Découvertes maritimes : les restes du festin. Deux morceaux de choix : le Continent austral et le passage du Nord-Ouest

Le passage du Nord-Ouest de l’Atlantique au Pacifique et le Continent austral à découvrir sont deux des grandes entreprises maritimes de l’Âge moderne. L’histoire de la seconde est nettement plus célèbre que la première. Il fallut attendre la fin du XVIIIe siècle pour que le mythe du Continent austral disparaisse, avec le deuxième voyage de Cook, un navigateur qui échoua lors de son troisième voyage à ouvrir le Passage du Nord-Ouest (connue seulement au XXe siècle). En novembre 1520, Magellan baptise la « Terra australis » que l’on trouve dès l’année précédente sur la carte d’Enchiso au niveau du 42° degré Sud. En 1531, Oronce Finé la représente dans une carte où elle touche le Sud de la Patagonie. Des terres réelles avaient été découvertes récemment qui justifiaient l’hypothèse d’un continent : en 1526, la Nouvelle-Guinée par les Espagnols, etc. (voir plus bas). D’ailleurs, toute sorte de théories imposent une croyance qui vient de l’Antiquité. Les deux hémisphères Nord et Sud doivent être équilibrés dans tous les domaines (mers et continents), donc le Continent austral doit exister puisque la plus grande partie connue de l’hémisphère Sud est océanique (carte de Mercator ; Juan Luis Arias). Le cosmos doit être harmonieux et équilibré. Très tard encore, voyageurs et intellectuels se persuaderont de son existence : au XVIIe, le voyageur hollandais Abel Tasman qui longe l’Est de l’Australie et donne son nom à la Tasmanie ; au XVIIIe siècle, le voyageur Dampier et son cartographe (1717), le président de Brosses, le compilateur de voyages Dalrimple (1770-1771), qui donne à l’hypothèse une coloration théologique (inspirée du Psaume de Job, XXVI, 7) et entend prouver par comparaison avec la moindre densité des continents du Nord la forte proportion de métaux précieux au Sud. L’érudit Banks, compagnon du premier voyage de Cook, se surprend à douter de l’existence du Continent. Mais, en France, le géographe Buache et Buffon (1749) le croient possible. Car on pense alors que l’eau de mer ne gèle pas et que les icebergs d’eau douce « prouvent » qu’aux Pôles existent des lieux et des fleuves libres de glaces. Ce lieu est le pays de cocagne annoncé dès le XVIe siècle par Henrri Lancelot Voisin de la Popelinère dans sa théorie des « trois mondes » : l’ancien, le nouveau et la terre australe à découvrir. Car les découvertes continuaient en parallèle : dès le XVIe siècle, les Espagnols avaient atteint les Îles Salomon et avaient pensé qu’il y avait près de là un continent ; en 1612, Quiros parvient aux Nouvelles-Hébrides ; en 1619, le Hollandais Frederick de Houtman longe la côte Ouest de l’Australie et croit y retrouver des toponymes présents dans Marco Polo. Éditeur d’Arias (1770), Alexander Dalrymple rappelle les ambitions espagnoles transmises par ce texte, un siècle auparavant, au roi Philippe III. En fait, ce sont les Hollandais qui vont aller le plus loin. Ils pensent que la Nouvelle-Hollande (l’Australie actuelle) est la « Terra australis », mais ils n’en connaissent qu’une petite partie. En 1641-1642, Tasman suit la côte australienne du Nord au Sud-Ouest ; dès 1646, ce contour apparaît dans la carte publiée en Hollande par Blaeu sous le nom de « Hollanda Nova ». On pense alors que cette côte désertique de peu d’intérêt ne peut être la mythique « Terra australis ». Les voyageurs imaginent qu’elle se trouve ailleurs, au Sud ou à l’Est (Dampier, Bowen). Les Français vont alors apparaître très provisoirement, avec Lozier Bouvet en 1738-1739 ; en 1756, Brosses évoque l’existence de trois continents entre océan Indien et Pacifique : l’Australasie, la Magellanie et la Polynésie (voir la conférence de S. Léoni). Bougainville voit dans le texte de Brosses le « code » qui lui permettra de comprendre la géographie australe. Mais ce sont surtout les Anglais qui vont mener l’exploration. Le nouveau roi George III soutient cet effort. L’amiral Byron cherche le continent austral au Sud de l’Atlantique : sans succès. Wallis parcourt le Sud du Pacifique et découvre Tahiti en 1767 (un an, avant Bougainville). Lors de son premier voyage (1768-1771), Cook, chargé en apparence d’observer le passage de Vénus en 1769, a pour mission de trouver le Continent au Sud du 40°, puis à l’Ouest (Nouvelle-Zélande). C’est lors de son deuxième voyage (1772-1775) que Cook prouve que le Continent austral mythique n’existe pas : il atteint les glaces du cercle polaire antarctique, au 71° Sud. Les théoriciens de la « Terra australis incognita » se résignent : Buffon y renonce dans les _Époques de la nature_ (1778). Les voyageurs français s’en persuadent plus difficilement (Bougainville dans le Pacifique ; Marion Dufresne et Kerguelen dans l’océan Indien). Il reste le Passage du Nord-Ouest à découvrir. Ce sera l’objet du troisième voyage de Cook (1776-1779). Comment aller de la Chine et des Moluques vers l’Europe sans contourner l’Amérique par le Cap Horn ? La côte Nord de l’Amérique a été visitée par les Espagnols qui ont laissé parfois des récits fantaisistes (Juan de Fuca, Da Fonte). Au milieu du XVIIIe siècle, un publiciste anglais Dodds fait la propagande d’un projet qui devrait intéresser la Compagnie anglaise de la Baie d’Hudson contrôlant le Nord du Canada actuel. Le lobby scientifique de la Royal Society londonienne soutient l’entreprise. Cook est chargé de vérifier l’existence du Passage. Il mourra aux Îles Sandwich (Hawaï) sans l’avoir trouvé. Il reste de ces voyages vers un continent qui n’existe pas toute une littérature qui fait de ce « lieu de quelque part » une sorte de « lieu de nulle part », un vrai parcours utopique.

