Voyage à Canton, capitale de la province de ce nom, à la Chine; par Gorée, le Cap de Bonne-Espérance, et les Isles de France et de la Réunion; suivi d'observations sur le voyage à la Chine, de Lord Macartney et du citoyen Van-Braam, et d'une esquisse des

Voyage à Canton, capitale de la province de ce nom, à la Chine; par Gorée, le Cap de Bonne-Espérance, et les Isles de France et de la Réunion; suivi d'observations sur le voyage à la Chine, de Lord Macartney et du citoyen Van-Braam, et d'une esquisse des arts des Indiens et des Chinois

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

Lorient - Porto-Sancto - Madère - île de Palme - île de Ténérif - île de Fer - île de Gomère - Cap-Verd - île de Gorée - Isle de l'Ascension - Table-Baie - Ville du Cap - Constance - île de Rodrigue - Isle de France - Isle de la Réunion - pointe de Vineroux - Isle du Prince - Palembam - Malac - Macao - Tour-du-Lion - île de Vampou - Canton - Tour-du-Lion - Macao - Palembam - Isle de France - Isle de l'Ascension - Açores - Lorient

Date: 

sans date

Type: 

voyage colonial et de mœurs, fait en navire et en chaise-à-porteurs

Esthétique: 

«Les observations que je publie aujourd'hui sont précédées par un Voyage à Canton qui donnera une idée des mœurs des Chinois, du commerce que font avec eux les Européens, et des productions de cette fameuse contrée de l'Asie. J'ai parlé du Cap de Bonne-Espérance, où j'ai relâché deux fois. Ma manière de voir n'est pas la même que celle de la plupart des voyageurs. Cette Colonie ne me paroît pas avoir autant d'importance qu'on le croit. [...] Il n'en est pas de même de l'Isle de France qui peut réunir tous les avantages qui sont la suite d'une population nombreuse, d'un sol fertile, propre à la culture des productions exotiques, de sa situation, étant comme au centre des mers des Indes, et de ses deux ports. Je me suis un peu étendu sur cette précieuse Colonie, dont on ne connoît pas assez toute l'importance»(V-VI). «Je crois qu'il est très-inutile que je donne le journal de la route suivie par le vaisseau qui m'a transporté à la Chine, et que le lecteur me saura gré de supprimer des détails aussi fastidieux pour lui qu'ils sont peu instructifs. Je ne m'arrêterai qu'aux relâches, et aux événemens qui peuvent intéresser; [...] Je parlerai beaucoup plus de la terre que de la mer»(1-2). «Je ne m'arrêterai pas à décrire les lois, les mœurs, les usages, la religion d'un peuple que je n'ai pas pu étudier, dans un séjour trop court, et dont je ne connois pas la langue. Ainsi je ne prononcerai pas entre ses admirateurs et ses détracteurs. Je dirai seulement que [...] nous ne sommes pas assez instruits ni assez dégagés de préjugés, pour porter un jugement sain sur des lois et sur des coutumes si différentes des nôtres»(89-90).

Références bibliographiques

Lieu: 

Paris

Année: 

1798

Editeur: 

André

Nombre d'exemplaires: 

VIII-607 p.

Format: 

in-8