Aller au contenu principal
Conférencier / conférencière :

L'historiographie traditionnelle contourne généralement la personne et l'œuvre de Charles Guillain (1808–1875). Si l'on se souvient parfois qu'il a été l’organisateur de la colonie de la Nouvelle-Calédonie (1861), on ignore qu'il fut auparavant attaché à la station navale de l'île Bourbon. De 1836 à 1848, à bord de La Prévoyante, de La Dordogne, puis du Ducouëdic, Guillain navigua en mer Rouge et dans l’océan Indien, accumulant de riches informations sur Zanzibar, la côte ouest de Madagascar, l’île de Nossi-Bé. Les trois rapports qu’il rédigea firent à ce Saint-Simonien une solide réputation d'observateur, de géographe et d’ethnographe avant la lettre, en particulier les Documents sur l’histoire, la géographie et le commerce de l’Afrique orientale. À l'occasion de ce travail, Guillain tira les premiers daguerréotypes de paysages et habitants de l'Afrique orientale. Quelles motivations présidèrent à la réalisation de ces photos ? Quelles traces ont-elles laissées ? Quelles images construisent-elles de ceux que l'on appelait alors les indigènes ?

Référencé dans la conférence : Idées et représentations coloniales dans l'océan Indien XVIIIe-XXe siècles
Date et heure :
Époque :
Localisation :
Documents :
Fichier audio :
Image :