Voyage au Maroc. 1910-1911. Le long des pistes maghrébines

Voyage au Maroc. 1910-1911. Le long des pistes maghrébines

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

I.: du 11 au 15 mars 1910 Casablanca - Dar Ould el Hadj Kassen - Sidi Bou Beker - Azzemour - Dar Tami - Casablanca II.: du 18 mars au 14 mai 1910 Casablanca - Zaouïet en Nouasser - Ber Rechid - Settat - Mechra ben Abbou - Sidi Hamarabel Hadj - Nzala de Sidi Bou Othman - Marrakech (exc. ds les environs) - l’oued Melfifi - duoar Boureal - Zaouïa de Boulahoul - Aïn Beïda - mullah d’Agagdir - douar el Halouf - Bab el Khemis - Marrakech - Amismiz - douar d’Azgoud - Marrakech - Nzala el Adhem - oued Oum-er-Rebia - Sidi el Baili - Aïn Trelat - Ouled Saïd - Settat - Aïn el Ferd - Kasbah ben Ahmed - Fort Gurgens - oued Cherrat - Kasbah Bouznika - Nzala des Oudaïa - Rabat (exc. ds les environs) - Aïn-Berrahal - Fédhala - Casablanca III.: du 5 mars au 14 août 1911 Casablanca - Médiouna - Settat - Mechra Ben Abbou - Douar Sraghna - Douar el Grich - Marrakech (exc. ds les environs) - Kasbah du Sektani - Tagadirt el Bour - Si Taieb el Goundafi - Kasbah du Cheikh Ahmed - Kasbah du Kaïd Larbi - Kasbah de Haida - Oumouiz - Taroudant - Taourirt - douar Alla - Tagadirt el Bour - Marrakech - douar de Jaafra - Souk el Arba - Dar el Youdi - Dar Chaffaï (exc. ds les environs) - Settat - Kchacha - Kasbah des Ouled Saïd - Ber Rechid - Gara du Boucheron - Casablanca - Fédala - Rabat - Dar el Aroussi - camp Gourand - camp de Ait Abbou - Souk el Arba - Meknès - Dar Beida (exc. à Moulaï Idriss) - Fez (exc. ds les environs) - Beni Ito - douar du Kaïd Kasseu - douar el Ayach - Ouled Bou Inan - El Ksar - Tanger

Date: 

entre 1910 et 1911

Type: 

recueil de trois voyages touristiques faits en caravane

Esthétique: 

«Je quitte mon moi du Bled, en traquant mon vêtement de cheval usé, déteint, contre la robe parisienne. Je m’attendris sur ce moi qui est mort et sur celui qui renaît; assise dans un fauteuil confortable, dans une chambre presque luxueuse, le bien-être, la joie que j’escomptais, je ne le ressens pas; la Roumia n’est plus... Vive la Parisienne! Au fond, dédoubler sa personnalité, c’est vivre deux fois d’une vie d’autant meilleure qu’il y a contraste violent ... Je retrouve ma malle qui me semble énorme à côté de la modeste cantine, compagne de six mois. Quelle complication vraiment! Ma caisse à chapeaux me semble ridicule, je l’ouvre en riant et disant que demain tout cela me sera indispensable!»(298).

Références bibliographiques

Lieu: 

Paris

Année: 

1913

Editeur: 

Émile Larose

Nombre d'exemplaires: 

XXIII-306 p.

Format: 

in-16

Annexes: 

fig., pl., carte