Textes

Banks, Joseph, The Endeavour Journal of Joseph Banks 1768-1771, ed. John Cawtes Beaglehole, 2 vol., Sydney, 1962.
Bougainville, Louis-Antoine de, Voyage autour du monde, éd. M. Bideaux et S. Faessel, P. PUPS 2001.
Brosses, Charles de, Histoire des navigations aux terres australes, P., 1756 (repr. 1967).
Buffon, Georges-Louis Leclerc, comte de, Histoire générale et particulière, 44 vol., P. 1749-1804 (vol. 1, Théorie de la Terre, 1749).
Byron, John, Journal of his Circumnavigation, 1764-1766, ed. Gallagher, London, 1964.
Callander, John, Terra Australis Cognita, Edinburgh, 1766-68, rep. London, 1967, 3 vol.
Campbell, John, Navigantium atque Itinerantium Bibliotheca, (complète Harris, 1705), 2 vol., London, 1744-48.
Collingridge, George H, The Discovery of Australia, Sydney, 1895, repr. Golden Press, Silverwater 1986.
Cook, James, Journals, I et II, éd. J.C.Beaglehole, Cambridge, Hakluyt Society, 1955 et 1961.
Courteen, William, Some Proposals for establishing Colonies in the South Seas (…), ed. George Mackaness, Sydney, 1943.
Dalrymple, Alexander, An Account of the Discoveries made in the South Pacifick Ocean Previous to 1764, London, 1767, repr. Potts Point, 1996.
id., A Historical Collection of the Several Voyages and Discoveries in the South Pacific, 2 vol., London 1770-1771( repr. N. Israël, 1967).
Dampier, A New Voyage Round the World, London, 1697, éd. sir Albert Gray, A & C Black, London, 1937.
De Bruyn, Reizen over Moskovie, door Persie en Indie, Amsterdam, 1711, trad. anglaise Travels into Muskovy, Persia, and part of the East Indies, London, 1737.
Flinders, Matthew, A Voyage to Terra Australis, 1801-1803, London, 1814 ; repr. Adelaide, 1966.
Foigny, Gabriel de, La Terre australe connue, 1676, éd. Pierre Ronzeaud, STFM 1990.
Macknight, Campbell ed., The Farthest Coast : A Selection of Writings relating to the History of Northern Australia, Melbourne, 1969 (dont Carsten 1623, van Delft 1705, Gonzal, 1756).
Major, R.H., Early Voyages to Terra Australis, now called Australia, HS 1859, NY, B. Franklin 1963 Maupertuis, P.L.M. de, Lettre sur le progrès des sciences, in Œuvres, éd. 1768 ; G. Olms Repr. Hildensheim, 1965, II, p. 373-431.
Quiros, Pedro Fernandez de, Descubrimiento de las regiones austriales, ed. Justo Zaragoza, Madrid, 1876-82.
id., ed. Clements Markham, 1905, Hakluyt Society.
id., éd. Roberto Ferrando, Madrid, 1986.
id. Viajes a las islas Salomon (1595-1596) repr. Amsterdam, Meridian Pub Co, 1965, éd. Elide Pittarello, Rome, Bulzoni, 1990.
Sharp, Andrew, The Voyages of Albel Janszoon Tasman, Oxford, 1968.
Vairasse, Denis, Histoire des Sévarambes, peuples qui habitent une partie du troisième continent, communément appelé la Terre Australe, Amsterdam, 1702.
id., éd. R. Trousson, Genève, Slatkine repr., 1979.
id., éd. A. Rosenberg, P., Champion, 2003.
Vlamingh, Willem de, Voyage to the Great South Land. Willem de Vlamingh 1696-1697, Sydney, 1985, ed. G. Schilder, The Hague, 1976.
id., The explorations 1696-1697 of Australia… Extraits et documents par W.C.H. Robert, Amsterdam, Philo Press, 1972.

