Aller au contenu principal
Mémoires de Billaud-Varennes, ex-conventionnel, écrits au Port-au-Prince en 1818, contenant la relation de ses voyages et aventures dans le Mexique, depuis 1805 jusqu’en 1817; avec des notes historiques et un précis de l’insurrection américaine, depuis son origine jusqu’en 1820
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
île de Porto-Rico - île de Saint-Domingue - La Grange - Vera-Cruz (Saint-Jean-d’Ulna) - Xalapa de la Vera-Cruz - La Rinconadas - Ségura - Tlascala - Puebla de los Angeles - Guacocingo - Quahutipec - Tezcuco - Alezicalcingo - Guetlavac - Mexico - montagne du Popocatepec - Mexico - Chapultepec - Tacuba - Toluco - Tacubaya - Emma - Mexico - Alisco - Guaxaca (Oaxaca) - Antequera - Nixapa - Agatolco - Capilata - Tecoantepec - Estepec - Hecatepec - Sanatepec - Tapanatepec - montagne du Maquilapa - Acalapa - Chiapa des Indiens - Saint-Christophe - Saint-Philippe - Chiapa des Espagnols (Chiapa-Royal) - Théopisca - Comitlano - Izquintenango - Cantla - Chaütla - Sacapula - Suchanpec - Saint-André - Sacualpa (Zoyaba) - Saint-Martin - Chimaltenango - Xocotenango - Guatimala - Petapa - Vera-Paz - Petapa - Guatimala - Acapulco - Mexico - Puebla de los Angeles - Xalapa de la Vera-Cruz - El Puente del Rey - Piedra de Boquilla - Port-au-Prince
Date :
du 4 août 1804 au 7 janvier 1816
Type :
voyage politique et historique d’un proscrit, fait en bateau, à mule et à cheval
Esthétique :
«[...]: je les [sc. les mémoires de Billaud-Varennes] trouvai, [...], beaucoup trop longs, assez démocratiques, d’un style un peu acerbe, impoli, vagabond, qu’il fallait châtier. [...] Je l’ai [sc. le manuscrit] abrégé d’un bon tiers; il a fallu ensuite l’écrire presque entièrement; mais, quant à la néologie qu’on y verra régner encore, j’ai cru devoir la ménager, parce que tous les mots en sont clairs, précis, énergiques. La langue n’est, au reste, qu’un instrument: elle ne doit pas plus maîtriser l’écrivain, que le pinceau, le burin, le ciseau ne maîtrisent l’artiste»(I/III-IV, Avis du rédacteur).
«Je n’écris pas une histoire complète de la nouvelle Espagne, gouvernée par le glaive et par le goupillon; mais comme tous les descripteurs de ce pays n’ont parlé qu’avec réticence de son gouvernement sous les rapports civil, militaire, ecclésiastique, judiciaire, je traiterai un peu plus loin, et avec toute liberté, ces sujets importans, qui vont, d’ailleurs, bientôt changer de forme»(I/106).
«Sous les rapports physiques et moraux, je décris seulement ce que j’ai vu: [...]»(I/132).
«De fameux voyageurs, dont la plupart décrivent l’univers sans sortir de leur cabinet, de savans géographes, qui se répètent en perruches, n’ont pu donner de ce pays, ni de tant d’autres, une réelle ou exacte description: j’espère y suppléer un jour, pour le Mexique, toute l’Amérique du sud et Saint-Domingue, dans un recueil que je rédigerai en paix au Port-au-Prince, où Pétion s’immortalise. Le journal décadaire que je poursuis n’offrira désormais, avant sa partie politique, qu’un aperçu rapide de ce qui m’a paru intéressant ou curieux dans mon itinéraire de Mexico à Guatimala»(I/143).
«[...]: ces notes détaillées rentrent dans les matériaux qui m’aideront à composer la Description générale de l’Amérique soumise naguère à l’Espagne. Ne sortant plus de mon itinéraire, parce que cet ouvrage excéderait mon plan, m’éloignerait d’un but philosophique, et pourrait nuire à l’intérêt de mon autre tableau, je ne décrirai point ici ces trois provinces ou intendances; [...]»(II/7).
«[...]; voici, jusqu’à ce jour [sc. le 8 mai 1809], ce qui arriva au Mexique; et je raconterai la suite comme elle eût lieu sub oculis, jusqu’à un certain point»(II/110).
Références bibliographiques
Lieu :
Paris
Année :
1821
Editeur :
Plancher/Domère
Volume :
2 vol.
Nombre d'exemplaires :
VIII [IV]-211, III-228 pp.
Format :
in-8