Trois ans dans l'Afrique australe. Débuts de la mission du Zambèse. 1879, 1880, 1881. I. Le pays des Matabélés; II. Au pays d'Umzila - chez les Batongas - la vallée des Barotsés

Trois ans dans l'Afrique australe. Débuts de la mission du Zambèse. 1879, 1880, 1881. I. Le pays des Matabélés; II. Au pays d'Umzila - chez les Batongas - la vallée des Barotsés

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

Bruxelles - Bruges - Londres - Southampton - Madère - Free-Town - Cape-Town - Port-Élisabeth - [itin. de Croonenberghs: Southhampton - île de Madère - île de l’Ascension - Sainte-Hélène - Cape-Town - Port-Élisabeth] - Grahamstown - Kimberley - Christiana - Bloemhof - Zeerust - Shoshong - Tati - Gubuluwayo [séjour à Gubuluwayo: mai 1880 - avril 1882] - région du Zambèse

Date: 

du 29 décembre 1878 au 30 juin 1882

Type: 

voyage missionnaire («expédition apostolique», I/30) et de mœurs, fait en chemin de fer, en bateau à vapeur et en caravane

Esthétique: 

«Avant de venir ici, et d’après tous les récits anciens et modernes, je prévoyais certes l’aridité, la stérilité de ces terres africaines. Mais je l’avoue, j’étais loin de me faire une idée exacte de la réalité. Figurez-vous un peuple livré à l’oisiveté, plongé, noyé dans la paresse et dans tous les désordres qui en sont la suite, n’ayant presqu’aucune idée de la divinité, aucune notion du juste et de l’injuste, et dont toutes les institutions, toutes les coutumes sont diamétralement opposées à la morale de l’Évangile! Les hommes fument et boivent toute la journée, accroupis autour des kotlas ou huttes des indunas et de l’enkosi. Cela dure ainsi l’année entière, sauf pendant les semaines de maraude et de guerre dans les pays voisins, où les Matabélés se rendent pour enlever les bœufs et les enfants! Les pauvres femmes sont traitées comme des esclaves et condamnées aux plus rudes travaux [...] La croyance à la sorcellerie est aussi un des plus grands obstacles à l’action des missionnaires. Les docteurs, appelés faiseurs de pluie, Rain-Makers, en matabélé Tchabatchaba, sont tout puissants, et c’est par eux que le roi règne et gouverne. Quiconque embrasse le christianisme et abandonne la superstition de ses pères, court grand risque d’être voué à la mort. Quand pourrons-nous aborder directement l’œuvre de la conversion et de l’amélioration morale de ce pauvre peuple, c’est le secret d’en haut!...»(lettre du Père Croonenberghs/I/262-263).

Références bibliographiques

Lieu: 

Bruxelles

Année: 

1882

Editeur: 

Impr. Polleunis, Ceuterick et Lefébure

Volume: 

2 vol.

Nombre d'exemplaires: 

XVI-432, VI-452

Format: 

in-8

Annexes: 

portr., cartes