Etudes

Beaglehole, John Cawte, The Exploration of the Pacific, 3e éd. Stanford, 1966.
Id., The Life of James Cook, A.& Ch. Black, London, 1975.
Broc, Numa, La Géographie des Philosophes : géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, P., Ophrys, 1975, 1969.
Id., « De l’Antichtone à l’Antarctique » in Cartes et figures de la Terre, P., 1980, p. 136-149.
Clancy, Robert, The Mapping of Terra Australis, Macquarie Park, Universal Press UP, 1995.
Destombes, Marcel, Cartes hollandaises. La cartographe des Indes orientales, 1593-1743, Saïgon, 1941.
Donaldson, Ian ed., Australia and the European Imagination. Papers from a Conference held at the Humanities Research Centre, ANU, May 1981, Canberra, 1982.
Donaldson, Jan and Tamasin, ed., Seeing the First Australians, Sydney, 1976.
Dunmore, John, French Explorers in the Pacific, I : The Eighteenth Century, Oxford Clarendon Press, 1965.
Gibson, Ross, The Diminishing Paradise : Changing Literary Perceptions of Australia, Sydney, 1984.
Heeres, Jan Ernst, The part borne by the Dutch in the discovery of Australia 1606-1765, Leiden-London, 1899.
Jack-Hinton, Colin, The Search for the Islands of Salomon 1567-1838, Oxford, 1969.
James, W.T., « Nostalgia for Paradise : Terra Australis in the Seventeenth Century », Australia and the European Imagination, Canberra, 1982.
Leoni, Sylviane et Ouellet, Real, éd., Mythes et géographie des mers du Sud, coll. U. de Bourgogne, 2006.
Perry, Thomas Melville, Discovery of Australia. The Charts and Maps of the Navigators and Explorers, Nelson, Melbourne, 1982.
Rainaud, Armand, Le Continent austral. Hypothèses et Découvertes, P., 1893 repr. Meridian, Amsterdam 1965.
Schilder, Günter, Australia unveiled. The share of Dutch Navigators in the discovery of Australia, Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum 1976.
id., « New Holland : The Dutch Discoveries », in Williams-Frost, 83-115.
Smith, Bernard, « European Vision and the South Pacific », Journal of the Wartburg and Courtauld Institute, XIII, 1950, 60-100 ; 2e éd. Yale UP, 1985.
Spate, Oskar Hermann Khristian, The Spanish Lake (The Pacific since Magellan, I), Canberra, 1979 ; II : London, 1983.
Spate, Oskar Hermann Khristian, « Terra Australis—Cognita ? » ; Historical Studies, 8, 1967, 1-19.
Studies from Terra Australis to Terra Australia, John Hardy et Alan Frost ed., Canberra, 1989.
Taylor, Alan Carey, Le Président de Brosses et l’Australie, P., Boivin, 1937.
Taylor, Eva Germaine Rimington, Tudor Geography, 1485-1583, London, 1930.
Veit, Walter, « On the European Imagining of the New-European World », in Donaldson, Ian ed., 1982, p. 123-156.
Williams, Glyndwr, « New Holland. The English approach », Studies from Terra Australis to Terra Australia, John Hardy et Alan Frost ed., Canberra, 1989, p. 85-92.
id., « The Inexhaustible Fountains of Gold : English Projects and Ventures in the South Seas, 1670-1750 », in Perspectives of Empire : Essays presented to Gerald S. Graham, J.E. Flint and G. Williams ed., London, 1973, p. 27-53.

