Consuls et agents de renseignements dans l'Empire ottoman : le cas d'Alep

"Collection Hussein I. El-Mudarris"

En poste au Levant, les consuls sont amenés à écrire, non seulement des lettres à l’ambassadeur à Constantinople ou à leur ministre en France, mais aussi des journaux de négociation qui s’apparentent à de la littérature de voyage. S’ils ne sont pas destinés à la publication, il arrive néanmoins qu’ils servent à la rédaction de relations de voyage : à l’origine des Mémoires de Laurent d’Arvieux se trouvent ainsi les journaux qu’il a tenus lors de ses différentes missions. Les écrits des consuls ont pour objectif principal de donner une information abondante et détaillée sur le lieu où ils exercent leurs fonctions. Le mémoire ou la statistique constitue la forme privilégiée de ces écrits.
Outre les consuls, le gouvernement dispose d’un certain nombre d’agents pour récolter des renseignements : inspecteurs des Échelles, missionnaires capucins, espions qui se cachent sous le masque du scientifique ou de l’archéologue, et qui n’hésitent pas à se convertir à l’islam pour mieux infiltrer les tribus arabes susceptibles de secouer le joug ottoman.
Les informations contenues dans les récits de ces agents et dans ceux des voyageurs « classiques » se révèlent relativement proches, mais ces derniers n’en sont pas pour autant des espions méditant une prochaine conquête. Plutôt que d’être, selon la vision d’Edward Said, un instrument d’impérialisme, les récits de voyage reflètent plus ou moins consciemment les débats politiques sur l’Empire ottoman et forment le miroir des ambitions coloniales européennes.

Plan
Introduction

I) La littérature consulaire
1) Qu’est-ce qu’un consul ?
2) Le journal de négociation de Louis Gédoyn
3) Laurent d’Arvieux : du journal de négociation aux Mémoires
4) La réforme des consulats en 1691
5) Autres genres « consulaires » : le mémoire et la statistique

II) Les agents de renseignements dans l’Empire ottoman
1) Les envoyés officiels
2) Les militaires en mission de renseignements
3) L’espoir des croisades des religieux
4) Le masque du scientifique
5) Travestissement et conversion à l’islam des espions : au cœur des tribus arabes
6) Archéologie et espionnage

III) Littérature de voyage et velléités impérialistes
1) Le contenu des renseignements
2) Tous les voyageurs sont ils des espions ?
3) Littérature et impérialisme

Conclusion

Bibliographie

Bibliographie critique
Bilici, Faruk, Louis XIV et son projet de conquête d’Istanbul, Ankara, Imprimerie de la Société d’histoire turque, Publications de la Société d’histoire turque, n° 11, 2004.
Boppe, Auguste (éd.), Les Consulats du Levant. T. I : Smyrne (1610 1900), Satalie de Caramanie (1607 1814). T. II : Larnaca (1673 1900). T. III : Alep, Seïde, Tripoli de Syrie (1548 1900), Nancy, Berger-Levrault, 1902 (3 vol.).
El Gharbaoui, Ahmed, « Recherche géographique et engagement politique au Maroc », Hérodote, 11, juillet septembre 1978, Paris, Maspero, p. 87 99.
El Mudarris, Hussein I. et Salmon, Olivier (éd.), Le Consulat de France à Alep au XVIIe siècle : Journal de Louis Gédoyn, Vie de François Picquet, Mémoires de Laurent d’Arvieux, Alep, Ray Publishing, 2009.
Gharavi, Mohammad, « Un médecin des Lumières, Simon de Vierville et son voyage en Perse », Européens en Orient au XVIIIe siècle, Paris, Société d’Histoire de l’Orient, L’Harmattan, 1994, p. 35 155.
Ibn Warraq, Defending the West. A Critique of Edward Said’s Orientalism, Amherst, Prometheus Books, 2007.
Lacoste, Yves, La géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre, La Découverte, coll. « Fondations », 1985 (éd. revue et augmentée, 1e éd. 1976).
Le Guillou, Louis, « Le résumé politique du Voyage en Orient », Lamartine, le Livre du Centenaire, Paris, Flammarion, 1971, p. 47 55.
Matar, Nabil, Britain and Barbary, 1589 1689, Gainesville, University Press of Florida, 2005.
Omont, Henri, « Projets de prise de Constantinople et de fondation d’un empire d’Orient sous Louis XIV », Revue d’histoire diplomatique, VIIe année, n° 2, Paris, Ernest Leroux, 1893, p. 195 246.
Roux, François Charles, Le Projet français de conquête de l’Égypte sous le règne de Louis XVI, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, Mémoires présentés à l’Institut d’Égypte et publiés sous les auspices de Sa Majesté Fouad Ier, roi d’Égypte, t. XIV, 1929.
Saïd, Edward W., Culture et impérialisme, Paris, Fayard/Le Monde Diplomatique, 2000.
Saïd, Edward W., L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005 (1e éd. anglaise 1978).
Tongas, Gérard, Les Relations de la France avec l’Empire ottoman durant la première moitié du XVIIe siècle et l’Ambassade à Constantinople de Philippe de Harlay, Comte de Césy (1619 1640), Toulouse, F. Boisseau, 1942.
Watbled, Ernest, « Aperçu sur les premiers consulats français dans le Levant et les états barbaresques », Revue africaine, 1872, p. 20 34.
Winstone, Harry Victor Frederick, The Illicit Adventure. The Story of Political and Military Intelligence in the Middle East from 1898 to 1926, London, Jonathan Cape, 1982.
Zeller, Gaston, « Une légende qui a la vie dure, les Capitulations de 1535 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1955, t. II, Paris, PUF, p. 127 132.

