Voyage autour du monde, entrepris par ordre du Roi, sous le ministère et conformément aux instructions de S. Exc. M. le Vicomte du Bouchage, Secrétaire d'État au Département de la Marine, exécuté sur les corvettes de S. M. «L'Uranie» et «La Physicienne»,

Voyage autour du monde, entrepris par ordre du Roi, sous le ministère et conformément aux instructions de S. Exc. M. le Vicomte du Bouchage, Secrétaire d'État au Département de la Marine, exécuté sur les corvettes de S. M. «L'Uranie» et «La Physicienne», pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820; publié sous les auspices de S. E. M. le Comte Corbière, Secrétaire d'État de l'Intérieur, pour la partie historique et les sciences naturelles, et de S. E. M. le Comte Chabrol de Crouzol, Secrétaire d'État de la Marine et des Colonies, pour la partie nautique. I. Historique, 1825-1839; II. Zoologie, 1824; III. Botanique, 1826; IV. Observations du pendule, 1826; V. Magnétisme terrestre, 1842; VI. Météorologie, 1844; VII. Navigation et hydrographie, 1826

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

Toulon - Gibraltar - île Ténériffe - Sainte-Croix - Rio de Janeiro - Tijouca - Rio de Janeiro - baie de la Table - Ville du Cap - Nieuw-Land - Sans-souci - Ville du Cap - Ile-de-France - Port-Louis - Bagatelle - Port-Louis - île Bourbon - Saint-Denis - Saint-Paul - Nouvelle-Hollande - baie des Chiens-Marins - île Dirck-Hatichs - rade de Dampier - île Timor - Coupang - île Ombai - Dillé - détroit de Bourou - île Guébé - île Pisang - îles Vayag - île Vaigiou - île Manouaran - île Rawak - île Poulousouk (San-Bartholomé) - Guam - Umata - San-Luis - Assan - Anigua - Agagna - Mongmon - Agagna - Sinahagna - Agagna - Tumun - Gnaton - Tumun - Agagna - Sinahagna - Afamé - Tachugna - Fagtu - Tagun - Pumud - Tinaka - Aguan - Pago - Tagun - Ponhud - Afamé - Sinahagna - Agagna - San-Luis - îles Sandwich - île Owhyhi - Kayakakoua - Kohaïhaï - île Mowi - Raheina - île Wahou - Onorourou - Waïtiti - Onorourou - île Rose - Port-Jackson - Sydney - Parramatta - Sydney - Elisabeth-Farm - Vineyard - Sydney - Camp-Cove - Port-Jackson - Terre-de-Feu - détroit de Le Maire - baie de Bon-Succès - îles Malouines - baie Française - Montévidéo - Rio de Janeiro - San-Christovao - Rio de Janeiro - Tijouca - Rio de Janeiro - Cherbourg - Le Havre

Date: 

du 17 septembre 1817 au 13 novembre 1820

Type: 

voyage d'histoire naturelle et de mœurs, fait en bateau, en canot, à pied et à cheval

Esthétique: 

«Cependant, si j'eusse voulu ne faire usage que de mes seuls journaux, la publication de ce voyage auroit été aussi prompte que facile. J'ai cru devoir suivre une autre marche, et employer à la composition de cette histoire l'ensemble des matériaux recueillis dans le cours de mon expédition. Jadis, le chef d'une entreprise de cette nature faisoit seul imprimer le résultat de ses observations; mais lorsque, comme moi, l'on a eu un grand nombre de compagnons de voyage instruits et laborieux, qui tous ont tenu des journaux, les ont remplis de leurs réflexions particulières, [...], pourroit-on, sans mériter de justes reproches, condamner tant de richesses au néant? Je me suis fait une loi d'examiner avec soin ces journaux, de faire servir au perfectionnement de mon travail ce qu'ils contenoient d'important et d'utile, et de former du tout un corps méthodique et régulier, où j'aurois voulu répandre un intérêt constamment soutenu»(I/VII). «Je me suis appliqué à rendre le style de ma relation simple, clair et précis; mon but est de retracer des faits sans chercher à éblouir le lecteur par des réflexions hasardées ou par les écarts d'une imagination vague et légère, persuadé que des observations justes et présentées sous le point de vue le plus lumineux peuvent seules donner une idée exacte des pays lointains et des peuples ignorés dont on veut décrire la nature et le caractère distinctif. Il n'est plus permis aujourd'hui de grossir ses relations du récit des événemens qui arrivent si fréquemment en mer: la description des tempêtes, presque toujours exagérée, la direction que prenoit la route, la manœuvre des voiles, les relèvemens des terres aperçues, sont devenus des lieux communs presque aussi inutiles au marin qu'ils sont fatigans et superflus pour l'homme du monde. J'ai cherché à ne pas tomber dans ces répétitions continuelles sans intérêt comme sans but. La déclamation n'étoit pas un écueil moins dangereux à éviter: n'est-il pas étrange en effet qu'un voyageur, parce qu'il change de climat, qu'il est témoin d'une foule de choses nouvelles, se croie autorisé à se servir, pour les peindre, d'expressions emphatiques qui dénaturent les faits en les présentant sous un jour illusoire? [...] En général, on ne sauroit trop redouter, dans les récits de voyages, de montrer des vérités historiques au travers du prisme de l'exagération, ou au milieu d'un amas de réflexions oiseuses qui rebutent le lecteur sans l'instruire. Le plan que j'ai adopté de rejeter dans des ouvrages particuliers ce qui pouvait paroître trop abstrait dans une narration historique, m'a permis d'écarter de la mienne les matières qui n'étoient pas à la portée de toutes les classes de la société. En même temps que je développe la série des événemens, je n'oublie pas de tracer, dans des tableaux fidèles, l'esquisse des pays que nous avons parcourus pendant les relâches de l'expédition. Je ne parle de nos recherches scientifiques qu'en passant, et seulement pour tenir le lecteur au courant des principales opérations du voyage; je m'attache, au contraire, à traiter avec le plus grand soin tout ce qui caractérise les mœurs et les usages des peuples parmi lesquels nous nous sommes trouvés»(I/VIII-IX). «Notre expédition est, je pense, le premier voyage maritime qui, destiné au progrès des connoissances humaines, n'ait pas eu spécialement l'hydrographie pour objet. La détermination de la forme du globe terrestre dans l'hémisphère Sud, l'observation des phénomènes magnétiques et météorologiques, enfin l'étude des trois règnes de la nature, formèrent le but essentiel de cette mission. On devoit s'y occuper encore de recherches sur les mœurs, les usages, les langues des peuples indigènes; et la géographie, sans être absolument exclue, fut cependant reléguée au dernier rang»(I/4).

Références bibliographiques

Lieu: 

Paris

Année: 

1824

Editeur: 

[I., II., III., IV., VII.:] Pillet aîné; [V., VI.:] Impr. Royale

Volume: 

7 t. de texte en 8 vol.

Nombre d'exemplaires: 

[I.:] 2 vol., XL-734, IV-1470 pp.; [II.] VII-712 p.; [III.:] VII-522 p.; [IV.:] VI-292 p.; [V.:] VIII-342 p.; [VI.:] XIV [XVI]-666 p.; [VII.:] VI-734 p.

Format: 

in-4

Annexes: 

[I., II., III., VII.:] atlas; [V.:] carte; récit de voyage: vol. I.