Le Passage du Nord-ouest
Textes

Barrington, Daines, The Probability of Reaching the North Pole discussed, London, 1775.
Bellin, Jacques-Nicolas, Carte de l’Amérique septentrionale, P. 1753.
Buache, Philippe, Carte des nouvelles découvertes au Nord de la Mer du Sud, P., 1752.
id., Considérations géographiques et physiques sur les nouvelles découvertes au nord de la Grande Mer, P., 1753.
Burney, James, A Chronological History of North-Eastern Voyages of Discovery : and of the Early Eastern Navigations of the Russians, London, 1819.
Dalrymple, Alexander, A plan for promoting the Fur-trade (…), London, 1789.
Id., Memoir of A Map of the Lands around the North-Pole, 1789.
Delisle, Nicolas et Buache, Philippe, Explication de la carte des Nouvelles découvertes au nord de la mer du Sud (Paris, 1752).
Ellis, William, An Authentic Narrative of a Voyage (…) in search of a North-West Passage between the continents of Asia and America, London, 1782.
Engel, Samuel, Mémoires et observations géographiques et critiques sur la situation des pays septentrionaux de l’Asie et de l’Amérique, Lausanne, 1765.
Hakluyt, Richard, Divers voyages touching the discovery of America…, ed. John Winter Jones, NY 1970, repr. ed. 1850.
Id., The Principal Navigations…(1598-1600), éd. Glasgow, Maclehose, 1903-05, 12 vol., Vol.7 : The English Voyages, Navigations and Discoveries (intended for the finding of a North-West passage) to the North part of America, to Meta incognita, and the backside of Gronland, as farre as 72 degrees, and 12 minuts : performed first by Sebastian Cabota, and since by Sir Martin Frobisher, and M. John Davis, with the Patents, Discourses, and Advertsements thereto belonging.
id., Writings and corrispondence…, ed. E.G.R. Taylor, Hakluyt Society, (series 2, vol. 76-77, 1935).
Hearne, Samuel, A Journey from Prince of Wales’ Fort in Hudson’s Bay to the Northern Ocean, Undertaken by order of the Hudson’s Bay Company, for the discovery of Copper Mines, a North-West Passage etc. In the Years 1769, 1770, 1771 and 1772, London, 1795 ; repr. Amsterdam, N. Israël 1968.
Müller, Gerard Fridrick, Voyages from Asia to America, for completing the Discoveries of the North West Coast of America, Londres, 1761 (Nachrichten von Seereisen und zur See gemachten Entdeckungen, 1758 ; tr. fr. 1766) ; repr. Amsterdam, N. Israël, 1967.
Navarete, Noticia historica de las expediciones hechas por los espanoles en brisca del paso del norveste de la America).
[Pickersgill, Richard] A Concise Account of Voyages of Discovery of a North-West Passage, London, 1782.
Rickman, John, Journal of James Cook’s last Voyage to the Pacific Ocean for Discovery…, London, E.Newbery, 1781 (anon.) ; repr. 1967 N. Israël-Da Capo, Amsterdam-NY.
Stählin, Jakob von, An Account of the New Northern Archipelago, Lately discovered by the Russians in the Seas of Kamtschatka and Anadir, London, 1774.
Swayne, Charles, The Great probability of a North-Western Passage : Deduced from the Observations on the Letter of Admiral De Fonte, London, 1768.
Vancouver, George, A Voyage of Discovery to the North Pacific Ocean (…) Principally with a View to ascertain the existence of any navigable communication between the North Pacific and North Atlantic Oceans, London, 1798, repr. Amsterdam, N. Israël, 1967.
Vaugondy, Robert de, Amérique septentrionale (carte), 1758.

Etudes

Golder, Frank Alfred, Russian Expansion on the Pacific 1641-1850, Gloucester, Mass., 1960.
Skelton, Raleigh Ashlin, Explorers’ maps, Spring Books, London-New York-Sydney-Toronto, 1958.
Taylor, Eva Germaine Rimington, « Master John Dee, Drake and the Straits of Anian », The Mariner’s Mirror, XV, 1929, 125-130, repris in Tudor Geography, 1485-1583, London Methuen, 1930, p. 103-124.
Williams, Glyndwr, The British Search for the North-west Passage in the Eighteenth century, London, Longmans, 1962.
id., « Myth and Reality : James Cook and the Theoretical Geography of Northwest America », in Captain James Cook and His Times, ed. Robin Fisher and Hugh Johnston, Canberra ANUP 1979, 59-80.

Chercheur: 

Session: 

24 avril