Sources manuscrites
Arvieux, Laurent d’, « Memoires de Laurens d’Arvieux Chevalier de l’Ordre Royal de Nostre Dame du Mont Carmel & de Sainct Lazare de Jerusalem. Tome premier contenant son Histoire, ses voyages en Orient, & toutes les remarques qu’il y a faites depuis l’année 1653 qu’il partit de Marseille, jusques à son retour en l’Année 1665. Tome second contenant les Journaux de ses Voyages, de ses Negociations, & de toutes les choses qu’il a faites & qui se sont passées à son égard depuis l’année 1666, jusques à la fin de l’an 1677 », Versailles, Bibliothèque municipale, ms. Lebaudy fol. n° 3 4.
Gédoyn, Louis, « Journal de la négociation du Consulat d’Alep », Paris, BnF, ms. français 5643.
Girardin, Pierre de, « Journal de M. de Girardin pendant son ambassade à Constantinople (1685 1688) », t. III, Paris, BnF, ms. français 7164.
Gravière d'Ortières, Étienne, « Etats des Places que les Princes Mahométans possèdent sur les Côtes de la Mer Mediterrannée et dont les Plans ont esté levez par ordre du Roy à la faveur de la Visite des Eschelles de Levant, que Sa Ma.té a fait faire les annees 1685, 1686 et 1687, avec les Projets pour y faire descente, et s’en rendre Maistres », Paris, BnF, ms. français 7176.

