ai cavalièrement tracé les rapides ébauches de ma semi-campagne dans ce pays (II) [...] J’ai familièrement parlé de ce que j’ai vu, senti, rencontré sur la route obscure et insignifiante où les événements m’ont contraint à marcher durant cette époque de gloire accoutumée et de désastres encore inouïs par nos armes (III) [...] Elle [la Pologne] n’est plus, cette fidèle et généreuse nation polonaise que nos cœurs français ont tant aimée! Sa mémoire doit nous être précieuse et sacrée comme celle d’une sœur ou d’une amante dont la mort nous aurait séparés. Cet hommage si faible qu’il soit, que je viens déposer sur son tombeau, aura du moins, aux yeux de ceux qui la pleurent, le mérite de ces fleurs modestes dont la piété et la douleur décorent le dernier asile et entourent les noms désormais silencieux des êtres que nous avons chéris, et que nous ne devons plus revoir»(VII-VIII).

Références bibliographiques

Lieu: 

Paris

Année: 

1833

Editeur: 

P. Dufart

Nombre d'exemplaires: 

VIII-456 p.

Format: 

in-8