Un été en Amérique. De l'Atlantique aux montagnes Rocheuses

Un été en Amérique. De l'Atlantique aux montagnes Rocheuses

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

Liverpool - Queenstown - Saint-Jean de Terre-Neuve - Halifax - baie de Chesapeake - Baltimore - Philadelphie - New-York - fleuve Hudson - Albany - West-Point - Washington - à travers la Virginie - monts Alleghany - White Sulphur Springs - rivière Kanawha - ds les environs de Charleston - Huntington - l'Ohio - Cincinnati - Vincennes - Saint-Louis - le Missouri - Kansas-City - la Kansas - le Colorado - montagnes Rocheuses - Pueblo - Cañon-City - vallée d'Eight Mile Park - l'Arkansas - Pueblo - Colorado-Springs - vallée de Manitou - le parc monumental - montagne Pike's Peak - Colorado City - Manitou - Colorado Springs - Denver - Golden City - Clear Creck Cañon - Floyd's Hill - Idaho Springs - Central City - Chicago - lac Michigan - Détroit - lac et rivière Saint-Clair - île La Pêche - lac Huron - Détroit - lac Érié - le Niagara (et certaines chutes) - île de la Chèvre - Toronto - Wells Island - Kingston - le Saint-Laurent - Mille-Iles - Prescott - Ottawa - Prescott - le Saint-Laurent - Montréal - Lachine - Caughnawaga - Montréal - Québec - les chutes de Montmorency - Lorette - Québec - le Saint-Laurent - la Saguenay - Tadoussac - caps Trinité et Éternité - baie des Ha! ha! - Saint-Alphonse - Québec - détroit de Belle-Isle - Moville - cap de Giants' Causeway - Liverpool

Date: 

du 16 mai au 6 août 1876

Type: 

voyage touristique fait en bateau, en chemin de fer, en voiture, en cabriolet, à cheval et à pied

Esthétique: 

«Je termine ici ces notes sur l'Amérique. Je crois n'avoir pas été irrévérencieux envers les Yankees au point d'amener des complications diplomatiques; j'aurais peut-être réussi tout au plus à piquer ces délicates sensitives qui s'effarouchent dès qu'on s'écarte de la distance respectueuse du dithyrambe. J'ai trop bonne opinion des Américains pour croire qu'il y a parmi eux beaucoup de ces sensitives. A côté de mains petits défauts, ils ont d'immenses qualités. Si je me suis permis parfois de les critiquer, je ne leur ai pas non plus marchandé les éloges qui leur sont dus, n'étant pas de ceux qui dénigrent les Américains de parti pris. On peut ne point sympathiser avec eux comme individus, sans cesser de les admirer comme nation, toute question politique à part. Que les Yankees soient peu policés, qu'ils aient l'idolâtrie du veau d'or et un goût trop prononcé pour le wiskey et le chewing tobacco, tout cela ne les empêche pas d'être un peuple énergique et entreprenant: je n'en veux pour preuve que leur exposition centenaire de Philadelphie. Une nation qui arrive au bout d'un siècle d'existence à de si remarquables résultats est une nation grande, forte et pleine de séve. Au reste, je crois que les Américains se soucient fort peu de ce qu'on pourrait bien penser d'eux de ce côté de l'Atlantique. Certes, ils aiment à entendre les étrangers faire l'éloge de leur pays, et je ne répéterai pas ici ce que j'ai dit ailleurs de leur vanité nationale. Mais j'ai cru remarquer que les Américains sont en général d'une incroyable ignorance au sujet de ce qui se passe en Europe: ils ont trop haute estime d'eux-mêmes pour s'intéresser aux autres nations»(406-407).

Références bibliographiques

Lieu: 

Paris

Année: 

1877

Editeur: 

E. Plon & Cie

Nombre d'exemplaires: 

415 p.

Format: 

in-18

Annexes: 

grav.

Autre édition: 

Paris (Plon) 1886, 2e éd., 414 p., ill.