Sources imprimées
Arvieux, Laurent d’, Mémoires du chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la Porte, Consul d’Alep, d’Alger, de Tripoli, & autres Echelles du Levant. Contenant ses Voyages à Constantinople, dans l’Asie, la Syrie, la Palestine, l’Egypte, & la Barbarie, la description de ces Païs, les Religions, les mœurs, les Coutûmes, le Négoce de ces Peuples, & leurs Gouvernemens, l’Histoire naturelle & les événemens les plus considerables, recüeillis de ses Memoires originaux, & mis en ordre avec des réflexions, par le R.P. Jean Baptiste Labat, de l’Ordre des Frères Prêcheurs, Paris, Charles-Jean-Baptiste Delespine, 1735 (6 vol.).
Arvieux, Laurent d’, Voyage fait par Ordre du Roy Louis XIV dans la Palestine, Paris, André Cailleau, 1717.
Badía y Leblich, Domingo, Voyages d’Ali Bey el Abbassi en Afrique et en Asie pendant les années 1803, 1804, 1805, 1806 et 1807, Paris, Pierre Didot l’aîné, 1814 (3 vol. + atlas).
Bonnet, chevalier de, Recueil Chrestien. […] Des vers, & discours, faicts sur les grandes apparences & tesmoignages qu’il y avoit, que le grand Roy père de sadicte Majesté avoit, & s’acheminoit à executer, une grande saincte entreprise ; a ceste élevation, & prosperité Chrestienne ; quand Dieu le nous laissa ravir : comme pour la luy faire laisser à sadicte Majesté. Un Discours faict, & presenté, par le feu Chevalier de Bonnet, au Roy Charles IX. des moyens, & occasions, qu’il avoit, de faire une telle entreprise […], Paris, Pierre Chevalier, 1611.
Boppe, Auguste (éd.), Journal et correspondance de Gédoyn « le Turc », consul de France à Alep (1623 1625), Paris, Plon Nourrit et Cie, 1909.
Burckhardt, Johann Ludwig, Travels in Syria and the Holy Land, London, John Murray, 1822.
Egmond van der Nijenburg, Johannes Aegidius van & Heyman, John, Reizen door en gedeelte van Europa, klein Asien, verscheide Eilanden van de Archipel, Syrien, Palestina of het H. Land, Ægypten, den Berg Sinai, enz., Leiden, Abraham Kallewier, 1757 1758 (2 vol.).
Febvre, Michel, L’Etat présent de la Turquie. Où il est traité des vies, mœurs & coûtumes des Ottomans, & autres Peuples de leur Empire, Divisé par 14. Nations qui l’habitent, Toutes opposées à la Puissance qui les gouverne, & les unes aux autres ; sept desquelles sont Infidelles, & sept Chrétiennes, Paris, Edme Couterot, 1675.
Febvre, Michel, Théâtre de la Turquie, où sont représentées les choses les plus remarquables qui s’y passent aujourd’huy touchant les Mœurs, le Gouvernement, les Coûtumes & la Religion des Turcs, & de treize autres sortes de Nations qui habitent dans l’Empire Ottoman. Le tout confirmé par des exemples & cas tragiques arrivez depuis peu. Traduit d’Italien en François par son Auteur le sieur Michel Febvre, Paris, Edme Couterot, 1682 et 1688.
Ferrières Sauvebœuf, Louis François de, Mémoires historiques, politiques et géographiques des voyages du Comte de Ferrières-Sauvebœuf, faits en Turquie, en Perse et en Arabie, depuis 1782, jusqu’en 1789, Paris, Buisson, 1790 (2 vol.). Réédition sous le titre Voyages faits en Turquie, en Perse et en Arabie, depuis 1782 jusqu'en 1789, et publiés en 1790 par le Comte de Ferrières-Sauvebœuf ; Avec ses Observations sur la Religion, les Mœurs, le Caractère et le Commerce de ces trois Nations, Paris, Arthus Bertrand, 1807 (2 vol. in 8°).
Guys, Henri, Alep sous le consulat de Henri Guys (1838 1847) : Statistique du pachalik d’Alep, Esquisse de l’état politique et commercial de la Syrie, Un derviche algérien en Syrie, éd. par Hussein I. El Mudarris et Olivier Salmon, Alep, Dar al Mudarris et Ray Publishing, 2009.
Guys, Henri, Statistique du pachalik d’Alep. Topographie, Climat, Histoire Naturelle, État Social, Organisation Administrative, Industrie et commerce de cette province, Marseille, imprimerie et lithographie Vial, Paris, Challamel Ainé, 1853.
Lamartine, Alphonse de, Voyage en Orient, texte établi, présenté et annoté par Sarga Moussa, Paris, Honoré Champion, 2000. Autre édition établie, présentée et annotée par Hussein I. El Mudarris et Olivier Salmon, Alep, Ray Publishing, 2009.
Relation des Missions et des voyages des Evesques Vicaires Apostoliques, et de leurs Ecclesiastiques ès Années 1672. 1673. 1674. & 1675., Paris, Charles Angot, 1680 et 1682.
Rousseau, Jean Baptiste, « Description du Pachalik de Haleb, ou Mémoire statistique, contenant des renseignemens précis sur l’état ancien et moderne de cette ville, ses limites et dépendances actuelles, sa population, son gouvernement, son commerce, etc. ; par M. Rousseau, Consul général de France à Haleb », Fundgruben des Orients – Mines de L’Orient, Wien, Anton Schmid, 1814, t. IV, p. 1 25 et p. 93 99.
Seetzen, Ulrich Jasper, Ulrich Jasper Seetzen’s Reisen durch Syrien, Palästina, Phönicien, die Transjordan Länder, Arabia Petraea und Unter-Aegypten. Herausgegeben und commentirt von Professor Dr. Fr. Kruse in Verbindung mit Prof. Dr. Hinrichs, Dr. G. Fr. Hermann Müller und mehreren andern Gelehrten, Berlin, G. Reimer, 1854 1859 (4 vol.).
Tott, François de, Mémoires du Baron de Tott, sur les Turcs et les Tartares, Amsterdam, s. n., 1784-1785 (4 vol.). Édition critique par Ferenc Tóth, Paris, Honoré Champion, 2004.

Exemplier

Évolution du genre Citations extraites de la préface du manuscrit des Mémoires de Laurent d’Arvieux
Journaux de négociation
MM. ses ministres m’avaient ordonné de tenir des journaux, et d’y mettre exactement tout ce que je ferais, et tout ce qui se passerait ou qui arriverait d’un jour à l’autre, afin de leur en rendre compte ou par mes lettres, ou au retour de mes voyages. […]
Voyages J’étais alors de retour à Paris. J’y voyais souvent ces illustres personnes qu’on appelle beaux esprits, et d’autres qui aimaient passionnément les relations des pays étrangers. J’assistais à leurs conférences, je disais naïvement à mon tour, tout ce que j’en savais, et comme je l’avais vu, chacun m’incitait à l’écrire, dans la pensée que j’en ferais part quelque jour au public. […] Il fallut donc mettre mes voyages en ordre. Heureusement j’en avais déjà fait des petits mémoires tandis que je roulais dans l’Orient, où toutes les choses considérables que j’avais vues, étaient soigneusement remarquées. […] Cette sorte de travail demandait une grande application et un lieu commode pour ranger mille petits papiers, dans lesquels je devais puiser toute la matière de mon ouvrage. […]
Ces illustres personnes qui m’avaient engagé à ce travail, m’envoyèrent les Mémoires de Mr. de Pontis, et celles de beaucoup de grands seigneurs, qui s’étaient donné la peine d’en écrire, tant pour me rendre imitateur de l’ordre qu’ils y avaient gardé, que pour m’inciter à faire plutôt mon histoire, qu’une simple relation de voyages, et qu’un journal de négociations. […]
Mémoires Le plus fort était déjà fait, et il n’était plus question que de commencer par mon enfance, à raconter les choses qui m’avaient passé devant les yeux, ou qui m’avaient été racontées par mes parents, et par ceux qui avaient pris soin de mon éducation. On m’obligea encore à parler de généalogie.

Febvre, Michel, Théâtre de la Turquie, Paris, Edme Couterot, 1682, dédicace :
Vous y verrez la décadence d’un grand Empire autrefois formidable à tout le christianisme ; et réduit aujourd’hui à telle extrémité, de n’être plus que l’ombre de ce qu’il a été par le passé. Vous y remarquerez encore la ruine de plusieurs provinces, villes et forteresses, et par conséquent la faiblesse du Turc et le petit nombre de ses peuples et finances. Vous y apercevrez pareillement quatorze nations ou sectes différentes de religion, de rite, de langues et de coutumes réunies dans la Turquie ; mais divisées entre elles, et toutes très opposées au prince qui les domine, qu’elles souhaitent avec des désirs ardents de voir anéanti et exterminé, pour recouvrer leur ancienne religion et liberté. […] Les chrétiens d’Orient opprimés sous le joug de ces infidèles, fondent en lui leurs espérances, dans la croyance qu’ils ont d’être un jour délivrés par un roi de France […] j’ai pris la liberté de vous dédier cet ouvrage du Théâtre de la Turquie, pour en proposer la conquête par votre moyen au plus magnanime des rois.
Lamartine, Alphonse de, Voyage en Orient (1832 1833), texte établi, présenté et annoté par Hussein I. El Mudarris et Olivier Salmon, Alep, Ray Publishing, 2009, p. 330 :
Alexandre a conquis l’Asie avec trente mille soldats grecs et macédoniens ; – Ibrahim a renversé l’empire turc avec trente ou quarante mille enfants égyptiens, sachant seulement charger une arme et marcher au pas. Un aventurier européen, avec cinq ou six mille soldats d’Europe, peut aisément renverser Ibrahim, et conquérir l’Asie, de Smyrne à Bassora et du Caire à Bagdhad, en marchant pas à pas ; en prenant les maronites du Liban pour pivots de ses opérations ; en organisant derrière lui à mesure qu’il avancerait, et en faisant des chrétiens de l’Orient son moyen d’action, d’administration et de recrutement. Les Arabes du désert même seront à lui, le jour où il les pourra solder : ceux là n’ont d’autre culte que l’argent, leur divinité sera toujours le sabre et l’or : avec ce vice, on peut les tenir assez de temps pour que leur soumission devienne ensuite inévitable ; ils y serviront eux mêmes. Après cela, on repoussera leurs tentes plus loin dans le désert, qui est leur seule patrie ; on les attirera peu à peu à une civilisation plus douce, dont ils n’ont pas eu l’exemple autour d’eux.

Chercheur: 

Session: 

29 mars

Vidéo conférence: